Stefan Zweig

Le Pickpocket

L’écrivain journaliste autrichien Stefan Zweig (1881-1942) s’est illustré dans plusieurs domaines littéraires : le théâtre, la biographie, la poésie, le roman, les essais… Il a parcouru l’Europe, les États-Unis, le Canada, l’Inde et pendant la guerre, sous l’occupation nazie a dû, étant juif, s’exiler au Brésil où il est mort. Il est aujourd’hui publiable, mais hélas ! les traductions de ses œuvres sont trop récentes… En voici pourtant une, anonyme, de la nouvelle intitulée Le Pickpocket ou Révélation inattendue d’un métier parue en 1935 dans La Revue belge.
La scène se passe à Paris en 1931. Sur un ton autobiographique le narrateur raconte comment il découvre les activités d’un étrange voleur à la tire, le suit, prend pitié de lui et finalement lui fait grâce. Le récit est truffé d’anecdotes, comme la vente à l’Hôtel Drouot, et de réflexions à méditer du genre de celle-ci : « Dans mon premier mouvement de colère, je faillis donner l’alarme et crier : « Au voleur ! » Mais le courage me manqua. D’ailleurs je n’avais pas vu le voleur lui-même, je n’avais pas le droit d’accuser à la légère. Et puis il faut une certaine audace pour arrêter un homme, jouer au justicier à la place de Dieu. Je n’ai jamais eu le courage d’accuser ni de dénoncer. Je sais bien que la justice est fragile et qu’il est présomptueux de vouloir édifier le droit dans un monde aussi confus que le nôtre sur le faible roseau qu’est un simple fait. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Portrait photographique de Stefan Zweig.

Livre audio gratuit ajouté le 02/01/2013.
Consulté ~16532

Lu par René Depasse

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Snif 3 nouvelles seulement libres de droit (franchement pour les traductions la loi devrait être un peu plus souple)
    Quel plaisir de suivre ce pickpocket dans les rues de Paris, même si “il n’est pas en forme”…
    Merci M Depasse

  2. C’était mon premier Zweig, je ne regrette absolument pas. On m’en avait dit grand bien, c’est à raison! Merci pour cette agréable lecture!

  3. Excellente lecture d’un très beau texte, merci beaucoup !
    Quel dommage qu’il n’y ait pas plus de textes de Zweig disponibles..

  4. Malheureusement, chère Marianne, il n’existe pas, à votre connaissance, de traductions libres de droits des autres oeuvres de Stefan Zweig :(.
    Le Joueur d’échecs ne pourra donc pas être lu pour notre site.
    Merci pour votre visite 🙂
    Ch.

  5. Ein Juwel und eine meisterhafte Lesung.Also doppeltes Glück. Ich danke Ihnen dafür, Herr Depasse. Ich habe Ihnen gebannt zugehört.

    Vielleicht haben Sie Lust, uns noch andere Dichter aus dem deutschsprachigen Raum vorzustellen, Fontane, Keller, Mann..
    Und bitte, lesen Sie die Schachnovelle von Stefan
    Zweig
    Marianne

  6. Merci beaucoup pour vos contributions et particulièrement pour cette très bonne lecture d’une magnifique nouvelle que je ne connaissais.

  7. Zweig est un de mes auteurs préféré,spécialement 24 Heures de la vie d’une femme, que je lis et que j’écoute au moins 1 fois par année. Une de mes amies une certaine *Mme Mcintosh*, m’en a fait cadeau et je lui en suis très reconnaissante

  8. Excellent auteur, merci. Grand dommage que les autres traductions soient inaccessibles.

    ––
    Emile docteur de marine spécialiste des phénomènes de la croissance osseuse chez les adolescents