Eisblumen an einer glasscheibe

Winter evening (Poem)

Death and suffering are for Nelligan
ways for poetry,
ways to voice his vulnerability and, yet, his strength.

« The soft sound of the complaint must,
even while suffering, impregnate and elutriate
the pains, in such a way that it could seem
that it is worth suffering like this
so this complaint can be heard.
Such is the soft melody, the chant in any art ».
Hegel

Since, this poem has been made into a song
by Claude Léveillée, and sang by Monique Leyrac.

Illustration :
Detail of Eisblumen an einer Glasscheibe, Ice flowers on a windowpane,
29th December 2008, by Lordnikon (public domain, non-commercial).

Translation :
NELLIGAN, Emile – Winter Evening (Poem).
© Copyright Loup Kibiloki – Électrodes – 2009 – for the English translation.

Musical ambiance :
Excerpts from Edvard Grieg, Peer Gynt, Suite No. 1, Op. 46 : Aase’s Death,
with the Royal Philharmonic Orchestra, directed by Sir Thomas Beecham

(1957 recording – public domain).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 05/07/2010.
Consulté ~12 970 fois

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour Gilles-Claude,

    Je ne tiens pas à relancer la (petite) polémique née de mon premier message, mais quand vous dites que “J’évite de pratiquer la ‘vertu pédagogique’, puisque trop souvent elle consiste à prendre le ton de Dieu le Père, à élever la voix, affirmer, pour en bout de ligne ne donner que de simples leçons de maintien.”, je me sens indirectement visé.

    Si vous évoquez le billet sur De Gaulle, je me doute bien que lire à haute voix ces “appels” peut sembler pédant ou paternaliste. Mais j’assume totalement ce billet, car je considère que ces appels font partie du patrimoine français et qu’il est positif que des étrangers connaissent (si ce n’est pas déjà le cas) cette page de l’histoire de France.
    Et ajouter les versions en anglais me semblait une marque d'”ouverture”, d’autant que Jean-François est très bon dans ce genre de textes ! 😉

    Pour revenir à vos enregistrements, je les trouve toujours très soignés, avec beaucoup d’émotion. Mais ce serait sympa de vous entendre également dans des nouvelles ou des romans…

    A bientôt,

    Vincent

  2. Nous sommes prets a obeir à des commissaires europeens que nous n’avons pas élu mais nous ne voulons pas entendre une langue differente. Etonnant, non ?
    Ou est le probleme ? Je ne comprends pas pourquoi tu ne pourrais pas dire de l’italien, de l’arabe ou du japonais? On est pas dans l’utile, on est dans la litterature. Lisez ce que cette dame, c’est une demande, une priere, souffrante vous a demandé Gilles. Il ne faut pas obeir à la pensee unique, majoritaire et aveugle. C’est une question d’hygiene.

  3. Ça m’a fait plaisir 🙂 …pour l’encouragement.

    Cela fait maintenant depuis deux ans, malheureusement, que je n’appartiens plus à aucune chorale et que je cherche toujours en vain à Montréal la chorale idéale qui réunira tous les facteurs importants pour un choriste amateur : un bon chef, musicalement et socialement compétent ; un bon choix de répertoire ; des frais de cotisation annuelle raisonnables ; un bon lieu de pratique, avec un éclairage suffisant pour mes pauvres yeux vieillissants 😉 ; un bon esprit de groupe, ouvert et accueillant, etc. etc.
    Peut-être suis-je devenu trop exigeant dans mon vieil âge, après mes 28 années d’expérience dans le domaine choral amateur de Montréal ? 😉
    Mais, j’aurais quand même pu et dû aller faire un tour au Mondial Choral de Laval. Je suis impardonable. Que veux-tu ? Avec la vieillesse vient aussi la paresse, enfin, dans mon cas, je parle pour moi, bien sûr 🙂

    En tout cas, merci d’avoir eu une telle gentille pensée à mon égard. Tu es le premier sur LA.com à relever le fait que oui, ma plus grande passion dans la vie est, et a toujours été, le chant choral amateur. C’est d’ailleurs, à part mes connaissances linguistiques, mon seul talent dans la vie. Que tu y fasses allusion et le relèves de la sorte, c’est fort apprécié et j’en suis même touché.

    Moi, j’aimerais maintenant relever la tienne, et t’encourager et t’inviter à lire de la poésie en italien. Il n’y en a pas sur LA.com, seulement quelques extraits de Dante ; serait-ce seulement de la poésie ? je ne sais pas, c’est pas mon truc 🙂 …je laisse ça à ton appréciation 🙂 Il n’y a pas qu’à Maria Theresa que cela ferait plaisir ! J’ai une excellente amie italienne qui serait ta première « cliente » 😉

    J’ai noté ton argumentation concernant la présentation bilingue des billets et elle tient la route. Ce que tu dis me parait logique et raisonnable ; cela représente en effet une autre façon de voir la chose. Je ne crois pas que ce sujet posera jamais de grandes controverses sur notre site, mais je me demande bien par contre ce que notre auditoire pourrait en penser ?

    bonne continuation,

    jf

    P.S. En passant, en allemand c’est : du BIST jetzt gewarnt 😉

  4. Merci Jean-François, alias Choriste, pour vos mots de compréhension et d’encouragement. Je m’étonnais depuis quelques semaines de votre silence sur le site et j’ai pensé que vous étiez au ‘Mondial Choral’ à Laval.
    J’avais suivi au sujet de Mark Twain.
    Et je tente d’expliquer mon choix concernant le billet.
    Si j’ai osé – une fois n’est pas coutume – c’est parce qu’on a insisté
    pour que je fasse au moins un poème en anglais.
    J’ai utilisé cette magnifique traduction, avec des mots qui donnent à ce poème de Nelligan des accents d’aujourd’hui.
    Merci pour cet encouragement.

    Et Merci également à vous Fedydurke (Éric) et Dominique C.
    C’est très gentil.

    J’étais même prêt à ‘investir’ dans un ‘coach’ pour faire
    au moins un poème en italien, langue que je ne maîtrise pas suffisamment,
    seulement pour faire plaisir à Maria Teresa Sanfelice,
    qui souffre de la dégénérescence de la macula
    et qui terminait ces jours derniers ainsi son commentaire :
    « Encore merci Gilles Claude, si vous pouvez lire en italien…..?
    Maria Teresa.
    Encore là, pour le plaisir de faire. Simplement.

  5. • • •More