Anton Tchekhov (par Osip Braz, 1898)

Les Rêves

La seule (hélas !), semble-t-il, des quelque 600 nouvelles de Tchékhov, dont le respect des droits d’auteur et de traducteur autorise la publication.

Traduction : Traduction anonyme du russe (1901).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Anton Tchekhov (par Osip Braz, 1898)
Livre audio ajouté le 28/01/2010.
Consulté ~15 918 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’adore lire, écouter lire, vous écouter, Monsieur Depasse. La littérature russe est ma préférée. Je suis désolée que les 600 nouvelles de TCHEKOV ne soient pas toutes autorisées à être lues sur votre merveilleux site. J’ai bientôt 68 ans, il m’arrive de penser, que lorsque les interdictions seront levées, combien seront “nous” -(l’espoir fait vivre..)- encore à aimer lire, seront avides d’écouter lire de grands classiques?

  2. Tous mes voeux de bonheur et de santé pour l’année 2017 à toute l’équipe des donneurs de voix et aux auditeurs. Merci pour tous ces moments de bonheur que vous nous donnez. Merci de votre générosité et de votre talent. Je ne manque jamais de parler de ce site quand je le peux.

  3. Je vous remercie beaucoup pour cette lecture qui fut mon introduction à l’œuvre de Tchekhov. René Depasse, vous avez un exceptionnel talent de lecteur et vous adoptez un ton juste afin de mettre en exergue l’humour non dissimulé de cet auteur.
    Encore une fois, merci!

  4. Mon cher Paul Vos remerciements me touchent beaucoup..mais malgré tous mes désirs de vous faire plaisir je ne puis légalement trouver de traducteur de Tchékhov mort avant 1940 condition nécessaire à la publication de ses oeuvres non théâtrales…

  5. Je suis Americain, donc pas fort en francais. 1: Le travail de René Depasse. Je le remercie chaque jour depuis longtemps. En fait, chaque matin dans le metro. 2: A propos de Tchekhov. Je supplie que il y aie plus de contes de lui. 3: Merci a tous qui ont fait posible ce site. Son existence m´a convaincu que l´esprit humain est par fois extremement genereux. Je compte sur cette meme generorisité en demandant que tous m´excusent mes fautes orthographiques.

    P.D. Qu´est-ce que c´est passé avec le conte de Pinnochio? Cette femme la avait une voix si parfaite. Meme des voix, parce qu´elle faisait tous.