Edward Killingworth Johnson, Feeding the Doves (détail, XIXe)

La Bienfaitrice

« Combien peu il faudrait souvent pour rendre heureux des gens qui vivent dans le malaise, la discorde ou le tourment ! Oh, que n’était-elle indépendante ! Que n’avait-elle la liberté, le pouvoir de faire le bien ! Avec quelle joie elle embrasserait cette carrière : consoler ceux qui pleurent, nourrir ceux qui ont faim, mettre du soleil dans les existences sombres ! »

Dans La Bienfaitrice (The Benefactress, 1901), la jolie Anna Estcourt fait l’amer constat que le mariage est la seule voie possible pour elle, comme pour tant d’autres jeunes femmes de son époque.
Mais un évènement inattendu va lui apporter l’indépendance tant désirée. Anna n’a alors qu’une idée : utiliser son argent pour faire le bien autour d’elle. Elle va découvrir qu’il y a souvent un abyme entre les bonnes résolutions et leur réalisation dans le monde réel.
Avec son humour mordant, son ironie subtile, et sa galerie de personnages drôles et attachants, Elizabeth Von Arnim (1866-1941) évoque avec force l’indépendance féminine. Elle nous dit aussi que la générosité est un art difficile dans un monde qui n’est absolument pas prêt à la recevoir.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Traduction anonyme parue dans Le Temps entre le 29 juillet et le 3 septembre 1904.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Louis James Alfred Lefébure-Wély, Les Cloches du monastère, Op. 54a, interprétée par Markus Staab (licence Cc-By-3.0).

 

Livre ajouté le 26/04/2021.
Consulté ~5 530 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

20 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Konohana de votre retour ! Oui, c’est un roman tout à fait charmant, avec des personnages très attachants ! Elizabeth Von Arnim sait installer une ambiance gaie et lègère, sans aucunement céder à la naïveté : il y aura bien loin entre les rêves d’Anna et leur réalisation dans le monde réel !
    Au plaisir de vous retrouver prochainement au détour d’une autre lecture 🙂

  2. Je ne connaissais pas cette auteure ! Et quel dommage, un vrai délice ! Merci pour cette charmante découverte et vos lectures toujours aussi agréables.

  3. Merci chère Alice!
    Oui, il y a un humour et une légèreté chez Elizabeth Von Arnim, qui rendent ses romans vraiment savoureux.
    Elle a peu écrit, et de plus très peu de ses oeuvres disposent d’une traduction libre de droits.
    Savourons donc celui-ci 🙂 ! Merci à vous pour votre retour positif.

  4. Cher Vincent De l épine,
    j’ai ri, j’ai souri, je me suis détendue, Élisabeth von Arnim est vraiment inénarrable. .
    J’adore cette vision du monde d Élisabeth von Arnim définitivement du côté féminin
    et avec tant d’humour
    je regrette qu’elle n’ait pas écrit davantage . Elle me remonte toujours lamentablement le moral…
    quel bonheur de l’écouter par votre voix
    un immense merci

  5. Merci Julien ! Oui, ce roman a une sorte de gaité nonchalante qui fait tout son charme ! Je pense que vous avez trouvé le mot juste en parlant d’une “sucrerie” :-). Je suis très heureux que vous l’ayez apprécié, à très bientôt !

  6. Merci Gaëlle, heureux de vous retrouver :-).
    Nous étions bien chez Miss Estcourt, n’est-ce pas ? Il faut dire qu’elle sait recevoir !
    A ma connaissance, pas d’autres romans libres de droits d’E. Von Arnim, ce qui est bien dommage, car j’aime beaucoup ses thématiques et son écriture. Nous avons eu la chance de trouver la présente traduction dans le journal “Le temps” (merci à Gallica et à Christine).
    Merci de votre intérêt pour cette lecture et à très bientôt !

  7. J’ai passé ce long week-end de l’Ascension en compagnie de cette si charmante Anna, décidée et généreuse. Merci d’avoir posé votre voix sur ce roman, et de nous avoir offert cette lecture impeccable comme à votre habitude. J’imagine que vous avez achevé un peu à regret ce roman, après toutes ses heures passées avec l’adorable Anna !
    Savez-vous s’il existe d’autres romans d’Elizabeth von Arnim libres de droit, que vous pourriez nous lire ?
    Gaëlle

  8. Comme elle est attachante, cette ineffable Anna;
    j’aimerais bien la compter parmi mes amies !

    …Et voilà que votre voix, monsieur de l’Épine,
    est devenue amie de mon oreille ♪ (•‿•)
    Merci pour ces excellents moments de lecture !

  9. Je suis une dame handicapée et suis devenue accroc à votre site depuis que je l’ai découvert , j’aime lire , mais écouter les livres lus par d’aussi talentueux donneurs de voix, c’est merveilleux! Merci infiniment

  10. Superbe mise en scène ! comme dirait mes petits enfants : “trop bien!” ; merci beaucoup Vincent

  11. Élisabeth von Arnim… Quel bonheur… L’un de mes auteurs préférés… Mille mercis… Je ne connais pas la bienfaitrice… vous êtes assuré d’un grand un grand succès cher Vincent.

  12. Merci Lïat et Clarissandre, de votre fidélité de bon matin 🙂 !
    J’espère que cette lecture vous plaira, en tout cas c’était un vrai plaisir de l’enregistrer. Claryssandre, j’ai longtemps erré sur internet avant de découvrir ce portrait qui est exactement la vision que j’ai de la belle Anna Estcourt (dont je m’efforce de ne pas tomber amoureux). Et c’est en effet une découverte pour moi aussi que Louis James Alfred Lefébure-Wély, et ses belles jeunes femmes au milieu de fleurs non moins belles.
    Au plaisir de vous retrouver !

  13. A 7h15 la page a déjà 34 vues… Nous étions nombreux à attendre cette publication ! Vous allez faire beaucoup d’heureux. Merci infiniment cher Vincent. Ravissant tableau ! Encore une découverte dont je vous suis également très reconnaissante