Les Veuves

La Sorcière de Barcelone

Gil Pidoux (1938) consacre sa vie au théâtre : comédien, metteur en scène, adaptateur et encore décorateur. Il a également écrit de nombreuses pièces pour la scène ou la radio. Et ce n’est pas tout, Gil Pidoux est également peintre et poète.
Après La Lettre d’Australie, La Muette, La Femme du peintre, Le Déménagement et La Comédienne, je vous propose de découvrir à présent La Sorcière de Barcelone.

Je remercie infiniment Gil Pidoux, qui a consenti avec amabilité et générosité à la publication de quelques unes des nouvelles de son recueil Les Veuves. Avec l’aimable autorisation des Éditions Au Plaisir de Lire.

Références musicales :

Carlos Rives, Improvisaciones 2, extrait de l’album Barroco (licence Cc-By-Nc-Sa).

Livre audio ajouté le 19/09/2014.
Consulté ~7 513 fois

Lu par Esperiidae

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour Alain,
    Oui, Gil a rendu cette sorcière bien sympathqiue. Toujours cette même sensibilité dans ses personnages.

    Merci pour ton commentaire.
    Amicalement.

  2. Bonjour Roger,

    Je prends grand plaisir à enregistrer et à partager ces textes d’auteurs que j’affectionne, mais, comme pour tous les autres donneurs de voix je pense, c’est votre plaisir, celui que les auditeurs prennent en nous écoutant, qui donne un sens à ce que l’on fait.

    Roger, votre commentaire me touche particulièrement. Je suis infiniment touchée et heureuse de pouvoir servir de lien entre l’écriture de Gil Pidoux et votre esprit, émue de lire que ma voix comble l’espace que la diminution de votre vue crée entre vous et l’auteur. Je suis enchantée de lire qu’ainsi je contribue à effacer cette distance entre les mots de Gil et votre coeur. Merci pour vos mots.

    Amicalement

  3. Bonjour Esperidae

    Merci pour cette nouvelle émouvante de Gilles Pidoux.
    Quand je pouvais lire un livre,entre l’auteur et moi le lecteur,il n’y avait pas d’intermédiaire. Vous faites partie de ces quelques rares donneuses(rs) de voixqui
    savez effacer la distance entre l’auteur et le lecteur.
    amicalement
    roger