Auguste Renoir - La Liseuse

Laissez-moi

Une jeune femme est de retour au sanatorium après une rechute de sa maladie. Elle ouvre une lettre qu’elle vient de recevoir de son amant. « Je me marie avec une autre » lui écrit-il. Et il ajoute cruellement « Que notre amitié demeure … ».

Le livre est une réponse à cette lettre de rupture. Marcelle Sauvageot répond au nom de cette Vie qui est en train de la fuir, mais qu’elle persiste à vouloir exempte de toute tiédeur, de tout compromis. Effectivement, quelques mois plus tard, le 6 janvier 1934, elle s’éteindra sans avoir quitté le sanatorium de Davos.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration :

Auguste Renoir – La Liseuse.

Livre audio gratuit ajouté le 29/12/2009.
Consulté ~16316

Lu par Marie-Geneviève Séré

Suggestions

9 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Eh oui ! Je survis sans physique bien que je regrette la vie active. J’ai tellement d’occupations par ailleurs, trois enfants, six petits-enfants, une mère de 95 ans. Une année 2010 particulièrement difficile.
    Je vais interroger mon éditeur.
    Amicalement

  2. dans ma réponse précédente, j’ai dit une bêtise ! Sur litteratureaudio on enregistre des textes “libres de droits d’auteur”. Mais si un auteur actuel, qui n’est pas mort depuis 70 ans, souhaite abandonner ses droits d’auteur, il peut être enregistré. Il suffirait de demander au responsable, toujours de bon conseil. Vu la diffusion de chaque texte (regarde les chiffres), cela peut être intéressant. A bon entendeur, salut ….

  3. ça par exemple, tu survis sans plus faire de physique. Est-ce possible ? Et quelle imagination ! toutes ces nouvelles qui mûrissaient dans ta tête ! Bravo !
    Si tu veux que j’enregistre ton premier roman publié (pas sur litteratureaudio, ce n’est pas possible) mais pour la bibliothèque sonore dont je m’occupe, il faut … me l’envoyer.
    Amitiés
    M.G.

  4. A l’intention d’Hervé
    le soupçon de jansénisme que vous avez détecté dans ce texte, est bien daté des années 30. Cependant, devant la perspective de la mort, les sentiments les plus fondamentaux assaillent et submergent chacun.

    A tous :
    merci d’avoir pris le temps de faire un commentaire. Ils m’aideront pour la suite …

  5. Merci
    Votre voix et belle pure sans pleurs ni emphases. Vous êtes bien dans le rôle de cette pauvre jeune femme allant au Sanatorium et se sachant froidement condamnée.
    Narrations froides profondes presque jansénistes et malgré tout derrière une croûte de glace de pudeur si vivante et si tragique devant la maladie, la souffrance et le néant.
    je ne chronomètre pas la diction qui est simple austère et sobre
    Merci un régal
    Meileurs voeux pour 2010 malgré le ridicule décrit par l’écrivain lol

  6. En comparaison avec “Sac Au Dos” la qualité technique a augmenté substantiellement. Le débit de compression de votre enregistrement est seulement 48 kbit/s au lieu de 128 kbit/s. C’est très probable, que l’éffét metallique restant disparaisse, quand vous utiliserez le bon débit.
    Bon courage!