Forge

Travail

2ème roman du cycle des Quatre Évangiles (après Fécondité et suivi de Vérité).

Il s’agit d’un nouveau genre pour Zola, puisque c’est une œuvre d’anticipation : Zola rêve de la société idéale basée sur l’abolition du salariat, le partage équitable des richesses, la solidarité, l’exaltation du travail, les progrès de la science.

L’œuvre est reçue avec bienveillance à gauche, avec des critiques enthousiates, de Jaurès notamment.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Anton Dvorak, Symphonie No. 9 « Du Nouveau Monde » en Fa mineur, Op. 95: II. Largo, interprété par l’Orchestre Philharmonique de Berlin, dirigé par Ferenc Fricsay (1959, domaine public).

Livre ajouté le 22/06/2013.
Consulté ~16 089 fois

Lu par Pomme

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’ai le même regret que vous que Zola n’ait pas écrit son 4è évangile, sur la justice. Et je comprends votre hésitation devant “Fécondité” qui provoque des réactions très opposées. Vous vous ferez votre opinion! On m’a reproché de trop exprimer la mienne sur le billet…
    Non, je ne connais pas cet auteur dont vous parlez. J’irai jeter un oeil!
    Et je ne vous ai toujours pas remercié pour votre long et chaleureux commentaire! Grand merci, chère Fraise!!!

  2. Merci de tout cœur chère Pomme. Rien d’étonnant que Jaurès qui aimait tant l’unité de la Gauche ait apprécié Travail. Quel beau rêve, cette cité de Luc… Je n’oublierai pas de sitôt (si jamais) votre “Il faut rendre” dont le souvenir seul me fait frémir…
    Contrairement à la majorité je trouve les Evangiles indispensables dans l’œuvre de Zola et je ne le limiterai jamais “juste” aux Rougon-Macquart (que d’ailleurs j’adore).
    J’hésite beaucoup face à Fécondité que je n’ai toujours pas tenté. Le traitement du même sujet dans Travail paraît déjà quelque peu controversé mais je vais en venir, grâce à votre voix 🙂
    Comme il est regrettable que Zola n’ait pas pu écrire Justice…
    Et comment sa pensée politique et humaine aurait pu se développer… C’est à pleurer…
    Je viens de lire l’excellent Bas les Cœurs de Georges Darien qui aurait adoré ce dernier évangile, jamais écrit, j’en ai quasi la certitude… Connaissez-vous l’œuvre de Darien ? Il mériterait d’être plus connu… au cas où vous chercherez de nouvelles sources d’inspiration, un jour.
    J’espère que mon petit commentaire vous trouvera en bonne santé et que vous profitez d’un bel automne !
    A très bientôt pour de nouvelles pages en votre merveilleuse compagnie.
    Bien amicalement
    Fraise

  3. Rassurez-vous, Serge, vous n’avez aucune dette envers moi. Vous oubliez le plaisir que j’ai eu à lire à voix haute.
    Merci pour le lien que je vais aller découvrir.

  4. Chère Pomme
    Ma dette à votre égard ne cesse de s’alourdir. Vous me faites découvrir le plus stimulant des trois romans utopistes de Zola qui se termine par un véritable manifeste politique. Il faut dire que le projet politique qu’il défend pouvait paraître moins utopiste qu’il peut nous sembler puisqu’il avait sous les yeux la réalité du familistère de l’usine Godin à Guise. On sait que cette expérience l’avait beaucoup inspiré. Je suggère fortement de compléter la lecture de Travail par l’écoute du documentaire dont voici l’adresse électronique : https://www.youtube.com/watch?v=BcIZuaUMri4
    On est frappé de l’analogie qui existe jusque dans certains détails entre l’expérience bien réelle et bien vivante du familistère et le roman.
    On ne peut que regretter que la mort l’ait empêché d’écrire Justice, à une décennie à peine de la Guerre de 14 et de l’assassinat de Jaurès.
    Alors, le Zola des Évangiles était-il utopiste ou penseur engagé ? Une chose est certaine : il était bien vert.

  5. Tout à fait d’accord avec vous, Fabien: au Zola utopique (et vieillissant)des 4 évangiles (qui ne sont que 3!) je préfère le Zola des Rougon-Macquart. Mais il faut reconnaitre qu’il étonne son lecteur…

  6. Merci Pomme pour votre lecture vivante de ce deuxième évangile selon Zola.
    Après l’apologie des familles nombreuses, style équipe de football avec arbitres, Zola nous plonge dans un mysticisme politique.
    Cela commence fin du livre 2 et submerge le livre 3, il présente sa nouvelle société comme étant le nouvel Éden socialiste…communiste… « bavant » de bonté où tous sont égaux, beaux et bons.
    Je préfère 1000 fois le Zola de Germinal ou de l’assommoir où il décrit la société telle qu’elle est véritablement dans toute son âpreté.
    Je vais essayer d’écouter l’épître « Vérité » sans préjuger à l’avance de son contenu.

  7. Moi qui aime les livres de Zola, j’ai été ravie de découvrir celui-ci par une si agréable voix. Tous les détails de ce livre sont admirables, les idées, les romances, les descriptions et les concepts, notamment l’utilisation de l’énergie solaire, je ne m’imaginais même pas que cette idée soit vivante aussi tôt dans notre Histoire.
    Merci beaucoup pour votre travail!!!

  8. Merci Pomme ! Outre la qualité de votre lecture, toujours au rendez-vous, j’ai découvert un roman de Zola dont je ne connaissais même pas l’existence. Il y confirme ses qualités d’humaniste… et se montre extraordinairement visionnaire en ce qui concerne l’usage de l’électricité. On ne peut que regretter que l’utopie fouriériste ne se soit jamais concrétisée à grande échelle. Mais peut-être est-ce à nous, citoyens, de nous mobiliser pour qu’elle voie le jour ?

  9. Superbe. Lecture. Ou est passée cette bonne initiative
    Ou sont passés ceux qui devaient la perpétuer
    Minou

  10. merci merci bcp pour cette lecture tres inspiree de ce magique et tres inspire roman et si precurseur…
    pemme c est une lecture audio superbe et un cadeau que vous nous faites pour moi que ce moyen de lire car malvoyante claire g.