Édouard Detaille - Attaque surprise sur un pont durant le siège de Paris (guerre franco-prussienne, 1870-1871)

La Débâcle

C’est le « roman militaire » de la série des Rougon-Macquart, un véritable reportage, d’une scrupuleuse exactitude, de la guerre, à Sedan puis à Paris.

Dans cette défaite de la France impériale face à l’Allemagne, scientifique et implacable, Zola raconte l’immense détresse et la souffrance des soldats.

On y retrouve ce brave Jean, le paysan si malheureux de La Terre, qui nouera une amitié aussi improbable que touchante.

Âmes sensibles, s’abstenir…

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Gustav Mahler, Symphonie nº01 en ré majeur Titan, 03. Feierlich und gemessen, ohne zu schleppen, interprété par l’Orchestre Philharmonique de New York, dirigé par Bruno Walter (1954, domaine public).

Livre audio ajouté le 28/11/2010.
Consulté ~55 118 fois

Lu par Pomme

Suggestions

59 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Votre “Zola préféré” dites-vous, YanDaOne. Personnellement, c’est un des derniers de la saga que j’ai lu à voix haute, tant j’appréhendais de ne pas en être capable car je redoutais que l’émotion me submerge. Roman douloureux, certes, et tellement beau!
    Merci pour votre commentaire.

    1. Si seulement vous saviez à quel point c’est douloureux d’être un homme et de lire Proust. Les tourments du personnage principal, causés par la disparition d’Albertine sont, selon moi, bien pires que les scènes de guerre de Zola.

  2. Mon “Zola” préféré jusqu’à présent. Encore une fois merci Pomme.
    Fun fact : Dans la ville où je demeure à Sherbrooke au Québec, il y a la rue Émile-Zola située tout près de la rue Honoré-De-Balzac. Le fait qu’ils n’étaient pas Québécois mais qu’ils aient tout de même des rues portants leurs noms, démontre bien l’immense renommée dont ils jouissent.
    https://ibb.co/7b069W8
    https://ibb.co/RCyFX0T

  3. Chère Pomme,
    moi aussi j’ai bien aimé Jean! Heureusement il s’est marié finalement. Sa pauvre première copine! J’ai bien aimé aussi la vendeuse dans “Au bonheur des Dames”, mais Jean apparaît dans deux livres et donc on a l’impression de le connaître mieux. En plus, en tant qu’ être homme au 19ème siècle son rôle n’est pas si passive que celui d’une femme et on ne peut qu’admirer la manière dont il agit dans de diff´ßerentes situations, toujours juste et calme.
    Merci beaucoup de m’avoir fait connaître tous ces personnages!
    Bien amicalement,
    Katja

  4. • • •More