Fleur de Silphium

Le Concombre fugitif – Mon jardinier

Deux textes de plein air dont Le Concombre fugitif, bel hymne à la fleur (qui chagrinera peut-être les amateurs de bégonias !).

« Oh ! les jardins d’aujourd’hui, comme ils me sont hostiles ! Et quel morne ennui les attriste ! À quel rôle abject de tapis d’antichambre, de mosaïque d’écurie, de couvre-pieds de cocottes, les jardiniers, mosaïculteurs et cloisonneurs de pelouses, n’ont-ils pas condamné les fleurs ! Tout ce qu’elles peuvent avoir, en elles, de personnalité mystérieuse, tout ce qu’elles contiennent de symboles émouvants et de délicieuses analogies, tout l’art exquis qui rayonne, en prodiges de formes éducatrices, de leurs calices, on s’acharne à le leur enlever. On les oblige à disparaître, taillées, rognées, ébarbées, nivelées par un criminel sécateur, dans une confusion inharmonique, dans une sorte de tissage mécanique et odieux. Elles ne sont plus tolérées dans les jardins, qu’à la condition de dire la suprême sottise du jardinier, d’étaler par des chiffres et par des noms la richesse et la vanité du propriétaire. Les hommes exigent qu’elles descendent jusqu’à leur snobisme, jusqu’à leur vulgarité. Rien n’est triste comme des fleurs asservies.
Les fleurs que j’aime sont les fleurs de nos prairies, de nos forêts, de nos montagnes. »

Les moqueries habituelles d’Octave Mirbeau parsèment Mon jardinier.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 22/04/2018.
Consulté ~3245

Lu par René Depasse

Suggestions

• • •More

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Cher Monsieur,
    Mais je vous admire depuis le premier jour, car je ne connais personne (sinon vous) qui soit si dévoué et si constant, à ces qualités rares, s’ajoute la générosité ! Aussi, j’ai toujours un grand plaisir de passer ici, où m’attendent vos dons toujours renouvelés ! Mille fois merci et plus encore !

    Bien à vous !

  2. Monsieur Depasse,

    Je ne connaissais pas ce texte, et c’est une découverte dont je vous remercie vivement !Vous ne savez pas et ne pouvez pas savoir combien c’est une plaisir de vous écouter ! Merci de m’apprendre encore !
    Vale !