La Comédienne

Gil Pidoux (1938) consacre sa vie au théâtre : comédien, metteur en scène, adaptateur et encore décorateur. Il a également écrit de nombreuses pièces pour la scène ou la radio. Et ce n’est pas tout, Gil Pidoux est également peintre et poète.
Après La Lettre d’Australie, La Muette, La Femme du peintre et Le Déménagement, je vous propose de découvrir La Comédienne, un poignant hommage à Marguerite Cavadaski.

Je remercie infiniment Gil Pidoux, qui a consenti avec amabilité et générosité à la publication de quelques unes des nouvelles de son recueil Les Veuves. Avec l’aimable autorisation des Éditions Au Plaisir de Lire.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Triphido, divers extraits de l’album A Matter of Principle (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Livre ajouté le 17/11/2013.
Consulté ~10 695 fois

Lu par Esperiidae

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci à vous de votre fidèle écoute et pour ces quelques mots qui me touchent beaucoup.

    Je vous souhaite encore beaucoup de plaisir sur litteratureaudio !

    Très belle fin de journée
    Au plaisir

  2. Bonsoir Jarovey
    Je ne me lasse pas de constater que la sensibilité de Gil Pidoux touche et plaît.

    Merci à vous pour votre fidélité. Votre écoute et vos commentaires me font toujours énormément plaisir.

    A bientôt
    Amicalement

  3. Esperidae
    Vous revoila;
    Merci à Gil Pisoux qui sait si bien mettre en mots,les images et les sentiments humains et metci à vous qui savez si bien remettre en images et sentiments humains les mots de Gil Pidoux

  4. La poésie des textes de Gil Pidoux est comme un pétale de rose qui voltige au dessus des stèles. Destin commun et inévitable, la mort est un paradoxe, une « banalité singulière », une épreuve « individuellement collective ». Elle nous touche tous, elle fait peur, elle fait mal, elle dépossède, elle égare, elle anéanti, elle révolte, elle désole, ou isole…. Gil Pidoux la regarde, la dénude puis nous la présente, sans larme, sans gêne, sans “chichis”. D’une écriture tendre et pleine de grâce, il dépose avec tact et délicatesse cette inévitable tragédie aux creux de notre regard. C’est un plaisir de partager ces textes, un plaisir que de les savoir appréciés. Merci Alain pour ton commentaire.

    Amitiés

  5. Trébucher comme un enfant, pour l’éternité, au milieu des roses. Quel beau départ… Tout aussi beau que sans aller sous les applaudissements, accompagné par le souffle de Molière…
    Une nouvelle fois, Esperiidae, ta voix et le texte de l’auteur Gil Pidoux, s’accouplent dans une même sensibilité.
    Vous nous offrez un grand moment de plaisir.