Samuel

Samuel

Ses commentaires les plus récents

  1. Félicitations pour la qualité de la mise en vie sonore de cette riche histoire ! Tout est à la fois audacieux et simplement au service du récit. Vos voix sont si justes et nous emportent dans le paysage des évènements, au cœur des relations entre ces personnages. Vous faites honneur à son auteur et plaisir à vos auditeurs. Merci pour cet ouvrage.
    Paisibles fêtes de fin d’année à vous !

  2. Merci, Alain et Esperiidae,
    pour cette lecture vivante.

    Venant d’écouter le 1er chapitre,
    une pause pour vous exprimer
    une profonde admiration
    pour la qualité de cette réalisation :

    L’ambiance sonore, musiques et bruitages,
    apporte au texte une belle mise en valeur,
    pas seulement figurative, mais artistique,
    à mon goût.

    Les interventions de vos voix, Esperiidae,
    très justes, apportent une dimension supplémentaire à cette création,
    merci de nous faire don de votre talent de lectrice et d’actrice.

    Alain, votre narration porte le texte,
    si prenant, avec cette focalisation sur des détails qui font toute la force de ce récit,
    et nous forcent à imaginer ce qu’il y a autour,
    ce qu’on ne voit pas…
    Par l’énergique finesse de votre prosodie,
    vous donner beaucoup de sens à tout cela,
    ce qui est décrit, ce qu’il nous revient d’imaginer…

    À bientôt pour la suite

    PS : Alain, vous avez été la première personne à commenter mon premier enregistrement pour ce site, et je suis ravi de découvrir ici votre voix par celui-ci.

  3. Chère Esperiidae,

    ravi de vous rendre un peu
    à vous qui avez beaucoup donné.

    Sur ce -Billet “Aller simple”-
    j’avais oublié d’écrire sur 2 choses :

    La musique que vous avez choisie
    qui est magnifique (cela faisait longtemps
    que je n’avais pas été ému par une musique,
    merci de m’avoir fait vivre cela)
    et tellement adaptée,
    ces vents d’un souffle harmonieux
    cousent vos mots voyageurs,
    en une traînée de poudre en ciel
    que l’on suit au-dessus d’un océan
    qu’une femme s’apprête à traverser…

    La seconde,
    et je sais pourquoi je l’ai oubliée,
    c’est parce qu’elle est d’une parfaite discrétion,
    d’une adaptation à se fondre dans le récit,
    dans chaque mot…

    j’en ai parlé dans un commentaire,
    non lu par vous il semblerait,
    le premier que j’ai rédigé
    à la suite de la première écoute que j’ai faite
    d’un texte lu par vous,
    et qui m’a ému,
    un peu comme cette musique
    dont je parle plus haut…

    …je n’en dis pas plus ici,
    je suis joueur
    et vous laisse rechercher ce billet,
    et y trouver ce dont je ne parle ici…

    indice : son titre est un oxymore si je ne m’abuse

    autre indice : le prénom de son auteur est le prénom de 2 de vos commentateurs…

    et pour ce dont j’y parle…
    en lisant ce commentaire du 11 novembre 2020
    (oups, un nouvel indice s’est glissé ci-dessus)
    vous serez rapidement sur la bonne voie…

  4. Merci pour cette belle transmission de témoignage,
    qui porte sans doute une part des autres
    dont vous parlez ici, tant elle est riche.

    Les commentaires ci-dessus, si justes, dans lesquels je retrouve mon ressenti, révèlent la sincérité de votre écriture, unique ; et subliment votre création en apportant d’intéressantes informations qui enrichissent l’écoute, notamment cette référence à l’une de vos lectures “Le déménagement” de Gil PIDOUX, que tout cela me donne envie de découvrir.

    Agréable fin de journée

    Samuel

  5. Heureux auditeur confident
    de ce texte et de votre voix
    qui en délivre délicatement les mots,
    je vous remercie.

    Le sentiment que vous les semez délicatement
    comme pour éviter qu’ils ne se brisent
    mais résonnent discrètement,
    me vient en vous écoutant.

    Ces mots
    vivant par votre voix vibrante
    donnent
    à ces souvenirs de secrets ravivés
    une valeur d’envol de papillon
    à la belle vie éphémère et légère
    mais qui se réincarneront j’espère…

    …ou tout au moins ces mots-graines,
    avec le temps, qui rebouche les trous des haies
    -empêchant d’observer les futurs souvenirs-
    fécondé-es ici par votre voix
    feront cependant fleurir des sourires,
    comme le mien qu’entre ces lignes,
    je vous laisse lire.

    Agréable suite à ce moment

  6. Esperiidae,

    À l’écoute de cette nouvelle,
    malgré la pluie battante de ce dimanche 15 novembre,
    j’étais sous la chaleur dans les vignes,
    à côté de ces travailleuses, de leur labeur…
    Votre lecture porte la chaleur de l’écriture,
    une chaleur lourde de sens, comme ce travail
    réalisé même s’il risque de ne servir,
    en cas d’imprévu destructeur,
    qu’à entretenir et honorer
    la mémoire de celles et ceux
    qui l’ont rendu possible.

    Merci de faire vivre, avec talent, par votre voix,
    toujours aussi juste envers l’auteur,
    tout en étant d’une belle personnalité,
    cette audace de style de Charles-Ferdinand Ramuz.

  7. Esperiidae,

    votre lecture est d’un grand respect pour le texte, sa ponctuation, ses rythmes, son sens…
    Vous êtes discrètement au service de l’histoire
    et accordez la juste place à chaque mot,
    chaque phrase, chaque paragraphe…
    Vos modulations d’intensité à chacun de ces niveaux apportent une facilité de compréhension à l’écoute et un plaisir à se laisser porter…
    Ce serait une langue étrangère que je ne comprendrais pas, je serais cependant ravi de vous écouter…
    Votre voix est un instrument de musique capable de porter avec force et douceur un récit ;
    un pinceau capable de retranscrire dentellinesquement, et avec un supplément d’âme, les subtilités du tableau rédigé en mots par l’auteur…
    De plus, et finissons par ce que je patientais d’écrire au commencement, j’aime le timbre de votre voix, enchanteur, riche d’une imperceptible multitude qui, allant d’un côté juste avant la fêlure touchante et de l’autre jusqu’à l’assurance rassurante, voyage et fait voyager le bienheureux auditeur par delà les mots sans jamais oublier de faire émerger la profondeur de leurs sens.
    Merci

  8. Enchanté Francine
    Ravi de faire entendre chez vous ce roman de
    Hector Malot, et que cela vous plaise.
    Je savoure votre merci important.
    À bientôt pour la suite…

  9. Merci Laurence
    pour l’élégance
    de votre message
    qui participe au plaisir du voyage
    au beau pays des mots d’Hector Malot
    que ma voix visite avec chance.

    Au plaisir

  10. Merci Dorothée
    pour votre message.

    Ravi de vous retrouver comme auditrice,
    vos commentaires sur la lecture
    me vont droit au cœur,
    et me motive pour la suite.

    À bientôt

    Samuel

  11. Bonjour Claryssandre,

    merci pour votre message.

    Ce roman comprend 28 chapitres.
    Il sera à présent publié
    par groupe de 5 chapitres,
    mais toujours sur le même billet.

    Étant donné mon rythme d’enregistrement
    (assez lent car j’aime prendre le plaisir de lire, réécouter, corriger ce qui me plait moins, dans les meilleurs conditions possibles, très tôt le matin ou très tard le soir… la nuit)
    j’espère que vous pourrez écouter la totalité
    du roman, comme vous le souhaitez,
    avant ce Noël 2020.

    En espérant que ce présent vous arrive en avance…
    d’ici là portez vous bien, profitez des présents
    que la vie nous offre lorsque l’on s’ouvre à l’instant.

    Agréable fin de journée

  12. Je propose d’enregistrer

    “Les amours de Jacques”
    2ème roman d’Hector Malot
    datant de 1860 (ouvrage présent
    dans la liste des suggestions
    du site litteratureaudio)

    Bien à vous

    Samuel

  13. Re-bonjour,

    après recherches,

    Daniel Luttringer

    a enregistré 2 ouvrages d’Hector Malot,
    que vous m’indiquez dans vos suggestions,
    ces 2 publications sont disponibles
    sur Audiocité :

    Les amants
    https://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-romans/hector-malot-les-victimes-damour-–-tome-1-–-les-amants.html?

    et sa suite,

    Les époux
    https://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-feuilletons/hector-malot-les-victimes-damour-–-t2-–-les-epoux-–-chapitre-02.html

    Je vais donc porter mon choix sur
    une autre de vos suggestions…

    Agréable fin de journée

    Samuel

  14. Bonjour,

    désolé pour ce silence,
    Lïat, Claudie, Claryssandre,
    et merci pour vos messages.

    Je n’étais pas revenu sur cette page depuis un moment.

    Je découvre aujourd’hui,
    avec plaisir,
    vos agréables commentaires qui me touchent,
    et vos suggestions.

    Je vais aller voir du côté d’Hector Malot,
    ce que je peux proposer.

    Merci encore pour votre écoute
    et vos propositions.

    Samuel

  15. Bonjour Lïat,

    je vous remercie infiniment pour votre message plein de reconnaissance qui me va droit au cœur,

    j’aime tant prêter ma voix à un texte que je vais revenir, si ce plaisir est sublimé par des retours comme le vôtre je ne peux faire autrement.

    Portez-vous bien également

    Samuel

  16. Merci Dorothée pour ce retour,
    le rapprochement d’auteurs que vous faites est intéressant et je trouve qu’il cerne bien ce poète…
    Agréable fin d’écoute,
    et belle fin de journée.

  17. Bonjour, Alain,
    tout d’abord merci pour ce commentaire ;
    à vrai dire,
    j’ai découvert ce poète en l’enregistrant !
    C’était une suggestion d’enregistrement,
    à laquelle j’ai répondue.
    Pour reprendre vos mots,
    la liberté de ce poète m’a parfois dérangée,
    tant mieux sans doute,
    et son ouverture au monde sorti de mon confinement intérieur…
    Son examen final, qui suit la lettre à son livre, éclaire sur ce qui l’a animé en écrivant ces Chants et m’a aidé à comprendre ce poète.
    Merci encore pour votre mot.
    Samuel M.

18 / 100