Platon - détail du tableau de Raphaël, L'École d'Athènes (1509-1511)

Phèdre

Ce dialogue commence par deux petits discours de rhétorique, le premier est de Lysias, un sophiste, le second de Socrate. Socrate regrette alors d’avoir fait un tel discours à la manière des sophistes, il va en faire un second non plus selon les règles de la rhétorique, qui entasse pèle-mêle des arguments, mais selon la dialectique, déduction méthodique et proprement philosophique. S’ensuit une discussion sur l’art du discours.

Levinas évoque le Phèdre de Platon comme l’un des « cinq plus beaux livres de l’histoire de la philosophie », aux côtés de la Critique de la raison pure, de la Phénoménologie de l’esprit, de l’Essai sur les données immédiates de la conscience de Bergson et enfin Être et Temps de Heidegger.

Traduction : Émile Chambry (1864-1938).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 27/07/2010.
Consulté ~48724

Lu par Thomas de Châtillon

Suggestions

• • •More

27 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Voudriez-vous m’indiquer quelle est cette traduction que vous lisez ?
    Pour en avoir lu quelques autres, je me permet d’affirmer que c’est une manie des traducteurs, ou de coller si fort au texte original qu’on en dénature la poésie, ou d’en rendre un sac de phrases maniéré et archaïque, style universitaire en mal de beau style, afin d’en sauvegarder la poésie. En somme, le petit nègre ou le mauvais goût.
    Je trouve la votre simultanément juste et légère. Si vous vouliez me communiquer l’édition, vous feriez un homme heureux. Avec mes compliments pour la patience, merci.

  2. Qui bénévolement lit et d’enregistre un texte pour nous le donner à entendre est d’un immense mérite et nous, les auditeurs, les “écouteurs” , leur devons plus qu’ils n’imaginent, surtout si, comme moi, nous sommes mal voyant ( en l’occurrence c’est un bel euphémisme).
    Partant de là – du fait de nous donner ( oui “donner” ) un texte-, les meilleurs lecteurs sont incontestablement ceux qui parviennent au plus haut du don, en s’interdisant le plaisir d’interpréter ou celui d’expliquer en “mettant le ton”. Laisser au seul public le soin d’imaginer le sens , les images, les personnages est le grand art des meilleurs diseurs de textes. Ecoutez les 4 ou 5 meilleurs lecteurs professionnels bien connus de Proust – qui chacun à sa façon enchante- , puis essayez tout de même de les classer. Vous verrez, le meilleur est quasi neutre.
    Par métier j’ai dû le constater: le grain de voix oui, mais pas le ton…Si non c’est du théâtre, pas de la lecture.
    Mais encore bravo et merci pour les lecteurs bénévoles.

  3. Bonjour,
    Suite à une mise à jour dans le calendrier des programmations pour les jours à venir, Phédon sera finalement publié le 12 octobre.

    Plus que deux jours à attendre… 🙂

    Bon dimanche à tous,
    Christine.

  4. Bonjour cher Ahmed,
    Vous pouvez télécharger le texte en format pdf depuis Gallica. Il vous suffit de cliquer sur le petit icone situé en haut à droite du document et qui représente une page avec une flèche dans le coin supérieur droit. (En positionnant la souris sur l’icone, une petite fenêtre apparaît, indiquant “Télécharger et reproduire”. ) Puis suivez les instructions…
    À bientôt et bonne lecture,
    Ch.

  5. Malheureusement, chère Marianne, je suis en pleine rédaction de mini-mémoire pour l’université de Mainz, ce qui a, ce dernier mois, réduit mon temps de lecteur à néant. Début septembre verra leurs achèvements et je pourrai reprendre la lecture du Phédon.

  6. Oui ces textes ont besoin d’être lu et relus de toute façon..mais les lire après écoute les rends plus vivants…
    J’espère que nous aurons aussi phedon.
    Merci pour tout

  7. C’est moi qui vous remercie Marianne et Sophie pour votre écoute ! Ce que vous me dites me réjouis d’autant que j’avais peur qu’on ne différencie pas bien les personnages. J’espère également que la fluidité du dialogue que j’ai essayé de rendre ne nuit pas aux passages difficiles.
    Pour ce qui est du Sophiste qui est, je pense, le dialogue le plus abrupt de Platon, je ne sais pas si ce texte se prêtera bien à l’audio. Sa densité théorique et conceptuelle risque vite de lasser, voir d’agacer l’auditeur si il doit revenir en arrière à chaque fois, au contraire de la lecture visuelle où il n’est pas dérangeant de relire cinq fois une phrase pour comprendre, ou de revenir à la définition précédente une page plus tôt. Ceci dit, je conviens que c’est un très beau dialogue, et si quelque auditeur souhaite cependant en braver les difficultés, je ferai cette lecture volontiers.
    En attendant est déjà enregistré le Critias, qui paraîtra donc sous peu.

    A bientôt,
    Thomas

  8. Bravo Thomas.
    Votre lecture pleine de vivacité devrait permettre, à ceux qui ne le connaissent pas encore, de découvrir Platon, d’une manière fort sympathique. En effet, ces lectures pouvant paraitre d’un premier abord quelque peu rébarbatives, reprennent vie au son de la voix et incitent à la curiosité… Merci pour ce travail. Il en appelle d’autres…Amicalement. Sophie

  9. Merci beaucoup pour cette lecture, comme c’est vivant.
    Vous êtes tous formidables.
    On retient bien mieux qu’en lisant!
    Je suis très heureuse d’avoir découvert ce sit!
    J’attends le sophiste