Edgar Allan Poe

Metzengerstein

« À l’époque dont je parle existait dans le centre de la Hongrie une croyance secrète, mais bien établie, aux doctrines de la métempsycose. De ces doctrines elles-mêmes, de leur fausseté ou de leur probabilité, – je ne dirai rien. J’affirme, toutefois, qu’une bonne partie de notre crédulité vient, comme dit La Bruyère, qui attribue tout notre malheur à cette cause unique — de ne pouvoir être seuls. »

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 13/03/2008.
Consulté ~27 625 fois

Lu par Memebut

Suggestions

10 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. salut
    Je trouve la voix merveilleuse ,le début de l’histoire trop formidable mais pour la fin j’arrive pas à bien comprendre , j’ai essayer d’expliquer quelques mots ( je suis simplement une étudiante du français comme langue étrangère ) mais encore j’arrive pas à bien concevoir le dénouement de l’histoire . En tout cas je vous remercie beaucoup votre site me rend grand service et me réchauffe le cœur . merci
    bien amicalement

  2. Bonjour Amis(es),

    Il est heureux de nous faire découvrir Edgar Allan Poe de cette façon. La voix du Lecteur est tout à fait dans la “Tonalité” de cette littérature fantastique particulière. Mes compliments. Je pense -, voeux pieux ?… -, que d’autres contes tout à la fois fantastiques, chargés d’une certaine forme de romantisme poétique et non point morbides comme nous pourrions le penser en abordant ce Maître de la Nouvelle Angleterre du XIX° siècle, “Renaîtrons”… sur ce Site Audio si merveilleux et fantastique par lui-même. Autre voeux pieux : “Pensez aux Poèmes de Sir Edgar ; tel “Annabella” et son “Cimetière marin” par exemple… Ah ! quelle belle histoire d’un si bel Amour impossible.

    Merci pour tout.

    André.77

  3. Bonjour,

    Oui selon toute vraisemblance il s’agit d’un problème tout à fait temporaire, peut-être une maintenance du serveur.

    Je vous conseille de réessayer dans quelques minutes.

    Bien cordialement,

    Augustin