Rembrandt - La lecon d anatomie du Dr Tulp 1634

Les Confessions (Livres 1-3)

Donneuse de voix : Clotilde B. | Durée : 4h 49min | Genre : Biographies


Rembrandt - La leçon d'anatomie du Dr Tulp (1634)

Jean-Jacques, le Barbare, l’Exilé, l’Incompris, s’offre à la dissection de ses ennemis, intus et in cute, afin de conjurer les voiles dissimulateurs, l’opacité terrifiante et la défiguration abominable. L’innocence persécutée s’immole sur le temple de l’écriture. L’histoire d’une vie, le tableau d’une âme, le portrait d’une conscience: Les Confessions sont le remède au mal.

> Écouter un extrait : Préambule.


> Télécharger le Tome 1 de ce livre audio (archive Zip, 80Mo)

> Télécharger le Tome 2 de ce livre audio (archive Zip, 90Mo)

> Télécharger le Tome 3 de ce livre audio (archive Zip, 89Mo)


> Télécharger ce livre audio par chapitres :

Tome 1:

Chapitre 1 : Préambule.mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)
Chapitre 2 : Introduction.mp3
Chapitre 3 : Tels furent les auteurs de mes jours.mp3
Chapitre 4 : J’étais né presque mourant.mp3
Chapitre 5 : Mes lectures.mp3
Chapitre 6 : Voilà comment je suis demeuré fils unique.mp3
Chapitre 7 : Telles furent les premières affections de mon entrée à la vie.mp3
Chapitre 8 : L’accident.mp3
Chapitre 9 : Mon amitié avec mon cousin Bernard.mp3
Chapitre 10 : Être aimé de tout.mp3
Chapitre 11 : Mon goût bizarre.mp3
Chapitre 12 : Le premier sentiment de la violence et de l’injustice.mp3
Chapitre 13 : Un aqueduc, un aqueduc.mp3
Chapitre 14 : Barna Bredanna.mp3
Chapitre 15 : Deux sortes d’amours très distincts.mp3
Chapitre 16 : L’utile métier de grapigan.mp3
Chapitre 17 : Un grand penchant à dégénérer.mp3
Chapitre 18 : Les asperges de M. Verrat.mp3
Chapitre 19 : La chasse aux pommes.mp3
Chapitre 20 : Ma friponnerie.mp3
Chapitre 21 : Ma prétendue contradiction.mp3
Chapitre 22 : L’infamie de l’Opéra.mp3
Chapitre 23 : Les livres de la Tribu.mp3
Chapitre 24 : Mon amour des objets imaginaires et mon goût pour la solitude.mp3
Chapitre 25 : Sinistre et fatale augure de mon sort inévitable.mp3
Chapitre 26 : Une vie obscure et simple, mais égale et douce.mp3

Tome 2 :

Chapitre 1 : Le vaste espace du monde.mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)
Chapitre 2 : Monsieur de Pontverre et la flatterie.mp3
Chapitre 3 : Un bon homme n’est pas un homme vertueux.mp3
Chapitre 4 : Une bonne dame bien charitable.mp3
Chapitre 5 : Je la vois.mp3
Chapitre 6 : Madame de Warens.mp3
Chapitre 7 : La sympathie des âmes.mp3
Chapitre 8 : Voir du pays.mp3
Chapitre 9 : La conspiration de mes proches.mp3
Chapitre 10 : La bonne philosophie assortie au cœur humain.mp3
Chapitre 11 : Mon manant et les bruyantes insomnies de sa femme.mp3
Chapitre 12 : La plus heureuse constitution de corps et d’esprit.mp3
Chapitre 13 : Un voyage par écrit.mp3
Chapitre 14 : Ne pas me perdre de vue un seul instant.mp3
Chapitre 15 : L’hospice des catéchumènes.mp3
Chapitre 16 : Trouvez des Jean-Jacques Rousseau.mp3
Chapitre 17 : Le sophisme qui me perdit.mp3
Chapitre 18 : Ma plus belle défense.mp3
Chapitre 19 : Les chevaliers de la manchette.mp3
Chapitre 20 : L’abjuration solennelle.mp3
Chapitre 21 : La liberté recouvrée.mp3
Chapitre 22 : Madame Basile.mp3
Chapitre 23 : Deux baisers brûlants.mp3
Chapitre 24 : Une honnête femme qu’on aime.mp3
Chapitre 25 : Mon peu de succès près des femmes.mp3
Chapitre 26 : Le fluteur Egisthe.mp3
Chapitre 27 : Tel fut le succès de ma première aventure.mp3
Chapitre 28 : La comtesse de Vercellis.mp3
Chapitre 29 : Lire dans le cœur des autres.mp3
Chapitre 30 : Femme qui pète n’est pas morte.mp3
Chapitre 31 : Le découragement de l’innocence avilie.mp3
Chapitre 32 : Le remord s’aigrit dans l’adversité.mp3
Chapitre 33 : Qu’il me soit permis de n’en reparler jamais.mp3

Tome 3:

Chapitre 1 : La honte, compagne de la conscience.mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)
Chapitre 2 : M’exposer de loin aux personnes du sexe.mp3
Chapitre 3 : Mes entretiens avec l’original du Vicaire savoyard.mp3
Chapitre 4 : Quoi ! toujours laquais.mp3
Chapitre 5 : On ne me traita pas comme un laquais.mp3
Chapitre 6 : Je fus à peu près oublié.mp3

Chapitre 7 : J’avais la mortification d’être nul pour elle.mp3
Chapitre 8 : Un de ces moments trop rares qui vengent le mérite avili des outrages de la fortune.mp3
Chapitre 9 : Je ne suis pas heureux dans la conclusion de mes amours.mp3
Chapitre 10 : En même temps au-dessus et au-dessous de mon état.mp3
Chapitre 11 : J’étais destiné à rapprendre souvent le latin et à ne le savoir jamais.mp3
Chapitre 12 : Me livrer à l’espoir de parvenir.mp3
Chapitre 13 : Cette manière de parvenir me paraissait lente, pénible et triste.mp3
Chapitre 14 : Un quart d’heure de vrai plaisir et de liberté dans la jeunesse.mp3
Chapitre 15 : Je fis le fier.mp3
Chapitre 16 : Mon cœur est sujet à s’échauffer sur les moindres choses.mp3
Chapitre 17 : Commencer la vie d’un vrai vagabond.mp3
Chapitre 18 : La fontaine se cassa près de Bramant.mp3
Chapitre 19 : Vivre dans la disgrâce de Mme de Warens était une chose qui ne se pouvait pas.mp3
Chapitre 20 : Te voilà chez toi.mp3
Chapitre 21 : C’est quand rien ne m’a manqué pour le nécessaire que je me suis senti le plus malheureux des mortels.mp3
Chapitre 22 : Puisque la Providence me le renvoie, je suis déterminée à ne pas l’abandonner.mp3
Chapitre 23 : Qui ne sent que l’amour ne sent pas ce qu’il y a de plus doux dans la vie.mp3
Chapitre 24 : Du vert devant mes fenêtres.mp3
Chapitre 25 : Une abondance patriarcale avec laquelle le faste ne s’allie jamais.mp3
Chapitre 26 : La prévoyance a toujours gâté chez moi la jouissance.mp3
Chapitre 27 : Petit fut mon nom, Maman fut le sien.mp3
Chapitre 28 : J’étais le plus heureux des hommes.mp3
Chapitre 29 : Mon plus constant bonheur fut en songe.mp3
Chapitre 30 : Des extravagances que le plus violent amour seul semblait pouvoir inspirer.mp3
Chapitre 31 : En un mot, j’étais sage parce que je l’aimais.mp3
Chapitre 32 : Tout était selon mon cœur.mp3
Chapitre 33 : Je causais avec Maman de mes lectures.mp3
Chapitre 34 : Cette vie était trop douce pour pouvoir durer.mp3
Chapitre 35 : Un garçon de peu d’esprit, très borné en un mot à tous égards.mp3
Chapitre 36 : J’écris dans mon cerveau.mp3
Chapitre 37 : Le spirituel Rousseau.mp3
Chapitre 38 : Le parti que j’ai pris d’écrire et de me cacher.mp3
Chapitre 39 : La mesure de mes talents ainsi fixée.mp3
Chapitre 40 : Une telle passion pour la musique.mp3
Chapitre 41 : Mon esprit veut marcher à son heure.mp3
Chapitre 42 : L’original du Vicaire savoyard.mp3
Chapitre 43 : L’amant de lui-même.mp3
Chapitre 44 : Donner ce fait pour un miracle.mp3
Chapitre 45 : J’étais destiné à être le rebut de tous les états.mp3
Chapitre 46 : Les souvenirs de ces temps de bonheur et d’innocence.mp3
Chapitre 47 : Mon cœur formait ma raison.mp3
Chapitre 48 : Venture de Villeneuve.mp3
Chapitre 49 : Mon goût pour M. Venture.mp3
Chapitre 50 : Quelque parole dure que M. le Maître ne put digérer.mp3
Chapitre 51 : Suivre M. le Maître au moins jusqu’à Lyon.mp3
Chapitre 52 : Ce troisième aveu pénible.mp3
Chapitre 53 : J’écris absolument de mémoire.mp3
Chapitre 54 : Je ne voyais plus d’autre bonheur que celui de vivre auprès de Maman.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 09/06/2008.
Consulté ~56 103 fois

Lu par Clotilde B.

Suggestions

33 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. . Je suis d’autant mieux heureux que ce soit vous qui le lisez que j’ai toujours imagine que mon auteur favori du temps des Lumières (Eh oui ! C’est ainsi que j’aime Rousseau ! Je l’aime autant que j’aime André Gide pour le XXème siècle, c’est-à-dire follement !) serait lu par quelqu’un qui aurait assez de naïveté, d’ingénuité, de spontanéité meme dans sa voix, car seule une voix pareille, je pense, saurait traduire toute la sensibilité dont il était douée, et qui se voit dans cesdites Confessions. Enfin, Jean-Jacques Rousseau est un homme, quoique fort sensible, qui aimait les femmes bien faites. Ainsi, je l’imagine mal être lu par une femme qui n’aurait pas, outre cette sensibilité-là dans la voix double d’ingénuité, une voix charmante. Lui-même ne l’eût pas apprécié, à mon avis. Aussi, pour tout, je vous rends graces, mademoiselle !:)

    Je vous souhaite un délicieux temps de Fêtes, et de continuer à nous moi aussi je l’aime auttan

  2. Clotilde,

    Je vous découvre par la présente lecture. Votre voix est pareille d’une charmante ingénue, et je trouve qu’elle convient à ravir à la lecture de ces Confessions. Je suis d’autant mieux heureux que ce soit vous qui le lisez que j’ai toujours imagine que mon auteur favori du temps des Lumières (Eh oui ! C’est ainsi que j’aime Rousseau ! Je l’aime autant que j’aime André Gide pour le XXème siècle, c’est-à-dire follement !) serait lu par quelqu’un qui aurait assez de naïveté, d’ingénuité, de spontanéité meme dans sa voix, car seule une voix pareille, je pense, saurait traduire toute la sensibilité dont il était douée, et qui se voit dans cesdites Confessions. Enfin, Jean-Jacques Rousseau est un homme, quoique fort sensible, qui aimait les femmes bien faites. Ainsi, je l’imagine mal être lu par une femme qui n’aurait pas, outre cette sensibilité-là dans la voix double d’ingénuité, une voix charmante. Lui-même ne l’eût pas apprécié, à mon avis. Aussi, pour tout, je vous rends graces, mademoiselle !:)

    Je vous souhaite un délicieux temps de Fêtes, et de continuer à nous étourdir !:)

    Yvan

  3. Je suis en Troisième année de Lettres Françaises; depuis la découverte de ce site depuis 2010 que je joue dedans jours et nuits, je n’ai jamais eu l’occasion de remercier les donneurs/donneuses de voix très particulièrement Clothide à qui je tiens beaucoup de reconnaissance et de compliments.

    J’adore certes la Littérature du XVIIIème siècles pour la pensée spirituelle qui conduit le monde d’Aujourd’hui mais grâce à la voix de Clotide, je suis totalement attaché de plus en plus que jamais.

    Je ne sais pas si j’aurais la chance te rencontrer face à face pour te dire combien de fois je suis aisé sur Les Confessions grâce à ta voix lumineuse qui me fait vivre Les Confessions mais je suis vraiment reconnaissant de ta participation en tant que donneuse de voix ici dans ce site, tu as été parfaite et je te remercie sur ça car cela donne une chance à tout le monde de façonner un amour sur les livres et les auteurs de qui tu as donné ta magique voix.

    Bien de bonnes choses à toi, je voix que tout le monde ici a remercié ta voix d’une sorte que je te conseille de continuer tes lectures car si ce n’est pas ici sur ce site ce sera dans un autre endroit où on t’appellera la petite célèbre Bill Gells en Lecture.

    Amicalement Abdillah Simba Maroc Fès Université Sidi Mohamed Ben Abdillah.

  4. • • •More