Après la mort

Après la mort

Nouvelle écrite à Paris, sous ce titre, mais juste avant sa publication Tourgueniev l’a intitulée Clara Militch. Les traducteurs ont préféré le 1er titre, peut-être parce qu’il rend compte de l’aspect fantastique de la fin de la nouvelle.
Jacques Atarov, jeune misanthrope de 25 ans, rencontre, dans un concert, une jeune chanteuse qui le fixe bien souvent… Son manque d’expérience, sa maladresse rendront cette relation bien compliquée.

Traduction : Traduction anonyme (1885).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.
Livre audio ajouté le 11/09/2019.
Consulté ~4 108 fois

Lu par Pomme

Suggestions

10 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Vous avez raison, Marjolaine, le sujet est traité de manière extrêmement délicate et subtile.
    Merci pour votre bien douce fidélité.

  2. Merci encore une fois, Pomme, pour cette lecture très enrichissante. Tourgueniev est décidément un auteur étonnant pour moi. Le sujet pourrait être périlleux, mais je ne retiens rien de morbide ou d’effrayant dans ce roman. La compassion pour les êtres humains, sans complai-sance ni mièvrerie. Les commentaires

  3. Si, au début, je n’ai pas trouvé les personnages très sympathiques, Tourgueniev a réussi, grâce à sa magnifique écriture à les rendre attachants et au bout du compte,j’ai adoré cette nouvelle ! Et votre lecture, Pomme, n a fait que rajouter au charme. Merci

  4. Eh bien, chère Fraise, je ne sais où vous passez vos soirées, mais là où je suis la terre aurait bien besoin de soirées pluvieuses!
    Je suis ravie pour vous.

  5. Chère Pomme

    Merci mille fois pour cette belle lecture et les autres Tourgueniev par la même occasion. Quel beau cadeau pour nos interminables soirées de pluie! Votre générosité et votre gentillesse me touchent beaucoup. Vous êtes même partie avec moi en vacances cet été et je vous en suis vraiment reconnaissante car il m’était impossible d’emporter un pareil pavé n’ayant que le bagage à main. Mais alors partir sans savoir la fin des Frères Karamazov, pensez vous ! 😉 Et puis, un petit lecteur mp3 et le tour était joué 🙂
    Portez-vous bien et merci encore et toujours de me faire découvrir tant de belles choses et d’une manière si agréable.
    Fraise

  6. Aimer un esprit…Je termine cette histoire avec un léger frisson dans le dos.
    Merci beaucoup, Pomme, pour cette lecture toujours excellentissime.