Guy de Maupassant, Le Crime au père Boniface

Le Crime au père Boniface (Version 2)

« On était en juin, dans le mois vert et fleuri, le vrai mois des plaines.
Le facteur Boniface , vêtu de sa blouse bleue et coiffé d’un képi noir à galon rouge, traversait, par des sentiers étroits, les champs de colza, d’avoine ou de blé, enseveli jusqu’aux épaules dans les récoltes ; et sa tête, passant au-dessus des épis, semblait flotter sur une mer calme et verdoyante qu’une brise légère faisait mollement onduler. »

Un Maupassant amusant, léger, un tantinet licencieux, mais allusif seulement…



Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

Il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio gratuit ajouté le 15/09/2012.
Consulté ~12977

Lu par René Depasse

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. La nouvelle est bien l’art de tromper son lecteur : la piste du crime, alimentée par l’abus des faits divers, est l’hypothèse naturelle pour le piéton Boniface aussi bien que pour nous. La chute est tout-à-fait surprenante sauf lors d’une relecture. Des détails apparemment livrés dans une intention réaliste, sont finalement significatifs : sans jamais être explicite, Maupassant nous fait passer de l’univers du crime à celui d’une gauloiserie de bon ton. Mais quand l’histoire est lue par René Depasse, c’est du grand art. Merci.

  2. je n’ai pas trouver sa bien car moi j’aime bien les hitoire qui font peur et qui sont marente voila.

    a bientot

  3. Merci, Monsieur Depasse, Pour tout le plaisir que vous me faites.
    Je me permets de vous dire que ma grand mere maternelle s´appelait Alexine depasse. ma mere Berthe Drugmand.
    A bientot.

  4. Merci à Didier,EclatduSoleil,Frédéric et Lawra pour leur appréciation le même jour de quatre oeuvres différentes.Vous me poussez à persévérer dans la voie de l’éclectisme!!Je continuerai donc le même chemin….

  5. comme toujours,Guy de Maupassant en qques lignes nous donne une forte émotion.
    Et la diction de René Depasse nous fascine dans ce récit.
    Merçi a vous vous etes un conteur né.