Registres

Trois Essais du Livre premier (Essais I, 18, 34, 52)

Il ne faut juger de notre bonheur qu’après la mort

Trois nouveaux Essais du Livre I :

Choses qui manquent dans nos usages (I, 34) :
« Feu mon père, homme dont le jugement était très sûr, pour quelqu’un qui n’avait que l’aide de son expérience et de ses qualités naturelles, m’a dit autrefois qu’il aurait voulu faire en sorte que dans chaque ville il y eût un endroit prévu pour cela et bien indiqué, où ceux qui auraient besoin de quelque chose puissent se rendre et faire enregistrer leur demande auprès d’un employé dont ce serait la tâche. »

Sur la parcimonie des Anciens (I, 52) :
« Scipion Émilien, après deux triomphes et le consulat, alla en ambassade avec sept serviteurs seulement. On prétend qu’Homère n’en eut jamais qu’un seul, et Platon trois. Quant à Zénon, chef de l’école « stoïque », il n’en avait aucun. »

Il ne faut juger de notre (bon)heur qu’après la mort (I, 18) :
« Pour juger de la vie d’autrui, je regarde toujours comment s’en est passé la fin. Et l’un des principaux soucis que j’ai de la mienne, c’est qu’elle se passe bien, c’est-à-dire tranquillement et sans bruit. »

Traduction : en français moderne de Guy de Pernon.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 02/03/2014.
Consulté ~8004

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *