Franz Xaver Stöber, Napoléon II sur son lit de mort (1832)

Guerre et Paix (Troisième Partie : Chapitre 03)

À Saint-Pétersbourg, Alexandre Ier et sa Cour apprennent l’abandon de Moscou à l’ennemi. On commente également la mort mystérieuse d’Hélène. Nicolas est envoyé en mission à Voronège. La princesse Marie irradie d’un charme insoupçonné. Au cours d’une messe, Nicolas est subjugué par la douleur et la grâce de son visage. Soudain, une lettre de la malheureuse Sonia, écrite à contre-cœur, le libère de son engagement. Il apprend également la présence du prince André auprès de Natacha et en informe Marie. Pierre est condamné à mort comme espion et incendiaire. Au moment de l’exécution, alors qu’il attend la mort, il découvre qu’il est gracié et emprisonné. La princesse Marie se rend au chevet de son frère et est accueillie avec ferveur par Natacha et les Rostov. Cependant, la blessure d’André est très grave. Malgré les soins et la présence aimante de Natacha, une nuit, la certitude de la mort s’impose à lui. Au bout de quelques jours, il meurt dans les bras de Marie et Natacha.

Guerre et Paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Sergueï Rachmaninov, Symphonie No. 2-1 en Mi mineur, Op. 27: I. Largo – allegro moderato, interprétée par l’Orchestre de Philadelphie, dirigé par Eugene Ormandy (1959, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Symphonie No. 2-2 en Mi mineur, Op. 27: II. Allegro molto, interprétée par l’Orchestre de Philadelphie, dirigé par Eugene Ormandy (1959, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Symphonie No. 2 en Mi mineur, Op. 27: III. Adagio, interprétée par l’Orchestre de Philadelphie, dirigé par Eugene Ormandy (1959, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Concerto No. 3 pour piano et orchestre en Ré mineur, Op. 30: III. Finale, Alla breve, interprété par Vladimir Horowitz et l’ensemble RCA Victor Symphony Orchestra, dirigé par Fritz Reiner (1951, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, L’Île des Morts, Op. 29: I., interprété par l’Orchestre Symphonique de Chicago, dirigé par Fritz Reiner (1957, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Trio Élégiaque en Ré mineur, Op. 9: II. Quasi variazione, Andante, interprété par Leonid Kogan, Fiodor Luzanov, Evgeny Svetlanov (1959, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Trio Élégiaque en Ré mineur, Op. 9: III. Allegro risoluto, interprété par Leonid Kogan, Fiodor Luzanov, Evgeny Svetlanov (1959, domaine public).

Sergueï Rachmaninov, Concerto No. 2 pour piano et orchestre en Do mineur, Op. 18: III. Allegro scherzando, interprété par Alexander Braïlowsky et l’Orchestre Symphonique de San Francisco, dirigé par Enrique Jorda (1957, domaine public).

Livre ajouté le 28/10/2021.
Consulté ~2 079 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’approche de la fin du chapitre trois de la troisième partie et vous commencez déjà à me manquer! Le roman je l’avais déjà lu lors de mes vingt ans, mais maintenant, vieil homme, l’âge aidant peut-être, votre travail assurément, son écoute est devenue l’un des moments le plus attendus de ma journée. Merci, merci beaucoup.

  2. Un très grand merci pour cette nouvelle tranche de brioche russe à déguster au coin du feu ! Quel beau texte et quel travail de lecture et de montage ! Je vais essayer de faire durer le plaisir le plus longtemps possible… mais c’est dur ! Je vous envoie tous mes encouragements et mes vœux de courage pour la poursuite de ce chantier titanesque à la mesure d’un grand texte que vous servez si bien !

  3. C’est magnifique! Quel beau travail! Et la musique accompagne si bien le texte donnant une très belle intensité supplémentaire. J’en vibre encore. Je vous remercie pour ce que vous faites.