Arthur Rimbaud en octobre 1871, à 17 ans (photographie : Étienne Carjat)

Le Forgeron (Poème)

“Le Forgeron”, où comment le poète, en porte parole, se fait la voix du Peuple de tous les âges.

« Le bras sur un marteau gigantesque, effrayant
D’ivresse et de grandeur, le front vaste, riant
Comme un clairon d’airain, avec toute sa bouche,
Et prenant ce gros-là dans son regard farouche,
Le Forgeron parlait à Louis Seize, un jour
Que le Peuple était là, se tordant tout autour,
Et sur les lambris d’or traînant sa veste sale. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 03/10/2008.
Consulté ~20407

Lu par Vincent Planchon

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour cher Franck,
    merci de votre témoignage et de votre élan.

    A votre proposition, c’est volontiers oui. Comme il ne semble pas possible de vous joindre par votre site, si vous lisez mon message ici, vous pouvez me contacter en me laissant un message privé ou un commentaire où vous joindre.

    Bien à vous.

    Vincent

  2. Salut Vincent. Je suis prof de français en collège, j’aime ce poème et ta lecture : je l’ai fait écouter à mes élèves de quatrième. Je t’invite à jeter un oeil sur mon site, et à “donner ta voix” pour l’un des textes… Quelques suggestions : L’onde et l’ombre? Cauchemar? Oltenita et Carmelo ? L’Hôte? Un poème de Hugo? Conrad?