Le Miroir de Venise

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 5min | Genre : Nouvelles


Le Miroir de Venise

Le miroir de Venise apprend brutalement à la brillante comtesse de Lude, fort prisée à la cour de Louis XV, qu’elle approche de l’âge où elle avait décidé de se retirer…

Cette sublime nouvelle de la femme de lettres Berthe Vadier (pseudonyme de Céleste-Vitaline Benoît, 1936-1921) est extraite du recueil Trois Nouvelles paru en 1875.

« Le soleil est un grand indiscret, en même temps qu’un moraliste sévère ; il ne pactise jamais avec la vanité comme le fait si volontiers la lumière artificielle ; il indique avec la plus terrible franchise les moindres petits défauts d’un visage ; il les accentue, il les exagère. Qu’il y ait une ride, une seule, sur un front uni comme un marbre, le soleil, cet artiste minutieux comme un peintre flamand, y met une lumière et une ombre qui la creuse profondément ; qu’il y ait un cheveu blanc dans une chevelure d’or ou d’ébène, le soleil le regarde et le fait briller comme un fil recouvert de cristaux de givre. Les dames qui n’aiment à vieillir, qui entendent conserver longtemps leurs illusions de beauté, feront sagement de ne jamais consulter leur miroir un jour de soleil. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Le Miroir de Venise.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 01/08/2018.
Consulté ~3 708 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Après la fin des sept péchés capitaux ( dont ce petit livre devait servir à calmer mon attente), je vous promets un petit commentaire

  2. Moi qui pensais m’offrir un petit encas , j’ai découvert avec enchantement une très belle histoire; quelle leçon!! A l’heure où les mères veulent rivaliser avec leurs filles ,voilà une comtesse dont le dévouement force l’admiration!…Même si je ne peux pas m’empêcher de me sentir soulagée à l’idée que, quand j’atteindrai l’âge canonique de 38 ans, je ne serai pas obligée de “me retirer du monde”