Friedrich Nietzsche

Humain trop humain : Le Voyageur et son ombre

Le Voyageur et son ombre. Ce recueil, publié la première fois en décembre 1880, contient 350 aphorismes sans séparation en chapitres.

Partie 0y aborde des sujets de tous ordres : l’enseignement, la mode, le christianisme, le châtiment, les Grecs. Sous les aphorismes, il se livre à une étude des mœurs et, à travers elle, à une critique de la morale traditionnelle qui a masqué les pulsions, l’irrationnel, l’« ombre » en chacun de nous qui constituent la réalité profonde de la vie.

Ce texte constitue la seconde partie de Humain trop humain.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Henri Albert (1869-1821).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 13/03/2021.
Consulté ~4 044 fois

Lu par Domi

Suggestions

11 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci de votre message. Effectivement le premier volume manque ; mais il n’est pas possible de l’enregistrer pour le moment car il n’est pas encore dans le domaine public en France. Le deuxième traducteur étant décédé en 1955.
    Il faudra patienter quelques années..

  2. Un grand merci pour vos enregistrements d’Humain trop Humain. (Il ne manque plus que le premier volume, si vous trouvez le temps un jour, ou un autre lecteur).
    C’est une oeuvre importante, qui n’était disponible en aucune édition audio, même commerciale, et c’est là que ce site est le plus utile.

  3. Je suis tout à fait d’accord avec vous.
    Même si je suis loin d’avoir tout compris encore, j’ai admiré la beauté de la langue et les réflexions qu’inspirent Nietzsche.
    Merci.

  4. J’ai commencé l’écoute avec grand intérêHumain trop humain. Voilà le premier livre de Nietzsche que je « lis » ayant eu comme introduction le cours de Michel Onfray sur ce philosophe (La jeune fille qui se pose une question sur l’écoute de Nietzsche pourrait éventuellement passer par l’introduction de M. Onfray que j’ai trouvée pour ma part très éclairante ; Nietzsche me faisait peur aussi)

    Vous lisez exactement comme cela se doit, c’est-à-dire suffisamment lentement pour que l’on puisse à la fois comprendre (dans la mesure du possible !) et que l’on profite de la poésie de ce philosophe.
    Que de fulgurances , que d’interrogations , que d’ouvertures sur des abîmes de réflexion …je continuerai … merci pour ce choix..

  5. @LIAT

    Bonjour demoiselle ( si je comprends bien )…

    Au risque de m ‘ attirer les foudres du pater et la grimace de DOMI…
    Allez-y ! Ne vous en faites pas une montagne ! Point assez mûre ?! Fi donc ! Et quand bien même ! Ce que vous saisirez vous mûrira !
    Commencez par le ” Ainsi parlait ZARATHOUSTRA “… et vous verrez alors si vous avez envie de continuer… NIETZSCHE n ‘ est pas un technicien de la philosophie lisible par les seuls techniciens de la philosophie ! Il ecrit avec son coeur et son sang ! Ses yeux grand-ouverts !
    Vous avez un coeur palpitant ? Un sang jeune et frais coule dans vos veines ? C’ est le moment.

    Mon cordial salut… et au pater et à DOMI…

    Ps… lisez plutôt qu ‘ écouter…

  6. Chère Lïat,

    Je crois que Nietzsche est très difficile à lire.
    Ne vous inquiétez pas, vous y reviendrez plus tard. J’ai attendu d’être grand-mère pour le comprendre et oser l’enregistrer

  7. Bonsoir à tous deux,

    Merci de vos messages. J’espère que ce texte vous plaira.
    Je l’ai trouvé plus difficile à lire que « Opinions et sentences mêlées ».

    Bonne soirée

    Domi