Portrait de Léopoldine Hugo par sa mère, monté avec un fragment de robe et deux inscription manuscrites de Victor Hugo (avril 1837)

Demain dès l’aube (Hommage)

Il y a un an, en février 2009, s’éteignait Romy Riaud.
La lecture de ce poème de Victor Hugo,
tel un voyage vers le souvenir
qui prend la forme d’une célébration
et qui rend immortel ce que la mort fait disparaître,
veut rendre hommage à cette voix, entendue depuis juillet 2007, sur Littérature Audio.
Simplement.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Portrait de Léopoldine Hugo par sa mère Adèle Foucher, monté avec un fragment de robe et deux inscription manuscrites de Victor Hugo (avril 1837).

Références musicales :

Beethoven, Concerto pour violon en ré majeur Op. 61, 2e mouvement, interprété par le US Air Force Band (domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 27/03/2010.
Consulté ~36377

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

20 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Ping : Bienvenue en Classe Non Francophone! » Demain, dès l’aube
  2. Bonjour,

    Toujours très émue par vos lectures, je souhaiterais faire écouter votre interprétation de ce magnifique poème à mes élèves.
    Est-ce possible ?
    Cordialement.

  3. Parfois,pas souvant j’avoue,j’ecoute vos voix si cheres pour moi,l’etranger a Kazakhstan,qui est si passione par la langue francaise depuis la jeunesse. Merci a vous tous d’etre tellement devoue a votre tache noble a faire parvenir le francais dans les coins les plus elognes du monde qui ne le sont plus!grace a vous (ce n’est point de flatterie).

    Merci encore une fois,

    Maxim zakharov

  4. Le plus émouvant des poèmes honoré dans son authenticité… Cependant,ce concerto pour violon l’agresse de son cri stident et inopportun. Cette âme dénudée à la rencontre de son coeur enseveli ne méritait-elle pas un accompagnement plus sobrement harmonieux?

  5. Merci également à vous Pomme, Juliette et Philippe.
    Je n’ai pas connu Romy, cependant j’ai la certitude qu’on ne meurt pas tant que quelqu’un quelque part se souvient.

  6. Une très belle Poésie de Victor Hugo “Demain dès l’aube”, pour rendre un hommage à Romy Riaud.

    Encore félicitation à Gilles-Claude pour sa prestation.

    Philippe

  7. Venant de toi, Jean-Luc, qui sais si bien raconter, cela me touche profondément.
    Je ne peux cacher que j’aime la poésie et, paraphrasant à peine Christian Bobin, j’essaie qu’elle tourne ma vie vers le soleil levant de l’invisible et qu’elle m’invite à suivre mon cœur qui va à la fête.

    J’aime cette parole de Bobin :
    « Pour lire un roman, il faut deux ou trois heures. Pour lire un poème, il faut une vie entière ».

    Mais de grâce, n’entendez pas cette phrase, comme cela m’est arrivé ici par le passé, comme un commentaire au premier degré sur la besogne des donneurs et des donneuses qui passent des heures à enregistrer des romans versus le temps pour enregistrer un poème de quelques minutes. Le sens de cette citation se veut pour moi ailleurs…
    Merci encore !

  8. Quel bel hommage à la magnifique donneuse de voix qu’était Romy Riaud .
    Nous sommes si nombreux a être , toujours , sous le charme de ses lectures ….
    et des vôtres!
    Juliette

  9. La poésie est une maîtresse exigeante.
    Sensibilité, diction, retenue, intelligence de l’esprit et du coeur,: elle veut tout!
    Beaucoup la courtisent, peu la séduisent.
    Tu en es.

    JL

  10. Merci monsieur Depasse. Je ne la connais que par sa voix qui vibre encore dans le silence. Je savais qu’elle aimait ce poète. Pour nous, elle continue de lire, comme Léopoldine sur ce dessin de son père.
    J’ai entendu aussi ce que vous avez fait ensemble (Les Nuits). Merci de vous joindre à moi pour cet hommage ! Merci d’avoir complété pour elle ‘Les Lettres de mon moulin’.

  11. Merci attristé,Gilles_Claude ,pour cette lecture émue et emouvante du poète que Romy aimait tant.C’était un plaisir de discuter avec elle au téléphone et nous avons fait de nombreux essais d’adaptation de nos deux voix pour les Nuits de Musset.Le poète est encore là,mais la muse est partie..