CABOT, Thierry – Le Poète déchu

Accueil Forums Textes CABOT, Thierry – Le Poète déchu

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #143478
    Christine SétrinChristine Sétrin
    Maître des clés
    #154349
    Christine SétrinChristine Sétrin
    Maître des clés

    CABOT, Thierry – Le poète déchu

     Je me déchire avec l’écume,
    Je m’endeuille avec le blizzard,
    Et les décombres de ma plume
    Hantent les marches du hasard.
     
    Rien ne me porte que le doute.
    Mon nom ? A peine l’ai-je su.
    Qui m’aime un peu ? Là, qui m’écoute ?
    Je mords le vide à mon insu…

    Il m’en souvient ; j’étais à l’âge
    Où l’on se veut riche en destin.
    La vie alors pleine et volage
    Se consumait jusqu’au matin.

    Combien de fois le chant des heures
    Eblouissait l’or de mes yeux.
    Je me noyais dans tous les leurres,
    Je bondissais vers tous les cieux.

    Que ce fût l’hiver ou l’automne,
    L’appel fécond de l’avenir
    Comme une source qui moutonne,
    En moi semblait ne plus finir.

    Debout, au milieu du vertige,
    Penchés sur mon stylo rêveur,
    Les poètes faisaient, prodige !
    Etinceler toute ferveur.

    J’allais, j’avais la bouche pure.
    J’aimais autant que l’on m’aimait.
    Les mots fleurissaient, ô parure !
    A l’égal d’un grand mois de mai.

    Parmi l’essaim des longues brises,
    La foi m’étourdissait de jours,
    Et chaude en merveilles conquises,
    Etalait son tremblant velours.

    J’étais la nuit courant les dunes,
    J’étais l’aurore aux blancs chemins,
    J’étais la chair des pommes brunes
    Qui caressait longtemps mes mains.

    J’étais encore tant de choses :
    Le lieu du beau, le sang du neuf,
    L’inouï caché sous les roses,
    Le pinson bleu jailli d’un œuf…

    Dures images ! Tout m’assomme.
    Bientôt mourra le seul témoin.
    Ai-je vraiment connu cet homme ?
    Dieu que c’est loin ! Dieu que c’est loin !

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.