Du Beau

Ennéades 1, Livre 6. Traité 1 sur le beau.

Plotin part de l’expérience de la beauté, de son importance et de son caractère multiforme (beauté dans la nature, dans les arts, beauté morale…) et se demande comment les expliquer. Après avoir montré l’insuffisance de la théorie stoïcienne, selon laquelle la beauté est une question de « proportions des parties », Plotin livre sa propre interprétation, qui consiste à dire que le sentiment du beau nous rattache à ce qu’il a identifié comme étant le « principe de toute chose », à savoir l’Un, le Bien. « La beauté est quelque chose qui est sensible au premier aspect, que l’âme reconnaît comme intime et sympathique à sa propre essence, qu’elle accueille et s’assimile. Mais, qu’elle rencontre un objet difforme, elle recule, le répudie et le repousse comme étranger et antipathique à sa propre nature. C’est que, l’âme étant telle qu’elle est, c’est-à-dire d’une essence supérieure à tous les autres êtres, quand elle aperçoit un objet qui a de l’affinité avec sa nature ou qui seulement en porte quelque trace, elle se réjouit, elle est transportée, elle rapproche cet objet de sa propre nature, elle pense à elle-même et à son essence intime. »

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Marie-Nicolas Bouillet (1798-1865).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Claude Debussy, Danse sacrée et danse profane, interprétée par l’ensemble United States Marine Band (domaine public).

Livre ajouté le 15/07/2016.
Consulté ~5 648 fois

Lu par Gauthier Manesse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.