Charles Peguy

La rémunération des professeurs est la condition de la liberté de l’enseignement

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 4min | Genre : Philosophie


Charles Peguy

Dans son numéro du 19 octobre 1902, le journal La Raison publiait un article d’un certain Henry Bérenger, dans lequel celui-ci attaque les « intellectuels ». Au détour d’une phrase, il laisse tomber ces mots sur un professeur de philosophie à l’université, Mr Célestin Bouglé : ce dernier serait, comme universitaire, selon Bérenger, « subventionné par l’État ». Ces mots vont être l’occasion d’une mise au point cinglante de la part de Péguy, sur le sens des mots « subventionné » et « rémunéré », dans les Cahiers de la quinzaine qui suivent.

Péguy rappelle – n’est-ce pas vrai encore de nos jours ? – qu’en faisant le choix d’une carrière dans l’enseignement, les maîtres renoncent à une vie qui donnerait « une situation financière brillante […] dans l’industrie ou dans le commerce ». Péguy n’est pas dans la position de celui qui défendrait son salaire, puisque lui-même vit (tant bien que mal d’ailleurs) de son métier de journaliste. Il entend défendre le principe non négociable de la liberté de l’esprit, qui doit fonder un enseignement, parce qu’il est une condition indispensable d’une recherche philosophique sérieuse. Péguy formule donc deux principes essentiels pour une école digne de ce nom : enseigner bien sûr la vérité, mais aussi, bien payer les professeurs.

La rémunération des professeurs est la condition de la liberté de l’enseignement.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)



> Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 11/09/2014.
Consulté ~7 063 fois

Lu par Ludovic Coudert

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je viens d’écouter le mp3, merci.
    J’ai l’impression que ce débat est dépassé et que chacun connaît aujourd’hui la différence entre «subventionné» (un exemple, la presse française, plus de 500 millions d’euros en 2013) et «rémunéré».
    Du temps de Péguy journaliste, je ne suis pas sûr que la presse ne fût pas subventionnée non plus, mais c’est peut-être un détail.

  2. Dieu, que j’aurais aimé connaître ce texte plus tôt.
    Merci pour cette excellente lecture à diffuser sans modération. Toujours d’actualité mais toujours aussi difficile à faire admettre !