Oscar Wilde

Ballade de la geôle de Reading

« Jamais je ne vis un homme regarder avec un œil aussi intense cette petite tente de bleu que les prisonniers appellent le ciel, et chaque nuage qui voguait et passait avec une voilure d’argent.
[…]
Et chaque cœur humain qui se brise dans une cour ou cellule de prison est comme cette cassette brisée qui donna son trésor au seigneur et remplit l’impure demeure du lépreux du parfum du nard le plus précieux.
Ah ! heureux ceux-là dont les cœurs peuvent se briser et gagner la paix du pardon ! Comment l’homme pourrait-il autrement dresser son plan et purifier son âme du péché ? Où, sinon dans un cœur brisé, le Seigneur Christ pourrait-il entrer ? »

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Johann Sebastian Bach, Variations Goldberg BWV 988 – Aria, interprété par Kimiko Ishizaka (domaine public).

Livre audio ajouté le 21/04/2022.
Consulté ~222

Lu par Domi

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Amie DOMI… Bonjour….

    Bouleversant poème…. Le chant du cygne d ‘ Oscar WILDE… qui mourra deux ans plus tard… à Paris… la coupe bue jusqu’ à la lie ( hallali… et ce n ‘ est pas un jeu de mots gratuit )…
    Nu il se retrouve… nus il nous révèle… Foulées aux pieds… les miroitantes parures… l’ étourdissement s ‘ est dissipé… Deux terribles années de bagne ont décapé son coeur…
    Du superbe dandy de la célèbre photo… il ne reste plus rien… sauf l’ essentiel… l ‘ Art… la Littérature… et au-delà… le Mystère de notre destinée… la Mort… toute proche…
    ” La ballade des pendus “… inévitablement… nous revient à l’ esprit… et aussi… en ce qui me concerne… les toutes aussi bouleversantes ” Pâques à New-York ” de Cendrars… la tonalité religieuse… le refuge du Christ…
    Il y a longtemps… j ‘ avais entendu à la radio… la lecture d’ Alain CUNY… dont je viens de voir qu ‘ on la retrouve sur ” You Tube “… J’ irai la réécouter… Mais votre lecture me satisfait pleinement… Un texte qui vous correspond sans le moindre hiatus… Un sincère Merci !
    … et mes amicales salutations…

      1. Dame de bonne compagnie… Bonjour *!
        Je vais y aller moi aussi… et je vais me procurer le livre imprimé… J ‘ aime profondement ce poème *!
        Hier… par hasard !… suis tombé sur une lecture chez AUDIBLE… ecouté l’ extrait… et j ‘ ai pris la fuite ! Par curiosité… vous pouvez aller y jeter une oreille…
        Bonne dominicale journée…

    1. Bonjour Jean Pierre,

      Je vais contacter Christine Sétrin qui s’occupe des problèmes techniques.
      Je pense qu’elle pourra résoudre le problème.
      A bientôt