Les Maîtres sonneurs

Les Maîtres sonneurs

George Sand révèle ici les croyances occultes, les rites d’initiation, les traditions secrètes des sociétés paysannes de deux « pays » : le Berry, pays de cultures et le Bourbonnais, pays de forêts. Ici la sagesse des paysans ; là, l’itinérance des « bûcheux » et des muletiers.
La corporation des joueurs de cornemuse était, jadis, constituée en associations quasi maçonniques. Un enfant du plat pays, Joset l’ « ébervigé », l’idiot, rêve d’en faire partie. Il est l’incarnation même du génie populaire.
Les amateurs d’histoires d’amour seront gâtés par cet entrelacs de sentiments finement décrits.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 01/12/2020.
Consulté ~5 723 fois

Lu par Pomme

Suggestions

24 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. @ Dans la tête j ‘ avais…

    À BRUGES
    rêvant
    de BRUGES

    Rêver d’ ailleurs là où nous nous trouvons… quoi de plus commun… reconnaissez-le !
    Mais rêver de Kyoto à Kyoto… ah ! Toute la sensibilité de BASHO …

    ” Ploc ! “…

  2. Alors je vous souhaite vivement que tout aille bien, Marc.
    Vos bonnes adresses intéresseront peut-être quelques Belges ou touristes dans cette merveilleuse ville de Bruges.

  3. Bonjour,

    Si tout va bien, je retrouverai ma belle Bruges en septembre.

    Pour les amoureux des livres, je recommande chaudement la librairie “Raaklijn”, Kuipersstraat 1. Les libraires sont particulièrement sympathiques et passionnés par leur métier. Le rayon consacré à la Bibliothèque de La Pléiade comprend tous les titres de la collection ainsi que des Bouquins-Laffont rares, sans parler de mille autres merveilles.
    Non loin de la, Sint-Jakobsstraat 6, “The Cartoonist”. On s’y dilate la rate (très bon pour la santé) devant les dessins. Plus loin, au 36 de la même rue ou dans la ruelle Boterhuis, le cinéma “Lumière”. Le cinéphile a des chances d’y trouver son bonheur : j’y ai vu quelques bons films (sous-titrés en français, si nécessaire).

    Bon, j’espère que ce message ne sera pas considéré comme de la pub, mais comme la promotion de trois lieux culturels agréables.

    A bientôt.

  4. Marc, juste entre nous n’est-ce pas? Je ne connais pas Garcia Lorca. Je ne crois pas avoir lu qq chose de lui…
    En revanche, Bruges, ah! gros coup de coeur!

  5. Cher Sautillant,

    Force est d’avouer que je ne comprends pour ainsi dire rien aux haïkus et je les donne tous, absolument tous, même ceux des grands maîtres japonais, pour le seul “Cygne”, de Baudelaire. Heureusement, on n’est pas obligé de choisir. Ouf !

    Bonne soirée à ceux qui passent dans le coin.

  6. Bonjour Pommme,

    D’abord, j’aime beaucoup George Sand. C’est une très très grande écrivaine. Voilà une raison suffisante pour lire le plus grand nombre de ses livres, même ceux qui me semblent moins intéressants. Quant à Queneau, selon mon habitude, je me suis lancé dans un cycle qui devrait durer deux ans. Non, ce n’est pas du masochisme, mais impossible de ne pas finir un livre. Il y a une trentaine d’années, “Pierrot mon ami”, “Zazie dans le métro” et “Exercices de style” ne m’avaient pas déplus.

    J’ai lu coup sur coup un excellent roman (“The long goodbye”, de Raymond Chandler) et un chef-d’oeuvre (“Le docteur Jivago”, de Pasternak, alors que sa poésie m’est passé au-dessus de la tête.)

    Et mon cher Federico Garcia Lorca ! Avec lui, c’est une histoire d’amour, comme avec Paris ou Bruges. L’homme est adorable, attachant, et je ne peux que vous conseiller tout ce qu’il composé, à commencer par “Poète à New York”, l’un des plus grands recueil de poèmes que je connaisse.

    A bientôt.

  7. Vous m’amusez, Marc. Pourquoi persévérez-vous dans la lecture de romans qui ne vous plaisent pas? Et même 2 à la fois! Vous êtes étonnant! J’espère vous retrouver sur un autre roman que vous aurez aimé. A bientôt, peut-être…

  8. Merci, Pomme, pour votre lecture qui rend abordable un roman que je n’ai commencé à apprécier que vers la fin. Et encore ! De la douzaine d’oeuvres de George Sand, c’est la première fois que je ressens une telle impression. Cela dit, c’était moins désagréable que “Le chiendent” (Raymond Queneau) lu en parallèle.

    Indirectement, c’est un encouragement à lire d’autres livres que, sans vous, on délaisserait.

    Cordialement.

  9. Chère Smolensk, c’est moi qui ai été chamboulée quand j’ai constaté qu’un fichier entier n’avait pas été corrigé! Quelle honte!!! Je ne suis ni sévère avec moi-même, ni perfectionniste, je vous assure. Vous êtes vraiment d’une bienveillance formidable.
    Avec toute ma profonde reconnaissance,
    Pomme

  10. Ah je suis chamboulée de voir que vous prenez la chose ainsi ! je trouvais si touchant ce que vous appelez des erreurs.
    Je les aime autant que des coquelicots dans un champ de blé.
    Vous êtes sévère avec vous je trouve… Mais je n’ai pas à décider. A bientôt chère Pomme.

  11. Smolensk, je viens de vérifier, et effectivement j’ai laissé des erreurs non corrigées! Je suis d’une épouvantable étourderie, et tellement confuse! Avant ce soir tout sera rentré dans l’ordre.
    Merci pour votre extrême bienveillance.

  12. Merci de tout cœur Pomme pour cette lecture. Oui le roman nous fait pénétrer dans des mondes peu connus et passionnants ! Pendant un court temps, j’ai eu le sentiment de pénétrer dans les coulisses (un peu) d’une lecture à haute voix… Merci de ne pas avoir supprimé ses endroits car entendue “de profil”, vous m’avez semblé encore plus touchante et si vivante par les intonations, lorsque vous repreniez le fil.
    Quelle sérénité animée m’ont procurée ses heures d’écoute !

  13. Votre commentaire, Denise, est bien touchant. Je vous en remercie sincèrement et vous souhaite une bonne continuation.

  14. Je vous remercie infiniment, chère Pomme, d’avoir choisi de lire ce roman. Je l’ai lu il y a bien longtemps, en revenant du salon de luthiers et maitres sonneurs de Saint-Chartier qui est devenu ensuite un festival de musiques traditionnelles et un salon de lutherie. Je redécouvre donc cette histoire qui est presque un document incontournable pour tous les amoureux de cornemuse et de danse traditionnelle. C’est passionnant de découvrir l’évolution de la musique par ce biais ! Et moi qui aime tant danser la bourrée et en particulier, celles du Bourbonnais, je frémis de bonheur en vous écoutant !! Je vous remercie de lire aussi régulièrement car j’aime beaucoup votre voix et votre diction.. merci merci merci, vous m’accompagnez bien souvent le soir ou le week-end quand je n’ai pas envie de me sentir trop seule !

  15. Vous verrez, chère Claryssandre, que ce Sand ne vous décevra pas car il nous fait pénétrer dans des mondes peu connus et pourtant passionnants. Il est un peu tôt pour vous souhaiter de bonnes fêtes, mais le coeur y est!

  16. Quelle bonne surprise ! Je crois avoir écouté toutes vos lectures de Sand. Le sujet de celle ci à l’air passionnant. Merci chère Pomme ! Je télécharge et vous note sur ma liste pour les fêtes.