maman mariage 24 juin 1930

Devant deux portraits de ma mère (Poème, Version 2)

Le poète québécois Émile Nelligan (1879 – 1941),
a écrit l’ensemble de son œuvre entre 16 et 19 ans.
À 18 ans, contre la volonté de ses parents,
il abandonne tout pour se consacrer à la poésie
et à peine âgé de 20 ans et atteint de mélancolie,
il est amené par son père dans un hôpital
psychiatrique, arraché ainsi à sa mère
qui n’ira le voir qu’une seule fois.
Il restera interné jusqu’à sa mort,
le 18 novembre 1941.

« Je suis persuadé que sa mère est morte de chagrin »,
dira le pianiste, chef d’orchestre et compositeur québécois André Gagnon.
En 1988, il compose l’opéra Nelligan, sur un livret de Michel Tremblay.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Références musicales :

Charles-Valentin Alkan, Préludes Op. 31, 12 du livre 2, Le temps qui n’est plus, Andante en si bémol min., avec la permission de l’artiste, le pianiste Felipe Sarro.

Livre audio ajouté le 16/05/2010.
Consulté ~13295

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Maria Teresa pour votre commentaire sous le regard timide et ému de notre mère, à mes sœurs, mes frères et à moi, le jour de ses noces, il y aura 80 ans le mois prochain. Elle avait 18 ans.