Composition personnelle, d’après Vénus de Lély (British Museum, licence CC-By-Nc-Sa-2.0)

La Vénus d’Ille

« Impossible de voir quelque chose de plus parfait que le corps de cette Vénus ; rien de plus suave, de plus voluptueux que ses contours ; rien de plus élégant et de plus noble que sa draperie. […]

Quant à la figure, jamais je ne parviendrai à exprimer son caractère étrange, et dont le type ne se rapprochait de celui d’aucune statue antique dont il me souvienne. Ce n’était point cette beauté calme et sévère des sculpteurs grecs, qui, par système, donnaient à tous les traits une majestueuse immobilité. Ici, au contraire, j’observais avec surprise l’intention marquée de l’artiste de rendre la malice arrivant jusqu’à la méchanceté. […] Dédain, ironie, cruauté, se lisaient sur ce visage d’une incroyable beauté cependant. En vérité, plus on regardait cette admirable statue, et plus on éprouvait le sentiment pénible qu’une si merveilleuse beauté pût s’allier à l’absence de toute sensibilité. »

La Vénus d’Ille est paru en 1837, dans la Revue des deux Mondes.

 

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Illustration : Composition personnelle, d’après Vénus de Lély (British Museum, licence CC-By-Nc-Sa-2.0)
Références musicales :

Giovanni Battista Pergolesi, Stabat Mater – No.11. Duet Allegro (European Archive, domaine public).

Livre audio ajouté le 27/06/2021.
Consulté ~3 001 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Alice, vous me faites bien plaisir.
    Il est vrai que cette nouvelle concentre beaucoup de thématiques, mais tout en ayant une unité et une cohérence. Comme pour toutes les bonnes nouvelles, on a l’impression qu’on ne pourrait ni y ajouter ni en retrancher un mot, tout est parfait.
    Merci à vous de m’avoir laissé ce petit mot.

  2. Bonjour Vincent,
    je me suis précipitée sur l’écoute de ce texte .
    J’en ai , comme à mon habitude, apprécié votre interprétation sobre et discrète.
    J’ai retrouvé ma lecture de jeunesse.
    Fantastique, amitié , enquête , angoisse , sentiment de grande proximité avec les lieux où se déroule l’histoire , une écriture au cordeau :
    merci pour ce magnifique moment !

    Alice

  3. @ Sautillant, non, heureusement ! Pardon pour les éventuelles Clarimonde ! Il y a des Melissandre, des Lyssandre…et des prénoms bien plus originaux. Bonne soirée et lectures.

  4. VINCENT… Bonjour !

    Tu vois… tu ne t ‘ es pas donné tout ce mal
    pour rien… ni pour personne !
    Perfectionniste… à la bonne franquette !…
    c’ est pas ta devise ! Tu me rappelles GAËLLE

  5. Bonjour,

    Merci à tous de votre intérêt pour cette lecture :-).
    Sautillant, merci pour les compliments pour l’illustration. Je dois avouer que j’y ai passé énormément de temps, d’abord pour trouver la bonne photo (même si elle n’a pas la position exacte de la statue), puis pour ce petit coup de Photoshop, qui n’était toutefois pas très compliqué en lui-même.
    Concernant votre référence à l’inscription de la bague, eh bien, oui, elle explique en grande partie les évènements qui vont suivre..
    Claryssandre, j’espère que cette lecture vous plaira également !
    A très bientôt

  6. • • •More