Paul Chabas, Le Coin de la table (1904)

Un dîner en ville

Cette courte nouvelle a été publiée par Marcel Proust en 1896, avant la rédaction de À la recherche du temps perdu ; elle fait partie du recueil Les Plaisirs et les jours.
La peinture des invités à ce dîner bourgeois est pleine d’un humour féroce ! Proust s’y moque du snobisme des convives ; il n’a pas plus de pitié pour la douairière à la coiffure et aux principes surannés que pour l’humaniste qui a tout à la fois « des citations et des renvois » – pas davantage pour son héros futile qui se rêve écrivain…

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Références musicales :

Piotr Ilitch Tchaïkovski, Valse en Fa dièse majeur n°9 – Op. 40, interprétée par Sam Chan (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Livre ajouté le 28/09/2017.
Consulté ~8 964 fois

Lu par Gaëlle

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. GAËLLE …

    Une savoureuse mise en bouche ( avec ” La fin de la jalousie ” que j ‘ ai écoutée hier ).
    Toujours gentil Marcel PROUST! Jusque dans ses egratignements … beaucoup de compassion en lui …
    Le livreur d ‘ ” Amazon ” m ‘ a apporté hier le plat de consistance … ” À la recherche du temps perdu ” ! … J ‘ entends d ‘ ici votre … ” Bon appétit , monsieur ! ” Et comment !
    Je compte bien n ‘ en perdre pas… une miette (

  2. Merci pour votre retour, Maclavi. Les nouvelles de Proust sont une bonne façon de découvrir sa façon d’écrire, il y en a plusieurs autres sur Litterature Audio, n’hésitez pas à poursuivre votre exploration. J’espère que vous aurez ensuite envie de lire ou écouter La Recherche du Temps Perdu, qui est à mon avis l’un des plus grands romans français !

  3. Je vous remercie de votre commentaire amical, Georje, qui me fait très plaisir ! Le rythme de la phrase de Proust n’est pas simple à trouver, je m’y suis prise à plusieurs fois pour poser ma respiration.
    Je suis ravie si cette lecture vous a permis d’apprécier Proust, qui est à mes yeux le plus grand auteur de la littérature française. Oserais-je vous suggérer une autre de mes lectures de Proust, La Fin de la Jalousie, dont je suis assez fière également ?

  4. Je reconnais que j’ai toujours laissé tomber mes tentatives de lectures de Proust pour la simple raison que j’ai déjà oublié, la plupart du temps, le début des phrases quand j’en arrive à la fin.
    Mais grâce à vous, je pourrais enfin dire que je connais un peu son univers. Parmi toutes les lectures que j’ai écoutées, vous êtes la seule à apporter autant de nuances dans une même phrase. Je dois dire que je me suis même amusé à me prendre pour honoré pendant un moment.