L’Antéchrist

Donneur de voix : Olivier Pontreau | Durée : 3h 20min | Genre : Philosophie


Friedrich Nietzsche (1882)

Frédéric Nietzsche règle ses comptes avec le christianisme.

« Périssent les faibles et les ratés : premier principe de notre amour des hommes. Et qu’on les aide encore à disparaître !

Qu’est-ce qui est plus nuisible que n’importe quel vice ? — La pitié qu’éprouve l’action pour les déclassés et les faibles : — le christianisme… »

Traduction : Henri Albert (1868-1921).

> Écouter un extrait : Paragraphe 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

L’Antéchrist.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 02/04/2010.
Consulté ~70 934 fois

Lu par Olivier Pontreau

Suggestions

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour à tous,

    Je rejoins mes pensées à celles de Hervé; quant au reste des commentaires insatisfaits, je leur rappelle que ces lectures sont faites par des bénévols et non des professionels. Toutes autres voies leurs restent ouvertes pour se procurer mieux.

  2. Quel grand penseur,quelle finesse dans ses analyses. Pour ma part Nieztsche est un ecrivain certainement des plus prolifique de tout les temps.

  3. BONSOIR

    Pourriez vous nous lire : AURORE …et merci pour votre volonté etsommes toujous en dette vers toute l équipe qui n épargne aucun effort pour nous faire
    voyager dans le monde de la PENSEE…

    Cordialement

    AHMED

  4. que tous ceux qui se voient réellement dfes esprit libre le soient vraiment ,,, qu’ils le soient et qu’ils cherchent le livre et qu’ils lisent les deux page qauté prétendue lacune de “la thése soixante” quare a celui qui essaye de cacher la vérité ,,, il se fatiguera pour rien ,,, le vrais la manifestera tot ou tard

  5. Cher Monsieur Pontreau je vous demande à genoux, la généalogie de la morale ainsi que ecce homo, nous avons ouvert nos yeux et nos consciences, nous qui savons ou et comment la plante homme à poussée le plus vigoureusement,au loin, nous entendons le bruit du tonnerre…

  6. Totalement d’accord, c’est incroyable qu’un livre de Nietzsche soit lu comme un sermon, devienne ennuyeux comme une messe dans une église morne et triste un dimanche matin.

    Serait-il possible de le faire lire par Sualtam ? Qui est je crois celui qui a excellemment lu “Par-delà bien et mal”. Par pitié.

  7. C’est tout de même un comble de faire lire ce texte par quelqu’un qui lit comme un curé à la messe!!!

    Encore un lecteur qui ne sait pas lire, et pire, qui ne sait pas ce qu’il lit.

    Par la difficulté du lecteur à lire son texte, le rythme en devient dangereusement houleux, et fracasse le texte à des abîmes d’incompréhension. C’est tout à fait inaudible.

    Sachant que je ne serai pas publié,
    Christophe, auditeur à Caen.

  8. Je suis fasciné et subjugué par ce travail de titan dit sur un timbre de voix dénué de passions.
    Ce texte est une saga, un anti dogme montrant la puissance de ce grand penseur qu’était Friedritch Nietzsche, homme malade, pauvre financiérement , pauvre sentimentalement et terminant dans l’effroyable conclusion de la folie.
    Ce texte en dehors de sa pensée est un Evangile Paien digne de respect même s’il dérange
    Sentiments respectueux

  9. Joli travail, mais il est quelques liaisons dangereuses et parfois dommageables.
    Merci à vous de nous rendre ce texte à coeur.
    Christine