D'après Maurice Quentin de la Tour, Portrait de Voltaire (1736)

Poème sur le désastre de Lisbonne

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Poésie


Voltaire

Le premier novembre 1755, un tremblement de terre, deux raz-de-marée et un gigantesque incendie ravagèrent Lisbonne. Ce séisme, qui fit 60000 victimes, fut l’occasion pour Voltaire d’attaquer dans un long poème, trois ans avant Candide, la philosophie optimiste du “Tout est bien”. La Préface précise les intentions de l’auteur.
Préface du Poème sur le Désastre de Lisbonne.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)


Poème sur le désastre de Lisbonne.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)



> Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 01/11/2008.
Consulté ~18958

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Magnifique poème, et très long en effet, même si on est loin de s’en lasser. Et comme l’a dit Vincent, la façon de lire de René est vraiment bien, on est transporté dans le réel de cette lecture. J’ai découvert ce site il y a peu… et ma curiosité de jeune étudiant ne fait que croître. Merci !

  2. Bonjour René et merci beaucoup pour cette lecture que je vous avais soumis, et que vous avez gentiment accepté d’interpréter.

    J’ai trouvé que votre manière de lire se mariait bien avec ce texte, si difficile à lire car très long pour un poème. Or, vous gardez tout le long un rythme agréable et l’on est ainsi transporté au cœur de la sensibilité de Voltaire. En effet, la vertu de ce texte est de montrer, un peu comme avec Candide, la rivalité qui oppose Voltaire à Leibniz. Ce philosophe contemporain de Voltaire est moqué en raison de son axiome “Tout est bien” ; et Voltaire, à travers ce terrible tremblement de terre de Lisbonne, s’en donne à cœur joie pour dénoncer l’absurdité de cet axiome en de pareilles circonstances.
    Un peu comme si aujourd’hui, des économistes ultra-libéraux prétendaient que le marché est capable de s’auto-réguler et que tout est bien dans le meilleur des mondes économiques…

    Encore Merci René et à très bientôt j’espère !

    Amicalement,

    Vincent