ROMAINS, Jules – Knock, ou le triomphe de la médecine (Extrait)

Accueil Forums Textes ROMAINS, Jules – Knock, ou le triomphe de la médecine (Extrait)

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #142059
    VictoriaVictoria
    Participant
    #145659
    VictoriaVictoria
    Participant

    ROMAINS, Jules – Knock, ou le triomphe de la médecine (Extrait)

    ACTE II
    Scène I


    Knock, le tambour de ville

    Knock
    C’est vous, le tambour de ville ?

    Le Tambour
    Oui, monsieur.

    Knock
    Appelez-moi docteur. Répondez-moi “oui, docteur”, ou “non, docteur”.

    Le Tambour
    Oui, docteur.

    Knock
    Et quand vous avez l’occasion de parler de moi au-dehors, ne manquez jamais de vous exprimer ainsi : “Le docteur a dit”, “le docteur a fait”… J’y attache de l’importance. Quand vous parliez entre vous du docteur Parpalaid, de quels termes vous serviez-vous ?

    Le Tambour
    Nous disions : “C’est un brave homme, mais il est pas bien fort.”

    Knock
    Ce n’est pas ce que je vous demande. Disiez-vous “le docteur” ?

    Le Tambour
    Non. “M. Parpalaid”, ou “le médecin”, ou encore “Ravachol”.

    Knock
    Pourquoi “Ravachol” ?

    Le Tambour
    C’est un surnom qu’il avait. Mais j’ai jamais su pourquoi.

    Knock
    Et vous ne le jugiez pas très fort ?

    Le Tambour
    Oh ! pour moi, il était bien assez fort. Pour d’autres, il paraît que non.

    Knock
    Tiens !

    Le Tambour
    Quand on allait le voir, il ne trouvait pas.

    Knock
    Qu’est-ce qu’il ne trouvait pas ?

    Le Tambour
    Ce que vous aviez. Neuf fois sur dix, il vous renvoyait en vous disant : “Ce n’est rien du tout. Vous serez sur pied demain, mon ami.”

    Knock
    Vraiment !

    Le Tambour
    Ou bien, il vous écoutait à peine, en faisant “oui, oui”, et il se dépêchait de parler d’autre chose, pendant une heure, par exemple de son automobile.

    Knock
    Comme si l’on venait pour ça !

    Le Tambour
    Et puis il vous indiquait des remèdes de quatre sous ; quelquefois une simple tisane. Vous pensez bien que les gens qui payent huit francs pour une consultation n’aiment pas trop qu’on leur indique un remède de quatre sous.

    Knock
    Ce que vous m’apprenez me fait réellement de la peine. Mais je vous ai appelé pour un renseignement. Quel prix demandiez-vous au docteur Parpalaid quand il vous chargeait d’une annonce ?

    Le Tambour
    Il ne me chargeait jamais d’une annonce.

    Knock
    Oh ! Qu’est-ce que vous me dites ? Depuis trente ans qu’il était là ?

    Le Tambour
    Pas une seule annonce en trente ans, je vous jure.

    Knock
    Vous devez avoir oublier. Je ne puis pas vous croire. Bref, quels sont vos tarifs ?

    Le Tambour
    Trois francs le petit tour et cinq francs le grand tour. D’ailleurs, je conseille à monsieur…

    Knock
    “Au docteur.”

    Le Tambour
    Je conseille au docteur, s’il n’en est pas à deux francs près, de prendre le grand tour, qui est beaucoup plus avantageux.

    Knock
    Bien, je prends le grand tour. Vous êtes disponible, ce matin ?

    Le Tambour
    Tout de suite si vous voulez…

    Knock
    Voici donc le texte de l’annonce.

    Le Tambour
    “Le Docteur Knock, successeur du docteur Parpalaid, présente ses compliments à la population de la ville et du canton de Saint-Maurice, et a l’honneur de lui faire connaître que, dans un esprit philanthropique, et pour enrayer le progrès inquiétant des maladies de toutes sortes qui envahissent depuis quelques années nos régions si salubres autrefois…”

    Le Tambour
    “… il donnera tous les lundis, de neuf heures trente à onze heures trente, une consultation entièrement gratuite, réservée aux habitants du canton. Pour les personnes étrangères au canton, la consultation restera au prix ordinaire de huit francs.”

    Le Tambour
    Eh bien ! C’est une belle idée ! Une idée qui sera appréciée ! Une idée de bienfaiteur ! Mais vous savez que nous sommes lundi. Mon annonce va tomber dans tout ce monde. Vous ne saurez plus où donner de la tête.

    Knock
    Je tâcherai de me débrouiller.

    Le Tambour
    Il y a encore ceci : des clients. M. Parpalaid n’en voyait guère que ce jour-là. Si vous les recevez gratis…

    Knock
    Vous comprenez, mon ami, ce que je veux, avant tout, c’est que les gens se soignent. Si je voulais gagner de l’argent, c’est à Paris que je m’installerais, ou à New York.

    Le Tambour
    Ah ! vous avez mis le doigt dessus. On ne se soigne pas assez. On ne veut pas s’écouter, et on se mène trop durement. Quand le mal vous tient, on se force. Autant vaudrait-il être des animaux.

    Knock
    Je remarque que vous raisonnez avec une grande justesse, mon ami.

    Le Tambour
    Oh ! sûr que je raisonne, moi. Je n’ai pas l’instruction que je devrais. Mais il y en a de plus instruits qui ne m’en remontreraient pas. M. le maire, pour ne pas le nommer, en sait quelque chose. Si je vous racontais qu’un jour, monsieur…

    Knock
    “Docteur.”

    Le Tambour
    Docteur !… qu’un jour, M. le préfet, en personne, se trouvait à la mairie dans la grande salle des mariages, et même que vous pourriez demander attestation du fait à des notabilités présentes, à M. le premier adjoint, pour ne pas le nommer, ou à M. Michalon, et qu’alors…

    Knock
    Et qu’alors M. le préfet a vu tout de suite à qui il avait affaire, et que le tambour de ville était un tambour qui raisonnait mieux que d’autres qui n’étaient pas tambours mais se prenaient pour quelque chose de bien plus fort qu’un tambour. Et qui est-ce qui n’a plus su quoi dire ? C’est M. le maire.

    Le Tambour
    C’est l’exacte vérité ! Il n’y a pas un mot à changer ! On jurerait que vous étiez là, caché dans un petit coin.

    Knock
    Je n’y étais pas mon ami.

    Le Tambour
    Alors, c’est quelqu’un qui vous l’a raconté, et quelqu’un de bien placé ? Vous ne m’ôterez pas de la tête que vous en avez causé récemment avec M. le préfet.

    Knock
    Donc, je compte sur vous, mon ami. Et rondement, n’est-ce pas ?

    Le Tambour
    Je ne pourrai pas venir tout à l’heure, ou j’arriverai trop tard. Est-ce que ça serait un effet de votre bonté de me donner ma consultation maintenant ?

    Knock
    Heu… Oui. Mais dépêchons-nous. J’ai rendez-vous avec M. Bernard, l’instituteur, et avec M. le pharmacien Mousquet. Il faut que je les reçoivent avant que les autres arrivent. De quoi souffrez-vous ?

    Le Tambour
    Quand j’ai dîné, je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt, ça me grattouille.

    Knock
    Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous grattouille ?

    Le Tambour
    Ça me grattouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi.

    Knock
    Désignez-moi exactement l’endroit.

    Le Tambour
    Par ici.

    Knock
    Par ici… où cela, par ici ?

    Le Tambour
    Là. … Entre les deux.

    Knock
    Juste entre les deux ?… Est-ce que ça ne serait pas plutôt un rien à gauche, là, où je mets mon doigt ?

    Le Tambour
    Oui

    Knock
    Ça vous fait mal quand j’enfonce mon doigt ?

    Le Tambour
    ça me fait mal.

    Knock
    Ah ! ah ! Est-ce que ça ne vous grattouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau vinaigrette ?

    Le Tambour
    Je n’en mange jamais. Mais il me semble que si j’en mangeais, effectivement, ça me grattouillerait plus.

    Knock
    Ah ! ah ! très important. Ah ! ah ! Quel âge avez-vous ?

    Le Tambour
    Cinquante et un, cinquante-deux.

    Knock
    Plus près de cinquante-deux ou de cinquante et un ?

    Le Tambour
    cinquante-deux. fin novembre.

    Knock
    Mon ami, faites votre travail aujourd’hui comme d’habitude. Ce soir, couchez-vous de bonne heure. Demain matin, gardez le lit. Je passerai vous voir. Pour vous, mes visites seront gratuites. Mais ne le dites pas. C’est une faveur.

    Le Tambour
    Vous êtes trop bon, docteur. Mais c’est donc grave, ce que j’ai ?

    Knock
    Ce n’est peut-être pas encore très grave. Il était temps de vous soigner. Vous fumez ?

    Le Tambour
    Non, je chique.

    Knock
    Défense absolue de chiquer. Vous aimez le vin ?

    Le Tambour
    J’en bois raisonnablement.

    Knock
    Plus une goutte de vin. Vous êtes marié ?

    Le Tambour
    Oui, docteur.

    Knock
    Sagesse totale de ce côté-là, hein ?

    Le Tambour
    Je peux manger ?

    Knock
    Aujourd’hui, comme vous travaillez, prenez un peu de potage. Demain, nous en viendrons à des restrictions plus sérieuses. Pour l’instant, tenez-vous-en à ce que je vous ai dit.

    Le Tambour
    J’vais me coucher.

    Knock
    Gardez-vous-en bien ! Dans votre cas. Faites vos annonces comme si de rien n’était, et attendez tranquillement jusqu’à ce soir.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.