Anton Raphael Mengs - portrait d'un homme

Le Cousin Henry

«En revenant dans la voiture de louage à Llanfeare, il se faisait bien des réflexions : M. Apjohn savait qu’il y avait eu un testament, que ce testament existait encore, et qu’il se trouvait être accidentellement caché […]. Il était terrifié de voir que l’avoué avait lu si habilement son secret. […] Il n’avait rien fait, il n’avait commis aucun crime ; il connaissait simplement l’existence d’un papier que les autres, et non lui, avaient le devoir de trouver ; et voilà que cet avoué, aussi malfaisant que fin, avait tout découvert ! »

Anthony Trollope nous offre avec Le Cousin Henry une passionnante histoire de testament perdu. De ce document dépend l’avenir de la fière Isabel Brodick, mais aussi celui de son cousin, le faible et tourmenté Henry Jones… Comme souvent Trollope nous dépeint un monde victorien fort peu manichéen : la rectitude morale d’Isabel pourrait bien n’être qu’un orgueil démesuré ; quant aux actes délictueux, ils sont bien souvent le résultat de la faiblesse ou de la peur.

Le Cousin Henry réalise le tour de force d’être un roman essentiellement psychologique mais en même temps plein d’action et de rebondissements.

Traduction : Honorine Martel (1881).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Antonín Leopold Dvorák, String Quartet No. 12 in F Major, Op. 96, American, IV. Finale, Vivace ma non troppo, interprété par le Musopen String Quartet (domaine public).

Livre audio ajouté le 26/08/2012.
Consulté ~18 882 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

50 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci beaucoup Véronique !
    Votre commentaire ne saurait me faire plus plaisir. Je suis vraiment très heureux de contribuer à faire découvrir cet auteur, à la fois léger et subtil… je crois que la combinaison de ces deux qualités est assez rare.
    A bientôt peut-être avec Alice Dugdale, que je suis en train de traduire. J’avance doucement car la traduction de ce texte est beaucoup plus difficile que les autres Trollope que j’ai traduits jusqu’ici. Et puis j’ai d’autres projets en cours 🙂
    Amicalement

  2. Un grand merci cher Monsieur pour toutes vos lectures d’Anthony Trollope. je vois que vous avez tout dit dans le commentaire précédent.
    J’ai vraiment apprécié la finesse psychologique de ce roman, qui semble s’éterniser sur un seul problème, mais qui est plein de subtilités.
    Merci à vous de nous faire découvrir tant de merveilles littéraires sur votre fabuleux site.

  3. Merci Régis !
    Je suis comme vous, “j’aime bien” le cousin Henry. Il représente une forme d’anti-héros qu’on rencontre rarement dans les romans victoriens, avec sa mesquinerie, sa lâcheté, et aussi sa tentation pour la pureté qui se heurte sans cesse au mépris des autres personnages. Je l’ai déjà écrit dans ces lignes, j’aime beaucoup ce court roman, avec son intrigue bien ficelée et somme toute très originale. C’est l’un de mes Trollope préférés.
    Merci de votre retour !
    Amicalement, Vincent

  4. Encore une très belle lecture, Vincent. Un peu kafkaien pour ce qui est des déboires de Henry car une forme de conjuration à priori sur sa personne. Je n’ai pas réussi à le détester, je l’ai trouvé très humain au final. les autres m’ont paru plus convenu et factice dans leur “hauteur “. Ceci dit l’histoire est très bien ficelée . Ce qui est intéressant c’est de sentir qu’à d’autres époques, les codes étaient autres que les nôtres et notamment ce “devoir ” tellement chevillé au corps de beaucoup de protagonnistes. Encore merci, je me régale !

  5. Merci Jibou,
    Votre commentaire me fait très plaisir. D’abord parce que je suis très heureux de vous avoir fait découvrir cet auteur enthousiasmant. Ensuite, parce que de tous les textes de Trollope, “Le cousin Henry” est sans doute mon préféré. Je travaille actuellement sur la traduction de “Alice Dugdale”, mais il me faudra encore beaucoup de temps.
    Concernant la musique, elle est indiquée sur cette page de description du livre audio. Il s’agit de Dvorák, Quatuor pour cordes No. 12 en fa majeur, Op. 96.
    Grand grand merci pour vos encouragements, très précieux !!!

  6. Mille mercis pour ces lectures de Trollope.Je suis venue a cet auteur grâce à vous et je n aurais certainement pas lu ces trois romans ( Le cousin Henry,Le domaine de Beltam et Lady Gray)dans la foulée.Vous soutenez magnifiquementl’attention et faites ressortir les détails.Je m’oblige à ne pas en écouter tout de suite un quatrième pour ne pas devenir addict!! Quelle est la musique qui ouvre chacun des chapitres du Cousin Henry?Elle est parfaite et je l’ecouterais bien dans son intégralité..

  7. Bonjour Mel et merci !
    Heureux d’avoir su vous faire apprécier Anthony Trollope. Ce roman, qui n’est pas le plus connu, est un de mes préférés. Vous trouverez d’autres Trollope sur notre site, et d’autres encore sont en préparation 🙂 !

  8. Merci beaucoup Vincent, c’était une très belle lecture. J’ai décidé d’écouter ce roman un peu par hasard en naviguant sur le site, et ce fut une bonne surprise !

  9. Merci à vous !
    Ce roman de Trollope est sans doute mon préféré. Comme vous j’ai aimé voir “de l’intérieur” ce personnage lâche et faible, qui est conduit vers la bassesse tant à cause de ses propres faiblesses qu’à cause du mépris dont il est l’objet de la part de tous et dès le début du roman !
    Et cette histoire de testament perdu est une belle trouvaille narrative de l’auteur. Merci d’avoir partagé votre avis Marie et à bientôt !

  10. Bonjour Vincent, très belle lecture, j’en suis à mon deuxième Trollope, j’apprécie son écriture, sa perception fine des caractères humains, cette manière de décrire une personne faible, lâche, peureuse et malgré tous ces défauts très humains- nous amener à avoir de l’empathie pour ce jeune homme- héros à son insu, seul contre tous, on ne peut qu’être indulgent avec le Cousin Henri. à bientôt de vous lire. bravo.

  11. • • •More