Les Portes de l'Opium

Les Portes de l’opium

« En approchant, je vis que ces lanternes étaient peintes de fleurs orientales et qu’elles dessinaient en l’air les mots :
Maison d’opium. […] Alors, sans réflexion, j’allumai, et je tirai deux bouffées d’une fumée âcre et vénéneuse qui me rendit fou. […] C’est alors qu’un panneau glissa dans la chambre, par où entra une jeune femme comme je n’en avais jamais vu. Elle avait la figure frottée de safran et les yeux attirés vers les tempes ; ses cils étaient gommés d’or et les conques de ses oreilles délicatement relevées d’une ligne rose… Ainsi parée, avec sa peau épicée et peinte, elle avait l’aspect et l’odeur des statues d’ivoire de Chine, curieusement ajourées et rehaussées de couleurs bariolées. Elle était nue jusqu’à la ceinture ; ses seins pendaient comme deux poires et une étoffe brune guillochée d’or flottait sur ses pieds. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

Un conte extrait du recueil Cœur double

Illustration : Les Portes de l'Opium
Livre audio gratuit ajouté le 25/03/2012.
Consulté ~19033

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.