Le Cinquante-millième jour

Le Cinquante-millième jour (Version 2)

Parmi les innombrables futurs de l’humanité possibles, l’auteur propose celui-ci…

Extraits : « La Grande Décroissance avait vu le déclin puis l’abandon des ordinateurs personnels et autres connexions individuelles, qui avaient accompagné l’époque de l’Individualisme. […] Aujourd’hui, les addictions à la connexion n’étaient plus possibles, et le réseau était redevenu l’esclave des hommes. L’existence humaine, qui avait suffoqué dans l’instantanéité, la communication et le multi-tâches, avait retrouvé son souffle – son rythme lent et erratique, propice à la contemplation, à la pensée, à la création. […] L’Interconnexion locale permettait de mettre en relation les membres de chaque Communauté, une dizaine de milliers d’hommes, tout au plus. Elle était le pivot de toutes les rencontres, de tous les échanges de biens et de services, de toutes les collaborations, de tous les projets – pivot indispensable depuis l’interdiction du commerce et de la monnaie. »

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio ajouté le 09/11/2018.
Consulté ~4 035 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour,

    Juste pour remercié pour cette belle histoire, ce future me tenterais vraiment.
    Et une audition vraiment agréable 🙂

  2. Cher Jean-Pierre, la solution à ce mystère est simple… Je lis moi-même très vite, comme me l’ont fait remarquer plusieurs auditeurs… Merci Daniel pour cette V2 synchrone !

  3. Je voudrais signaler au coquin Jean-Pierre que si, d’une manière générale, mes V2 sont plus rapides que les V1, je ne le cherche pas et lis comme je le sens. Là, on dirait que j’ai senti le rythme un peu comme Pauline, évidemment en bien moins charmant…

  4. Certes du Pucciano, mais sans Pauline… c’est bien, quoique moins charmant 😉
    Grosse surprise, cependant. Notre Daniel Speedy Ier a fait le même chrono que Pauline : 29 minutes ?!! Étiez-vous bâillonné et pendu au plafond la tête en bas, Daniel ?