Jean-Luc Fischer

Jean-Luc Fischer

Ses commentaires les plus récents

  1. Je crois volontiers M. Depasse quand il dit qu’il n’y est pour rien.

    C’est le problème de la “modération”, dénomination politiquement correcte de la censure.

    Là où ceux qui sont impliqués dans des messages critiques ou apparemment tels n’y trouveraient rien à redire, les petits censeurs font du zèle avec leurs petits ciseaux.

    C’est détestable mais il faut croire que nous ne sommes pas adultes.

  2. Au moment où j’ai lu votre commentaire, j’ai commencé à écrire une réponse et quand j’ai eu terminé…pouffff… vous étiez modéré qui est le terme politiquement correct pour censuré.

  3. Cher Sans-Dents

    Les temps ont dû bien changé sur LA et c’est tant mieux, car naguère ce genre de critique aurait été censurée dans l’heure.

    Et d’ailleurs c’est le cas!

    Ceci dit, monter un site de lecture audio de qualité où les donneurs de voix ne sont pas rémunérés n’est pas chose facile et pour tout dire, c’est la quadrature du cercle.

    Au début du site il faut un catalogue qui se développe rapidement grâce à des donneurs de voix qui ne s’investiront que s’il y a un catalogue.

    Quand Augustin a fondé le site il a trouvé René Depasse sur son chemin qui lisait, comme c’est le cas aujourd’hui, un livre par jour! C’est colossal. Pour ce qui me concerne (mais je suis maniaque), une nouvelle comme L’Ombre sur Innsmouth m’a pris environ 400 heures. Le montage et le mixage représentent 90% du temps.

    Avec un livre par jour le site a pris du volume en quelques mois et la pompe s’est amorcée.

    Au cours du temps, la philosophie n’a pas changé: gonfler le catalogue et accepter quiconque qui postule quelle que soit sa qualité de technicien et de lecteur et se répandre en compliments pour ne pas le dégoûter.
    Pour vous en convaincre allez voir les essais.

    Cette philosophie prévaut aussi chez Audiocité. Elle est consubstantielle au bénévolat. Si vous commencez par dire aux candidats DDV qu’il va leur falloir faire des efforts voire renoncer, acheter un micro à 500 €, enregistrer loin de son ordi ou avec un portable silencieux, dans une pièce sans écho (et sans machine-à-laver…), apprendre à se servir d’un éditeur et y passer des heures, vous n’aurez bientôt plus personne.
    On leur dit donc que c’est très bien comme c’est et qu’un micro premier prix fera l’affaire.

    Je vous avoue que quand j’ai fait mon essai (qui était exécrable) et que j’ai été royalement complimenté puis accepté derechef, je m’y suis cru. En écoutant Victoria, j’ai vite compris qu’il y avait du boulot et, en discutant avec elle, j’ai commencé à m’équiper et à appendre le montage.

    On vous dira que si vous voulez du gratuit il faut, si j’ose dire en payer le prix en acceptant une qualité moindre.

    Personnellement, je trouve que c’est céder à la facilité et que considérant la notoriété de LA on pourrait en élever les standards.

    Jean-Luc

  4. Aisée ou pas, la critique est très mal vue sur ce site sauf évidemment quand elle est dithyrambique.

    D’abord elle est souvent “modérée”, le terme politiquement correct pour censurée.

    Ensuite dès qu’un Donneur de Voix est dénigré, tous les autres viennent à la rescousse, à fortiori si vous vous en prenez à une icône.
    Cela dit, même en dehors de toute attaque, l’auto-congratulation réciproque entre DDV est habituelle sur LA.

    Cher Sans-Dents, vous êtes Roland à Roncevaux car c’est toute la société qui est devenue comme ça. Tout le monde est un expert (comme disait naguère Ségolène Royal), tout le monde est un artiste en puissance et tout vaut tout.

    Mme Chombard qui chante Carmen au Théâtre Amateur de Mazamet vaut Nathalie Dessay à l’Opéra Bastille.

    Faites vous en une raison au lieu de passer pour un esprit chagrin.

    PS: j’ai beau compter et recompter sur mes doigts, je ne trouve que douze pieds; MAIS et ET ne font chacun qu’un pied.

  5. Oui c’est vrai en anglais c’est:

    A mountain walked or stumbled.

    Et j’aurais dû mettre trébuchait. Ou “une montagne avançait en trébuchant.”

    Honnêtement, je ne sais plus pourquoi j’ai mis s’abattait….

  6. Merci à toutes et tous.

    @Cyclope: Cette phrase me dit quelque chose. C’est quand ils fuient de l’île, mais pouvez-vous me préciser un peu plus où elle est censée se trouver?

  7. Merci à tous et toutes.

    @skap: refaire les lectures de M. Depasse est un travail pharaonique, il lit quasiment un livre par jour et moi je prends deux à trois mois pour 250 pages!

    Jean-Luc

  8. Que dire d’autre que mille mercis à tous vos gentils commentaires!

    JL

  9. Merci Laurence, j’aime beaucoup André Dussolier et vos compliments me touchent beaucoup ainsi que tous les autres.

  10. Oui JB, les vers ont été traduit par Papy.

    Pour ma part, je trouve la versification pataude: deux fois mort, mort-mourir et les pieds ne tombent pas juste. Je ne prétends pas non plus que la mienne est parfaite et je pourrais peut-être l’améliorer.

    JL

  11. Merci pour vos commentaires.

    Pour ce qui est de la traduction de:

    In his house at R’lyeh dead Cthulhu waits dreaming

    en traduisant, je me suis longuement posé la question car contrairement à ce qu’écrit JB Boisseau, il n’y a pas de “,” et “dead” pourrait, par une licence poétique, se rattacher à R’lyeh même si en anglais courant l’adjectif est supposé précéder le nom sauf que l’anglais de Lovecraft n’est vraiment pas courant.

    De plus, une cité engloutie peut-être considérée comme une cité morte, qu’une cité morte n’est pas détruite, alors qu’un être mort ne peut rêver et attend le moment de son retour.

    Mais d’un autre côté, il y a cette phrase du Nécronomicon:

    That is not dead which can eternal lie,
    And with strange aeons even death may die.

    que j’ai traduite en:

    N’est pas défunt, qui repose pour l’éternité
    En d’étranges ères, la mort elle-même peut trépasser

    qui est totalement à double sens, ce que confirme le Chinois immortel.

    Finalement ma première idée était quand même d’associer “mort” à Cthulu.

    Je ne l’ai pas fait parce que l’affaire n’est pas 100% claire, mais surtout parce que littérairement c’est plus joli de dire “R’lyeh la morte” que “le défunt Cthulhu” et qu’il est plus inquiétant qu’il ne soit pas défunt.

  12. Merci encore à tous pour vos commentaires et un bonjour particulier à nos auditeurs du Québec où j’ai habité il y a longtemps.

    @Lattentif et Trollus
    =====================

    Je suis d’accord que les bruitages du chapitre sont trop présents et je vais les adoucir.
    Ceci dit en mettre ou ne pas en mettre est un dilemme que je n’arrive pas à trancher. Au début je n’en mettais pas, puis je me suis laissé influencer par ces feuilletons radiophoniques que l’on entend sur France-Culture.

    Finalement je reste perplexe…

  13. Avis aux amateurs: L’Ombre sur Innsmouth paraîtra cet après-midi.

    JL

  14. Quand je parlais de technique, je voulais dire tout ce qui concernait les techniques de forage…

  15. Je sais que Mountains of Madness est considérée comme majeure, mais les descriptions sont interminables et quand on en vient aux détails techniques c’est assez risible.
    Bref j’ai du mal à y accrocher et je trouve que CDW ou Shadow over Innsmouth bien supérieurs.

  16. Merci encore à tous pour vos compliments qui me touchent.

    A ceux qui en redemandent, dont Allan, je vais publier L’Ombre sur Innsmouth dans les jours qui viennent.

    C’est vrai qu’il se passe beaucoup de temps entre deux nouvelles, mais avec la traduction et le montage auquel j’attache beaucoup d’importance, il ne m’est guère possible de faire une lecture tous les trois jours….

    J’ai commencé également Mountains of Madness, mais je dois dire que par rapport à ceux que j’ai lu, je le trouve vieilli et un peu ennuyeux….

    Qu’en pensent les afficionados?

    JL

  17. Merci à toutes et tous.

    La prononciation de Cthulu, Marco, est un sujet sensible que je ne sais plus comment aborder.
    D’abord il y a au moins dix écoles, et quoique je fasse, ce sera mal fait…. Ensuite si je choisi une autre prononciation que “sstulu” on me dira à juste titre que je ne suis pas cohérent.

    Pourtant je vais devoir m’y mettre car je viens de terminer la traduction de l’Ombre sur Innsmouth.

    Alors moi, je fais comme la majorité voudra: Sstulu, Ktulu, Ktoulou, Ktrrrulrrrru à l’arabe que sais-je. Votez ou alors je peux faire un enregistrement par prononciation….;-)

    JL

  18. J’ai trouvé passionnant votre débat d’experts!
    Il y a cependant une chose que vous n’avez pas prise en considération.

    C’est un narrateur qui n’a jamais entendu prononcer Cthulhu de première main qui conduit le récit. Seuls Legrasse et le Professeur Webb ont assisté à des cérémonies immondes où ils ont pu entendre ce nom abhorré et s’ils ont enseigné la prononciation au professeur Angell, ce qui n’est pas dit, ce dernier en tout cas est mort et n’a fait que transcrire le nom sans jamais expliciter cette prononciation.

    En conclusion, Cthulhu est prononcé par un néophyte… comme moi. Peut-être dans d’autres nouvelles ce problème est-il résolu, mais pas dans celle-ci qui est la première.

  19. C’est vrai qu’en américain on prononcerait Ktoulou. A vrai dire je n’y avais jamais pensé et j’ai toujours dit sstulu sans y réfléchir davantage.
    Bon j’espère en tout cas que je ne l’ai pas froissé!

  20. Merci à tous pour vos gentils commentaires.

    Pour répondre à Claire-Marie, les textes de Lovecraft on été traduits dans les années 60 par un certain Jacques Papy.

    Cependant cette traduction est vieillotte et assez mal écrite, elle a besoin d’une révision. Voyez par exemple Les Montagnes Hallucinées sur eBooks.

    Mais à cela s’ajoute un deuxième problème qui est celui des droits. Nous ne pouvons lire, sans en payer, que des œuvres dont l’auteur et le traducteur sont morts depuis au moins 70 ans.

    D’où la double nécessité de retraduire Lovecraft. Ce n’est donc pas par plaisir ou par vanité que je le fais et je peux même vous dire que c’est un travail très long et fastidieux car l’anglais de Lovecraft est tarabiscoté et maniéré.

    J’aime bien cet auteur et je trouve qu’il se prête bien à la lecture audio. C’est du narratif avec peu ou pas de dialogue (à l’opposé d’un Sherlock Holmes par exemple). Or je trouve que les dialogues à plusieurs personnages sont compliqués à rendre dans une lecture à une seule voix. Soit on lit tous les protagonistes de la même façon et c’est monotone voire compliqué à suivre, soit on prend des voix et des accents ce qui peut devenir vite ridicule. Le style narratif est mieux adapté.

    Ceci dit, je suis en train de traduire “At the Mountains of Madness” (justement traduit abusivement en “Les Montagnes Hallucinées”) qui est un peu plus long que l’Appel de Cthulhu et j’espère avoir terminé pour la fin de l’année.

    JL

  21. Merci une fois encore pour vos gentils commentaires qui m’incitent à remettre Lovecraft sur le métier.

    Je suis en train de terminer L’Appel de Cthulhu et je m’attaquerai ensuite aux Montagnes Hallucinées.

    JL

  22. Merci pour tous vos gentils commentaires.

    Par contre, Stephen85, j’ai eu beau le relire, je ne comprends pas un mot au vôtre!

  23. Merci pour tous vos gentils commentaires.

    On m’a demandé à de nombreuses reprises quand j’enregistrai les livres suivants.

    Je le ferais avec plaisir, mais je crains bien que cela ne puisse se faire.

    D’abord plusieurs lecteurs du livre I n’enregistrent plus.
    Ensuite, les rôles sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure que l’on avance dans ce roman-fleuve et trouver de nouveaux lecteurs-comédiens n’est pas chose facile. Le lecteur doit âtre capable de jouer un peu la comédie, il faut qu’il soit très disponible, et, point important, que ses conditions de lecture (micro, réverbération de la pièce etc…) soient de bonne qualité et compatibles avec celles des autres lecteurs, ce qui est une véritable gageure sauf à passer un temps considérable à maquiller les différences au cours du montage.

    Certains ont souligné qu’il subsiste des problèmes techniques dans le Livre I. J’en suis bien conscient et c’est quelque chose que je voudrais absolument éviter si je remettais l’ouvrage sur le métier. J’ai passé des heures en post-production, mais c’est en amont, à l’enregistrement, qu’il faut gérer le problème.

    La seule solution que j’entrevois pour assurer la qualité à laquelle je tiens et à laquelle les auditeurs ont droit (en dépit de la gratuité), serait de trouver un studio, des élèves-comédiens ou des comédiens amateurs prêts à venir plusieurs demi-journées et le tout gratuitement.

    Cela semble hélas assez improbable, mais sait-on jamais, peut-être certains auditeurs de la région parisienne ont-ils des pistes…

  24. @Gosseyn

    Bonjour et merci pour vos compliments.
    Pourriez-vous m’indiquer en minutes l’endroit où vous avez repéré des défauts de qualité audio afin que j’investigue?

    Merci
    JL

  25. Cher JP

    Merci pour votre commentaire. A sa lumière je vais peu réanalyser la situation ;-).
    Ceci dit, j’avais quand même commencé à traduire l’Appel de Cthulu.

    Je vous remercie également pour vos compliments.

    Il est vrai que le travail de traduction est particulièrement fastidieux, car le style de Lovecraft en VO est très complexe et son vocabulaire est riche. L’anglais permet de passer beaucoup plus de concepts dans une même phrase que le français et il est parfois compliqué de transcrire cette complexité et cette richesse en navigant entre phrases trop courtes et phrases-spaghetti…

  26. Merci à toutes et tous pour vos compliments.

    @Frédéric: je suis en train de lire Guerre et Paix. Mais c’est un travail de longue haleine. Pour ce qui est de Lovecraft, je trouve personnellement que l’Affaire CDW est son meilleur livre. En proposer un autre serait peut-être décevant. Mais si vous avez une suggestion, elle est la bienvenue.

    @Krauser: Merci de m’avoir signalé le problème qui est à présent résolu.

    JL

  27. Merci à toutes et tous pour tous vos compliments si gentils auxquels je ne réponds pas à chaque fois mais qui me touchent beaucoup..

  28. Merci encore à tous. Je me suis décidé à reprendre le collier en traduisant avant de le lire l’Appel de Cthulhu. Un peu de patience….

    @ Bug-in
    Je suis en effet un peu perfectionniste et j’essaie d’offrir aux auditeurs la meilleure qualité technique.
    Merci donc de m’avoir signaler cette coquille dans le chapitre IV-3 que je viens de corriger.
    Jean-Luc

  29. Merci pour tous pour vos si gentils compliments.

    A ceux qui ont signalé un volume sonore trop bas, j’ai rééquilibré l’ensemble des fichiers.
    Si toutefois vous notez l’une ou l’autre anomalie, merci de me préciser sur quel fichier elle se produit.
    Bonne lecture
    Jean-Luc

  30. Merci à tous et toutes pour tous vos compliments.

    @Théophane
    ==========

    J’ai choisi Rameau au chapitre consacré à Joseph Curwen parcqu’il se passe au 17ème siècle.

    JL

  31. Merci à tous pour vos si gentils commentaires.
    Dès que j’en aurai le temps, c’est promis, je me lancerai dans une autre nouvelle de HPL.

    @Franck
    =======
    Une pensée particulière pour vous, tous mes voeux de bonne santé.

  32. Merci à toutes et tous pour vos gentils commentaires.

    L’erreur sur le fichier II-1 est réparée.

    Jean-Luc

  33. Merci à tous pour vos gentils commentaires.

    Pour ce qui est de l’adaptation elle était indispensable pour faire passer le roman au format théâtral. Elle est cependant très “light”: j’ai principalement supprimé les narratifs courts qui auraient cassé les dialogues et j’ai dépoussiéré certains dialogues un peu lourds. Mais à 90% je suis resté fidèle à l’original.

    Jean-Luc

  34. Gilles-Claude, cette lecture est véritablement superbe: sobre, mais avec des sentiments, simple claire, intelligente.
    JL

  35. A commentateur

    Je ne sais trop ce que fait le mode d’emploi de lame.exe dans le commentaires de Matin Brun qui est en mono, mais je crois y reconnaître la patte d’un ancien compagnon de route disparu depuis fort longtemps et dont je salue le retour…

  36. Alexandre

    Je donne rarement dans la ronde flagorneuse des auto-congratulations entre donneurs de voix.
    Mais toi et Gilles-Claude m’avez rendu le goût de la poésie par votre retenue sans platitude et votre sensibilité sans outrance, bref par votre intelligence.

    JL

  37. La poésie est une maîtresse exigeante.
    Sensibilité, diction, retenue, intelligence de l’esprit et du coeur,: elle veut tout!
    Beaucoup la courtisent, peu la séduisent.
    Tu en es.

    JL

  38. Le lien avec l’Action Française n’a rien de surprenant, Bainville en était une des figures de proue.

    Ce qui l’est par contre c’est le choix de cet auteur: monarchiste et fascisant, ami de Maurras et de Léon Daudet, revanchard, anti-Dreyfusard violent… j’en passe et des meilleurs… A quand Brasillach, Rebatet et Drieux!

    Franchement ce choix est très regrettable et il aurait été judicieux de demander l’avis de vos aînés.

    Jean-Luc

  39. Bonjour SPQR

    Je vous ai envoyé un message privé mais apparemment vous ne l’avez pas vu. Pourriez-vous y jetter un coup d’oeil et me répondre.

    Merci

    JL

  40. Bonjour

    Votre problème de résonance est très facilement soluble et sans aucune technicité particulière.

    Il est est simplement dû au fait que votre enregistrement est en stéréo avec un taux d’échantillonnage de 128 kb/s au lieu de 256 kb/s.

    C’est une erreur très fréquente.

    Sans entrer dans les détails, il suffit de passer de stéréo en mono dans Audacity AVANT d’exporter en mp3.

    Pour cela rien de plus simple, dans Audacity, cliquez sur le petit triangle pointé vers le bas à gauche de votre piste et choisissez l’option:
    Séparer stéréo vers mono.
    Et voilà, vous pouvez exporter et le problème aura disparu.

    SIC ITUR AD ASTRA, SPQR

    JL

  41. Pour ce qui me concerne, j’enregistre beaucoup de phrases plusieurs fois, je nettoie complètement l’enregistrement de tous les bruits parasites et au final une heure de lecture brut me prend trois à quatre heures de post-production et me donne 20′ de lecture net. Enfin je réécoute au moins quatre fois avant de publier.

    Ceci dit, quand on vise la lecture… le lecteur est touché!

    JL

  42. Non Pascale, c’est bien antéchrist: sans trait d’union et avec un accent.

    Cela vient du latin médiéval antechristus qui est une altération du latin ecclésiastique antichristus.

  43. Bonjour Christian

    Merci pour vos remarques.

    En effet je l’ai peut-être lu un peu vite ce pêcheur.

    J’y ferai plus attention à l’avenir.

    JL

  44. Bonjour Gil

    Je reconnais que la qualité technique d’Aladdin n’est pas celle de mes derniers enregistrements. Entretemps j’ai étudié un peu l’audio-numérique et je me suis équipé.

    Si j’ai l’occasion je referai certainement mes premières lectures.

    JL

  45. Bonjour Christelle

    La traduction d’Antoine Galland est la première et c’est lui qui aurait ajouté Aladdin et Ali-baba au recueil original des 1001 nuits.

    Il y a d’autres traductions, une de Jean-Charles Mardrus qui date de la fin du XIX et une qui vient de paraître à la Pléïade.

    J’ai beaucoup de tendresse pour celle de Galland car c’est la première que j’ai lue et la langue en est merveilleuse.

    Jean-Luc

  46. On nous écrit de Janina…

    Un fidèle auditeur m’écrit pour s’étonner que la voix de soeurette, petite fille au début du conte, se mue soudainement en voix de femme.

    Au début, Petite Soeur est une enfant que j’ai estimée à 12 ans.
    Mais lorsque le roi frappe à sa porte, tout à coup, il voit une “belle jeune fille” et il l’épouse.

    Petite soeur est donc passée comme par magie de l’enfance à l’âge adulte. Ce passage symbolique est évidemment très subit et doit se traduire subitement aussi par un changement de voix. Il eut été ridicule, voire scandaleux :-), de laisser une enfant se marier….. quoique naguère l’
    âge nubile était beaucoup plus avancé qu’aujourd’hui.

    En fait ce conte comme beaucoup de contes de Grimm nous parle du passage de l’enfance à l’âge adulte. Pour les garçons c’est par des épreuves, pour les filles c’est par l’amour et le mariage.

    Le petit chevreuil qui ne quitte pas Petite Soeur et réciproquement symbolise l’enfance et le roi la maturité. Lorsqu’il frappe à la porte, comme le destin, il est temps de quitter l’enfance, sans pour autant la renier, puisque Petite Soeur continuera à prendre soin du chevreuil… mais plus uniquement de lui.

  47. Cher Josef,

    Contrairement à ce que vous pensez, Aladdin se déroule bien en Chine, conformément à la traduction d’Antoine Galland.

    D’ailleurs voyez l’illustration d’Aladdin que je joins à la fin de ce commentaire…

    Les contes des 1001 nuits ne se limitent pas à l’actuel Iraq mais se déroulent aussi en Perse, en Inde et en Chine.

    Il y a même un conte qui se nomme Histoire des amours de Camaralzaman, prince de l’Ile des Enfants de Khaledan, et de Badoure, princesse de la Chine.

    Jean-Luc

  48. Merci pour vos compliments qui me font d’autant plus plaisir que vous n’attachez pas vos chiens avec des saucisses!
    Quant aux remarques, j’en ai tenu compte en baissant le niveaux de voix de Carole. Quant à la stéréo, l’enregistrement était prévu en mono et c’est par erreur qu’il a été distribué en stéréo.

    J’en profite cependant pour demander aux auditeurs s’ils aiment ou pas l’effet stéréo par exemple dans la gardeuse d’oies.

    JL

  49. La qualité est notre affaire😉

    Nous passons Carole et moi beaucoup de temps à peaufiner nos enregistrements, aussi bien pendant les enregistrements qu’en post-production. Nous traquons les bruits, souffles, clics et autres résonnances du mieux que nous pouvons de façon à vous offrir la meilleure qualité d’écoute possible.
    Il est cependant possible que nous laissions passer des imperfections ici ou là.
    Nous nous emploierons à les corriger et à ne plus les reproduire.

    Jean-Luc

  50. Le problème d’écrêtage relevé par la vérité à été règlé.
    Merci pour votre remarque.
    Jean-Luc

  51. Ah vous ne saviez pas… Nous voulions ajouter son nom, mais il a préféré rester dans l’ombre.

  52. Bonjour Melamed

    Désolé de vous répondre tardivement et merci pour vos gentils compliments.
    La nouvelle est en effet basée sur un fait divers de la guerre de 70, évidemment très largement romancé.

    Shalom

56 / 100