La Semaine des trois dimanches

Cette nouvelle fut remarquée par Jules Verne dans son essai Edgar Poe et ses œuvres (1864) :

« Je terminerai cette nomenclature en citant la nouvelle intitulée La Semaine des trois dimanches. Elle est d’un genre moins triste, quoique bizarre. Comment peut-il exister une semaine des trois dimanches ? Parfaitement, pour trois individus, et Poë le démontre. En effet, la terre a vingt-cinq mille milles de circonférence, et tourne sur son axe de l’est à l’ouest en vingt-quatre heures ; c’est une vitesse de mille milles à l’heure environ. Supposons que le premier individu parte de Londres, et fasse mille milles dans l’ouest ; il verra le soleil une heure avant le second individu resté immobile. Au bout de mille autres milles, il le verra deux heures avant ; à la fin de son tour du monde, revenu à son point de départ, il aura juste l’avance d’une journée entière sur le second individu. Que le troisième individu accomplisse le même voyage dans les mêmes conditions, mais en sens inverse, en allant vers l’est, après son tour du monde il sera en retard d’une journée ; qu’arrive-t-il alors aux trois personnages réunis un dimanche au point de départ ? pour le premier, c’était hier dimanche, pour le second, aujourd’hui même, et pour le troisième, c’est demain. Vous le voyez, ceci est une plaisanterie cosmographique dite en termes curieux. »
Grâce à ce problème résolu de décalage horaire, Robert et Catherine ont pu se marier…

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : William Little Hughes (1822-1887).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 24/10/2013.
Consulté ~11 145 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.