Maurice Rollinat

Le Corbeau (Poème, Traduction : Rollinat)

Les deux traductions en prose du Corbeau d’Edgar Allan Poe par Baudelaire et Mallarmé sont bien plus connues que celle en vers de Maurice Rollinat (1846-1903) auteur de poésies fantastiques et souvent macabres et pianiste connu pour avoir mis en musique des poèmes de Baudelaire.
Cette mise en vers du Corbeau respecte l’original tout autant que les traductions de ses illustres prédécesseurs.

« Lors, j’ouvris la fenêtre et voilà qu’à grand bruit,
Un corbeau de la plus merveilleuse apparence
Entra, majestueux et noir comme la nuit.
Il ne s’arrêta pas, mais plein d’irrévérence
Brusque, d’un air de lord ou de lady, s’en vint
S’abattre et se percher sur le buste divin
De Pallas, sur le buste à couleur pâle, en sorte
Qu’il se jucha tout juste au-dessus de ma porte…
Il s’installa, puis rien de plus. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 11/04/2011.
Consulté ~16 031 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.