Edvard Munch - Mélancolie

Le Testament d’un blagueur

Le Testament d’un blagueur est un roman-feuilleton écrit par Jules Vallès et paru dans le journal satirique La Parodie dès le 30 octobre 1869. La publication est brusquement interrompue en décembre 1869 du fait des pressions exercées par la censure de l’époque, puis reprendra brièvement avec quelques variations en avril 1870 dans le journal La Rue.
Afin de ne pas se découvrir, l’écrivain journaliste se suppose l’héritier d’un homme, Ernest Pitou (nom inspiré par deux œuvres d’Alexandre Dumas : Ange Pitou et La Comtesse de Charny) qui s’est suicidé, et prend la liberté de publier ses mémoires. Le narrateur retrace son parcours.
Le texte du Testament d’un blagueur, de par son caractère morcelé, s’avère être la préfiguration du premier roman de la trilogie reprenant la même histoire : L’Enfant.
Le testament d’Ernest Pitou prend la forme d’un carnet autobiographique dans lequel sont retranscrits des épisodes de la vie du personnage. Depuis la province, en tant qu’enfant et collégien, et jusqu’à Paris comme lycéen lors de la révolution de Février, Ernest Pitou évoque les humiliations et les douleurs dont il a pu faire l’expérience au sein de sa famille et des établissements qu’il a fréquentés. Les rares moments de joie qu’il connaît ont lieu à la campagne ou dans les rues parisiennes, et se caractérisent par le sentiment de liberté qu’ils procurent. Le pathos est tenu à distance grâce à la dimension comique du récit. (Source : Wikipédia)

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 15/05/2021.
Consulté ~2 407 fois

Lu par Domi

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Le Barbon.
    Faire cette lecture m’a donné envie de relire Le bachelier que j’aime beaucoup.
    J’espère que vous aimerez l’Age de plomb.

  2. Bonjour Lïat,
    Je suis désolée que votre journée ait été difficile mais contente que vous pensiez à moi pour vous détendre.
    Je n’ai découvert ce texte que récemment ; il m’a rappelé de bons souvenir de lecture avec les élèves quand nous travaillions L’Enfant.
    L’ironie de Vallès fait passer la cruauté des situations qu’il rapporte.
    Je vous souhaite de bien profiter du weekend.

  3. Très chère Domi !
    Vous êtes mon “petit bonheur du jour”.
    J’ai eu une journée très difficile:
    je vais donc écouter votre accueillante voix
    et remettre mon “compteur zénitude” à zéro (◡‿◡)
    Je vous remercie et vous souhaite une très bonne journée !