Rose

À Cassandre (Poème)

« Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

[…] »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

Il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Références musicales :

Jean-Sébastien Bach, French Suite Nº1 in D minor BWV 812 (4. Menuet I), interprété par Gregorio Szames

Livre audio ajouté le 21/04/2010.
Consulté ~19 168 fois

Lu par Bruissement

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bruissement, je trouve votre lecture magnifique et votre voix a un tremblement particulier.

    je m’éprends pour elle, faites-en davantage vous donnez une nouvelle vie à ce beau poème, je vous baise la main bruissement.

    Bon courage.

  2. Mais oui, Noble Panda, il n’est jamais trop tard pour une explication des plus inattendues…quand je disais que votre site JardinsduLoriot fourmille de renseignements divers et passionnants!
    Et cette rose Pierre de Ronsard! une merveille! qui me permettra de changer la photo en quelque chose de moins pourpre mais de plus beau.
    Merci

  3. En écoutant ce poème choisi par Bruissement dont la voix est une musique “qui emplit les bois de ses ineffables sonorités” entremêlées du parfum de chèvrefeuille, je me suis demandé qui était cette Cassandre présenté à l’école comme exemple de l’amour platonique. Il me souvient seulement de la poésie, mais de l’explication, que nenni ! Il n’est jamais trop tard…

    http://www.jardinsduloriot.fr/joomla/index.php?option=com_content&view=article&id=508%3Apierre-de-rronsard-mignonne-allons-voir-si-la-rose&catid=127%3Alangage-des-fleurs&directory=269&Itemid=269&lang=fr

    La musique de Bach apporte une note juste à cette éternelle poésie.

  4. J’aime beaucoup ton bruissement de voix. En fait ta voix s’harmonise mélodieusement avec le texte mélodieusement tout comme la poésie mélodieuse la pensée.