La Main du major Müller

Voici un conte extrait de Histoires comme ça (1888-1890), recueil de courts textes en prose appartenant aux œuvres posthumes de Verlaine.

Une réunion d’étudiants dans une taverne, l’histoire d’un officier débauché, une main droite… en voilà assez pour que la réalité dérape et que nous entrions dans le fantastique. Construit sur une mise en abyme, ce petit conte fantastique ne manque pas d’humour.

« Ce fut précisément à propos d’une querelle de jeu et non pour une dame, comme d’aucuns l’ont prétendu qui n’avaient aucune autorité, qu’ayant été insulté, il eut, à l’épée, un duel resté fameux, où il tua son adversaire ; mais il avait reçu lui-même, au poignet, une si malheureuse entaille que l’on dut, malgré les premiers symptômes les moins inquiétants, lui faire la résection de la main droite. »

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Auguste Rodin, Main crispée (Photographie d’Eugène Druet, 1898).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Références musicales :

Maurice Ravel, Concerto pour la main gauche, interprété par Shintaro Kawahara (licence Cc-By-3.0).

Livre ajouté le 17/10/2016.
Consulté ~6 459 fois

Lu par Christian Dousset

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je vous signale, Christian, pour le cas où vous auriez quelques économies immédiatement disponibles, qu’un petit revolver est mis aux enchères chez Christie’s à Paris, aujourd’hui même. La valeur de l’objet est (tout de même ) estimée à 50 000 euros. Ne perdez pas de temps, car on dit qu’un certain Rimbaud y attacherait une grande valeur sentimentale 😉

  2. Je ne connais aucun mot qui puisse vous écrire l’étendu et la profondeur des joies ressenties a écouter cette histoire géniale, si ce n’est MERCI

  3. Cher Cyprien,
    Merci de votre chaleureux commentaire et pour votre suggestion. Tout d’abord, je me suis demandé quel habillage musical conviendrait au texte et puis ce concerto pour la main gauche était trop tentant!
    Bien amicalement.

  4. Merci du fond du coeur, cher Christian, d’avoir pris en considération ma modeste suggestion. Vous rendez à merveille le ton ironique de ce Verlaine si inattendu. Quel plaisir !
    Et la musique… pour une main seule, bien sûr ! 🙂