Caspar David Friedrich - Le Rêveur (entre 1835 et 1840)

Jean-Christophe (Tome 4 : La Révolte)

Jean-Christophe a maintenant vingt ans et est soutenu par « la joie divine de créer ». Ayant rompu toute attache, et en haine de l’idéalisme allemand, il passe au crible de sa critique les œuvres des gloires nationales. L’emphase sentimentaliste l’indispose et il s’imagine réformer l’art allemand. L’opinion publique le blâme et la critique éreinte ses compositions. Il fait scandale dans une revue. Un soir, il offre une place de théâtre à une jeune institutrice française : elle est renvoyée et il se le reproche. Réalisant qu’on retouchait ses articles, il rompt avec la revue qui publiait ses critiques. Son Iphigénie fait un four et un journal d’opposition exploite sa franchise irréfléchie. Il se brouille avec la grand-duc, dont il était depuis son enfance le protégé. Il se sent de plus en plus seul et étouffe en Allemagne. « Le seul qui eût pu le sauver, Hassler, lui avait refusé son aide. Et l’amitié du vieux Schulz ne lui avait été donnée que pour être aussitôt retirée. » La France l’attire de plus en plus, mais il ne peut se résoudre à quitter sa vieille mère. Cependant, à la suite d’une rixe avec des soldats, il est contraint de s’enfuir et de passer la frontière heureusement toute proche. Ici se termine la période allemande de la vie de Jean-Christophe et commence la période parisienne.

Quatrième volume de Jean-Christophe.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Ludwig van Beethoven, Concerto pour violon et orchestre en Ré majeur, Op. 61 : 2ème mouvement, interprété par David Oistrakh et l’Orchestre d’État de l’URSS, dirigé par Guenadi Rojdestvenski (1958, domaine public).

 

Livre audio gratuit ajouté le 14/03/2015.
Consulté ~10954

Lu par André Rannou

Suggestions

14 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci, c’est avec joie que je reprends ce livre qui m’a accompagné depuis plusieurs années, sans avoir eu le temps de le terminé. Certes c’est une écriture tellement détaillée et soutenue que parfois le rhytme de la lecture passive s’essouffle, et finalement bienque cet un monument de notre littérature,le livre fini sur une étagère avec un marque page à la moitié du volume.
    deviens laissé plus 10ans je reprends ce volume et voilà que les personnages revive comme si le l’avais laissé hier. Je suis le texte en même temps que la lecture audio. Un vrai enchantement, sans ça je ne l’aurai jamais repris.

  2. Merveilleux ! Comme je suis heureux de trouver cette oeuvre magistrale lue comme vous la lisez, André. Quel bonheur de retrouver Jean-Christophe des années après avoir lu ce livre. Vous lui redonnez vie. J’ai particulièrement aimé dans ce tome la rencontre de Cristophe avec le vieux Schultz et ses amis. J’en avais les larmes aux yeux.
    Puissent nos commentaires vous encourager à poursuivre cette longue (mais tellement passionnante) lecture, et éventuellement vous donner les ailes de poursuivre avec : Beethoven, les grandes époque créatrices…

  3. Est-ce que vous allez continuer avec Jean-Christophe à Paris ? Je l’espère ! je suis trop triste d’abandonner notre ami à la frontière…Grand merci à vous pour ces heures de rêveries avec le tumultueux Jean-Christophe.
    elisabeth

  4. Bonjour ,

    Et bien moi ,j’ai décroché je ne sais pas trop pourquoi , car votre voix est parfaite comme à chaque lecture ,mais je pense que le texte ne “coule” pas jusqu’à mon cerveau. Trop compliqué
    pour une ^petite tête .Merci et à bientôt sur un autre texte.

  5. Un GRAND MERCI, André ! Je suis vraiment admiratif de votre immense et prodigieux travail au long cours, au service de ce vaste chef d’oeuvre. Votre lecture est magistrale et l’on est pris par ce torrent de très belle littérature et d’humanité !
    Cordiales salutations,
    ALAIN D.