Emile Nelligan 2 1899 reduction

La Romance du vin (Poème)

Rage et douleur.
Gaieté et tristesse.
Rires et sanglots.

Un soir de mai 1899, Émile Nelligan,
alors âgé de 19 ans, récite ce poème,
ce cri du cœur, lors d’une séance publique
de l’École littéraire de Montréal.
C’est le triomphe !

Ce sera le dernier cri lancé en public par le poète ;
« le credo poétique, le chant du cygne
d’un homme meurtri, incompris et aigri », écrira le biographe Paul Wyczynski.

Diagnostiqué comme souffrant de graves psychoses,
Émile Nelligan sera interné deux mois plus tard,
jusqu’à son décès le 18 novembre 1941.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Nelligan, du compositeur et pianiste québécois André Gagnon,
avec la permission de l’artiste.

Livre audio ajouté le 17/06/2010.
Consulté ~14 345 fois

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Mario pour votre commentaire.
    Le plus près d’entendre Nelligan lui-même réciter ‘Le Vaisseau d’or’,
    c’est lors de la rencontre avec un journaliste, alors qu’il est interné,
    et qu’il récite de mémoire le poème, comme le rapporte l’article
    paru dans La Patrie du 18 septembre 1937.
    J’ai tenté de faire au mieux comme si nous y étions.

    https://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/saint-georges-herve-de-entrevue-avec-emile-nelligan-14-septembre-1937.html

    J’ai fait aussi une autre version du ‘Vaisseau d’or’
    en me servant d’un extrait de l’opéra Nelligan, musique d’André Gagnon.

    https://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/nelligan-emile-le-vaisseau-dor-poeme-version-2.html

    Je viens de noter avec joie que ‘Librairie Immatérielle, Livres électroniques Canada’, par exemple, comme bien d’autres, parmi ‘Nouvelles du Web’,
    a retenu quelques poèmes de Nelligan à partir de ce site.
    http://librairie.immateriel.fr/fr/ebooks/Canada/page/1/date
    Ainsi, Soir d’hiver, dans sa version française, et dans une version anglaise,
    une magnifique traduction contemporaine d’un québécois.

    Merci encore !

    GC

  2. Quelle belle voix pour interpréter Nelligan, j’avais l’impression d’être dans la salle du château Ramezay. Comme j’aurais aimé entendre “le vaisseau d’or”. Merci,merci

  3. Admirable!
    Vous nous aviez donné rendez-vous en ce jeudi pour la lecture de ce poème. Ayant découvert et apprécié Émile Nélligan grâce à vous, je ne voulais manquer cette autre révélation. Merci à vous Gilles-Claude. Sophie