Gustave Courbet, Le Désespéré (1843)

Subito Presto, une histoire contemporaine

Avec cette nouvelle publiée en 2011 par les éditions Loubatières et qu’il nous offre généreusement, Gérard Mordillat (écrivain de Vive la Sociale, Les Vivants et les Morts, Notre Part des Ténèbres… cinéaste et documentariste) critique une des mesures phares du quinquennat de N. Sarkozy, président français (2007-2012).

Comme un entomologiste, il étudie avec précision les conséquences sociales souvent dramatiques du régime « à la mode » des auto-entrepreneurs, dont de nombreux patrons s’emparèrent pour se protéger des risques de la crise du libéralisme, au détriment de leurs salariés. Subito Presto raconte la descente aux enfers d’une famille ouvrière prise dans le chaos d’un capitalisme sans foi ni loi.
Fidèle aux grands thèmes de son œuvre, Gérard Mordillat, en quelques lignes chargées d’émotion, témoigne de sa solidarité avec les populations fragiles de la République et brandit sans complaisance sa plume contre les cuistres et les puissants qui en corrompent les valeurs.


Références musicales :

Divers bruitages effectués à l’ordinateur par Christophe Ménager ou extraits de freesound.org.

Livre audio gratuit ajouté le 21/06/2012.
Consulté ~11378

Lu par Christophe Ménager

Suggestions

13 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour je me demandais si c’était comme ça que finissait le livre ou ce n’est qu’une partie

  2. Cher Bertrand,
    je comprend vos doutes, et votre découragement, parceque la liberté, l’égalité et la fraternité sont fragiles et malmenées par l’hypocrisie, le fanatisme et l’ignorance. La République n’est pas un paradis clos à atteindre, c’est une organisation sans cesse à construire. Maintenant, si vous avez mieux à proposer…
    amitiés
    Ch

  3. l’espagne,la belgique,l’angleterre ou les pays bas ne sont pas des républiques,et pourtant leurs valeurs valent bien les notres,ces fameuses valeurs républicaines dont on nous bassine du matin au soir depuis 40 ans et qui ne sont que des mots;
    par contre,l’iran ou la turquie sont des républiques,il suffit de jeter un oeil à leurs constitutions et leurs lois pour avoir une idée de ce que peuvent etre les “valeurs républicaines” tellement louées…et ne plus avoir très envie de les défendre.

  4. Génial, merci Christophe. Cette nouvelle fait froid dans le dos, tu rends bien cet effroi, on a vraiment pas envie d’être à la place de ce salarié devenu “auto-entrepreneur” par la force des choses. Ras-le-bol de ce néolibéralisme morbide…

    Toutes mes félicitations et mes encouragements pour tes prochains enregistrements, ils sont à chaque fois finement interprétés et montés.

    Salutations !

    Vincent

  5. Un grand Merci à Mordillat de sa générosite et à vous Cristophe pour votre lecture et interpretation magnefique .
    Dans quel monde vivons nous?
    et la crise elle sait qui frapper et qui faire profiter ,ces creantiers morbides et ces banquiers qui s’enrichissent dans tout les cas à la sueur des pauvres gents….et la suite viendra!!!

  6. Magnifique!
    Quel cadeau de Gérard Mordillat à L.A.
    Que de remerciements à vous deux! C’est vraiment une lecture de très grande qualité. Le texte et l’interprétation! Un morceau de choix!
    Merci! Et bravo!
    Cocotte

  7. Chère Madame,
    ce texte, écrit en 2010, n’est pas “libre de droit”. C’est un cadeau de Gérard Mordillat à LittératureAudio. Il n’est pas disponible gratuitement sur le net, contrairement à la majorité des textes que nous vous lisons sur ce site. Vous pourrez vous procurer le texte édité auprès des Editions Loubatières.
    Amicalement
    Ch

  8. Bonjour Christophe,

    Vous avez eu l’autorisation de l’auteur ou cela a été publié libre de droits?
    Dans tous les cas, c’est un beau cadeau car G. Mordillat est en effet un très bon auteur et surtout un grand documentariste, cf la géniale série des Corpus Christi et ses suites (sur l’analyse des textes bibliques) qui ont été diffusées sur ARTE ces dernières années.
    Bravo.
    CM