La Mort de Balzac

La Mort de Balzac

Au beau milieu de son récit de voyage, La 628-E8, Mirbeau a inséré, sans trop se soucier des coutures, les trois chapitres sur La Mort de Balzac, qui ont fait scandale et qu’il a dû retirer au dernier moment, alors que le volume était déjà imprimé, à la demande de la fille de Ewelina Hańska, la veuve du grand romancier.
Mirbeau y raconte en effet que celle-ci batifolait avec son amant, le peintre Jean Gigoux, pendant que Balzac agonisait dans une chambre voisine…

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Frédéric Chopin, Prélude 24 en ré mineur Op.28-24, interprété par Samson François (1959, domaine public).

Livre audio ajouté le 16/08/2011.
Consulté ~12 537 fois

Lu par Pomme

Suggestions

9 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Vraiment? Eh bien, j’irai voir ces livres que vous suggérez, Fraise. Mais pas tout de suite car pour l’instant, je lis beaucoup de contes pour mes petits enfants et un peu aussi pour LA. Et je profite aussi du printemps au jardin! A plus tard, donc, chère Fraise.

  2. Si, je les connais 🙂 Sébastien Roch lu par Juliette est inoubliable et ses nouvelles de Mirbeau aussi, surtout la Folle!

    Mais savez-vous que nous n’avons pas tous les romans de Mirbeau sur LA?
    Je sais que je vous ai souvent sollicitée et vous avez lu, à mon grand bonheur, les textes proposés…
    Je sais aussi que vous avez enregistré, récemment, plusieurs longs romans…
    Mais juste au cas où vous auriez plus de temps durant le confinement ou si ce dernier dure encore longtemps, j’ai trouvé ceci :

    LA BELLE MADAME LE VASSART:
    http://www.leboucher.com/pdf/mirbeau/mirbeau-levassart.pdf

    DANS LA VIEILLE RUE :
    http://www.leboucher.com/pdf/mirbeau/mirbeau-rue.pdf

    LES MEMOIRES DE MON AMI :
    https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Octave_Mirbeau_Les_Mémoires_de_mon_ami_1920.djvu/5

    Et aussi Petits poèmes parisiens (toujours de Mirbeau), je n’ai pas trouvé de texte hélas mais le titre me fait rêver.

    Je ne sais pas ce que ça vaut, il s’agit des œuvres de jeunesse.
    Mais s’il y a là quelque chose qui pourrait vous plaire et vous inspirer… un jour…

    Quoi qu’il en soit, merci encore et toujours de votre générosité !

    Profitez du printemps et surtout prenez soin de votre santé.
    Et ne vous sentez pas obligée de me répondre, allez plutôt vous promener si vous pouvez !

    Bien affectueusement
    Fraise

  3. Alors, chère Fraise, allez savourer les Mirbeau lus par Juliette! Si vous ne connaissez pas encore sa voix, je parie que vous serez conquise! Vous m’en direz des nouvelles.

  4. Extraordinaire! Merci Pomme !
    Comme les malheurs, les désillusions sentimentales, la misogynie et de la solidarité masculine de Mirbeau pointent dans ce texte!
    Et sa grande admiration pour Balzac, naturellement. Et comme c’est bien écrit et superbement rendu par votre lecture !
    J’ai toujours eu un peu de ressentiment et même de l’hostilité à l’égard de Mme Hanska. Je lui en ai voulu d’avoir fatigué Balzac mentalement, avec ses longues hésitations et simagrées, et surtout physiquement avec ces terribles voyages. Un aller retour au XIX siècle et puis 20 mois au fin fond de l’Ukraine alors qu’il était si malade, pensez-vous !
    On ne saura jamais ce qu’il peut y avoir de vrai dans ce récit et on espère que c’est faux ! Pauvre Honoré !
    Mais alors Hugo, on y croit tout de suite tellement il est merveilleusement… Hugo 🙂

    Et puis l’Académie… :
    « — Qu’il paie d’abord… qu’il vive petitement… nous verrons ensuite, disait M. Viennet.
    Balzac n’a pas payé… Il n’a payé qu’en chefs-d’œuvre : monnaie qui n’a pas cours à l’Académie. »
    Pour ceux qui s’étonneraient, naïvement, pourquoi l’Académie n’a pas voulu de Zola non plus… et de tant d’autres.

    C’est fascinant de comparer les réflexions de Mirbeau à la petite « biographie » par Gautier, qui est d’ailleurs sur le site.
    Bon, tout cela m’a donné très envie de lire les travaux biographiques de Zweig et de Maurois. Et de me replonger (avec votre Honorine que j’ai commencé hier soir) dans la Comédie humaine car, comme Mirbeau l’a dit, si justement : « Balzac avait le génie de tout » « Il a tout senti, tout désiré, tout réalisé de ce qui est humain. » Et « son œuvre de critique sociale pessimiste, est, en même temps, une œuvre de divination universelle. Solidement établie sur le contemporain, elle engage et prédit l’avenir. Balzac est aussi à l’aise dans demain que dans aujourd’hui. »

  5. Merci pour cette lecture qui nous éclaire sur la vie et la personnalité de Balzac.
    j’ai toujours peur que les biographies soient assommantes mais écrites par un grand écrivain elles ne manquent pas de saveur;)

  6. Pomme,

    Votre lecture est comme toujours parfaite, sensible et drole. Puis je vous suggerer la ” Physiologie du mariage ” .?
    Merci pour toutes vos lectures et de considerer cette suggestion