Puits et pendule

Le Puits et le pendule

Les supplices endurés à Tolède, par un prisonnier lors de l’Inquisition espagnole, l’anxiété de la mort, la terreur matérialisée par un pendule, à lame d’acier, suspendu comme une épée de Damoclès sur la tête de celui qui raconte en une heure avec réalisme (il souffre de la soif, les rats grouillent sur lui…) son agonie, sont minutieusement relatés par Edgar Poe traduit par Baudelaire.

« J’étais évanoui ; mais cependant je ne dirai pas que j’eusse perdu toute conscience. Ce qu’il m’en restait, je n’essaierai pas de le définir, ni même de le décrire ; mais enfin tout n’était pas perdu. Dans le plus profond sommeil, — non ! Dans le délire, — non ! Dans l’évanouissement, — non ! Dans la mort, — non ! Même dans le tombeau tout n’est pas perdu. Autrement, il n’y aurait pas d’immortalité pour l’homme. En nous éveillant du plus profond sommeil, nous déchirons la toile aranéeuse de quelque rêve. Cependant, une seconde après, — tant était frêle peut-être ce tissu, — nous ne nous souvenons pas d’avoir rêvé. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 26/04/2012.
Consulté ~16 289 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.