Esperiidae

Toutes mes réponses sur les forums

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 144)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Extraits musicaux utilisés #164091
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicale de GUERRE ET PAIX, TROISIEME PARTIE, CHAPITRE 3 :

    Sergueï Rachmaninov, Symphonie No. 2-1 en Mi mineur, Op. 27: I. Largo – allegro moderato, interprété par l’Orchestre de Philadelphie, dirigé par Eugene Ormandy (1959, domaine public).

    Sergueï Rachmaninov  – Symphonie No. 2-2 en Mi mineur, Op. 27: II. Allegro molto –  Interprète(s) : Eugene Ormandy (Chef d'orchestre) Orchestre / Ensemble : Orchestre de Philadelphie – 1959

    Sergueï Rachmaninov – Symphonie No. 2 en Mi mineur, Op. 27: III. Adagio – Interprète(s) : Eugene Ormandy (Chef d'orchestre) – Orchestre / Ensemble : Orchestre de Philadelphie

    Sergueï Rachmaninov – Concerto No. 3 pour piano et orchestre en Ré mineur, Op. 30: III. Finale, Alla breve – Interprète(s) : Fritz Reiner (Chef d'orchestre), Vladimir Horowitz – 1951 

    Orchestre / Ensemble : RCA Victor Symphony Orchestra

    Sergueï Rachmaninov – L'Ile des Morts, Op. 29: I. – Interprète(s) : Fritz Reiner (Chef d'orchestre) – Orchestre / Ensemble : Orchestre Symphonique de Chicago – 1957 

    Sergueï Rachmaninov, Trio Élégiaque en Ré mineur, Op. 9: II. Quasi variazione, Andante, interprété par Leonid Kogan, Fiodor Luzanov, Evgeny Svetlanov (1959, domaine public).

    Sergueï Rachmaninov

    Trio Elégiaque en Ré mineur, Op. 9: III. Allegro risoluto – Interprète(s) : Leonid Kogan, Fiodor Luzanov, Evgeny Svetlanov

    Sergueï Rachmaninov – Concerto No. 2 pour piano et orchestre en Do mineur, Op. 18: III. Allegro scherzando – Interprète(s) : Enrique Jorda (Chef d'orchestre), Alexander Braïlowsky  – Orchestre / Ensemble : Orchestre Symphonique de San Francisco – 1957

    Un très grand merci pour ton travail et une belle soirée à toute l'équipe de LA !

    Esperiidae

    (Références ajoutées au billet.)
    en réponse à : (O) PUCCIANO, Pauline – L’Organe et la Sonde #163632
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Oui c'est parfait maintenant

    en réponse à : (O) BARTELT, Franz – Hommage à Jacques Anquetil #163630
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    O !

    en réponse à : (O) PUCCIANO, Pauline – L’Organe et la Sonde #163629
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Je ne suis pas fan du genre (science-fiction) mais le suis de vos talents d'écrivaine. Vocabulaire riche sans être lourd, agréable, style toujours empreint de douce poésie… bref, je vote 

    O

    Par contre, je ne sais pas si c'est juste chez moi, mais quand je charge le PDF, sur mon écran une partie de votre texte est “rogné” sur la droite (il me manque les dernières lettres de certaines phrases) 

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #163406
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicale de GUERRE ET PAIX, TROISIEME PARTIE, CHAPITRE 2 :

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Capriccio Espagnol Op.34, interprété par L.Maazel (1961, domaine public).

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Trio do Mineur, interprété par David Oistrakh, Sviatoslav Knuchevitski et Lev Oborine (1952, domaine public).

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Scheherazade – Suite des Mille et une Nuits, interprété par J. Corigliano, dirigé par L.Bernstein (1959, domaine public).

    Nikolaï Rimsky-Korsakov, Concerto sur un thème russe – Op. 30 – Sviatoslav Richter & Orchestre de la Jeunesse de Moscou – Kyril Kondrashin – 1950

    Nikolaï Rimski-Korsakov – Sadko – Image musicale, Op. 5 – Interprète(s) : Ernest Ansermet (Chef d'orchestre) – Orchestre / Ensemble : Orchestre de la Suisse Romande – 1958

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Tsar Saltan, Op. 57, interprété par l’Orchestre de la Suisse Romande, dirigé par Ernest Ansermet (1958, domaine public).

    Nikolaï Rimsky-Korsakov, La Nuit de Noël, interprété par l’Orchestre de la Suisse Romande, dirigé par E. Ansermet (1959, domaine public).

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Fantaisie de concert sur des thèmes russes, Op. 33, interprété par N. Milstein, dirigé par R. Irving (1960, domaine public).

    Nikolaï Rimski-Korsakov Vol. 03 – Grande Pâque – Le Coq d'Or – Snegourotchka – Sadko – Image musicale – Op. 5  – Bratislava Radio Symphony Orchestra – Ernest Ansermet 1958 ;

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Grande Pâque, interprété par l’Orchestre Lamoureux, dirigé par Igor Markevitch (1959, domaine public).

    12-RimskSnegouAnser.mp3 – Nikolaï Rimski-Korsakov  – Snegourotchka – La Jeune Fille de Neige – Suite symphonique – Danse des oiseaux – Danse des bouffons – Orchestre de la Suisse Romande – Ernest Ansermet; 1957

    Nikolaï Rimski-Korsakov, Le Coq d’Or, interprété par Pierre Fournier, Gerald Moore (1957, domaine public).



    Merci ! Et j'en profite pour joindre à mes remerciements tous mes voeux pour 2021 Sourire. Que l'an nouveau soit synonyme de réussite et de chance, de partage, d'espoir et de bonheur, d'amour et d'une santé à toute épreuve ! Ce sont là également mes vœux pour tes proches et ta famille, ainsi que pour toute l'équipe de LA !



    Esperiidae

    (Références ajoutées au billet.)

     

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #163382
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Bonjour Chère Christine, 

    Voici les références musicales pour « Neuf cenf francs » de CF Ramuz : 

    Musiques et bruitages d'ambiance : https://www.sound-fishing.net/

     

    • Dark Hero 3 – Judgment
    • Dark Hero 3 – alone
    • Dark Hero 3 – End of nightmare



    Enregistrement en duo avec Alain Degandt, pourrais-tu également l'ajouter comme donneur de voix s'il te plaît ? Un grand merci ! Sourire 

     

    Belle continuation et d'ores et déjà, meilleurs voeux et très belles fêtes de fin d'année !

    Esperiidae

    (Références ajoutées au billet.)

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #163301
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voiciles références musicales pour « Le village brûlé » de CF Ramuz : 



    Chapitres 01, 02 et 05 :
    Antonin Dvorak, Ouverture « Dans la Nature », interprété par l'Orchestre Philharmonique Tchèque, dirigé par Karel Ancerl (1962, domaine public).

    Chapitre 03 :
    Franz Schubert, Lieder « Winterreise » (European Archive, domaine public).

    Chapitre 04 :
    Maurice Ravel, Quatuor en Fa Majeur (1902), interprété par le Quatuor Pro Arte (1933, domaine public).

     

    J'ai crée le billet et inscrit « Alain Degandt » en donneur de voix, pourrais-tu m'ajouter en second, (comme cela s'inscrit pour les billets en commun de Guerre et Paix avec Vincent par exemple), s'il te plaît ? Un grand merci ! Sourire

     

    Beau weekend

    Esperiidae

     

    (Références ajoutées au billet.)


    en réponse à : (O) PUCCIANO, Pauline – Dix Petites Vieilles #163292
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    O

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #163180
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicales pour « Les femmes dans les vignes » de CF Ramuz. 

    Nocturnes, Op. 32 – No. 2. Nocturne in A major par Olga Gurevich – (https://musopen.org/music/109-nocturnes-op-32/)

     

    Merci beaucoup et belle soirée Sourire

    (Références ajoutées au billet.)

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #163169
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicales pour « Les pommes de terre sous la cendre » de CF Ramuz. 



    Goldberg Variations, BWV. 988 – Variation 25 – par  Shelley Katz ( https://musopen.org/music/4107-goldberg-variations-bwv-988/ )



    Merci beaucoup et toute belle fin de semaine !

    (Références ajoutées au billet.)

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #162969
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicale de GUERRE ET PAIX, TROISIEME PARTIE, CHAPITRE 1 :

    Piotr Ilitch Tchaikovsky – Concerto No. 1 pour piano et orchestre en Si bémol mineur, Op. 23: Orchestre Symphonique Chicago – Fritz Reiner (Chef d'orchestre), Emil Gilels – 1955

    Piotr Ilitch Tchaikovsky – Symphonie No. 4 en Fa mineur, Op. 36 – Interprète(s) : Charles Munch (Chef d'orchestre) – Orchestre / Ensemble : Orchestre Symphonique de Boston – 1955

    Symphony No. 6  « Pathetic » in B Minor, Op074: II. Allegro con grazia – The Philharmonia Orchestra, Guido Cantelli; 1951

    Piotr Ilitch Tchaikovsky, Sérénade mélancolique en Mi majeur, Op. 26, Interprète(s) : Alfred Wallenstein (Chef d'orchestre), Jascha Heifetz, Orchestre / Ensemble : OrchestrePhilharmonique de Los Angeles 1954

    Souvenir D'Un Lieu Cher – Remembrance of a Beloved Place, Op042: I. Hapsal: Meditation – Pittsburgh Symphony Orchestra, Robert Irving, Nathan Milstein; 1960

    Suite No. 1 D Minor, Op043  : Marche Miniature – Chicago Symphony Orchestra, Fritz Reiner; 1959

    Sérénade pour cordes en Do majeur, Op. 48 – Interprète(s) : Antal Dorati (Chef d'orchestre) Orchestre / Ensemble : Philharmonia Hungarica – 1958

    Milieu : Piotr Ilitch Tchaikovsky -Valse Sentimentale, Op. 51: -Nina Musinyan • Daniel Shafran • Nina Musinyan-1953



    Piotr Ilitch Tchaikovsky ,Roméo et Juliette Ouverture-Fantaisie, d'après Shakespeare, Sans n° d'Opus, Interprète(s) : Herbert von Karajan (Chef d'orchestre) Orchestre / Ensemble : Orchestre Philharmonique de Vienne – 1946



    Le tout vient de http://www.vialma.com



    Merci et très beau debut de semaine !!



    (Références ajoutées au billet.)

    en réponse à : (O) DEGANDT, Alain – Et si l’on chantait ? (6 chansons) #162894
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    O O O O O O  

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #162782
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Bonsoir Chère Christine, 

    Voici les références musicales pour Billet « aller simple » : https://www.jamendo.com/track/245864/allora



    Merci et tout beau dimanche pascal ! 

    en réponse à : ESPERIIDAE – Billet « aller simple » #162780
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Billet « aller simple »

     

    ou la véritable histoire – romancée – de Mme R.

     

    D’abord, c’était son fils qui était arrivé. Il avait sonné, comme d’habitude, mais il lui avait semblé que le carillon avait été plus assourdissant, plus profond, comme irréel. Il était entré sitôt après, sans attendre qu’elle vienne ouvrir. Comme il le faisait d’habitude. Il avait crié « C’est moi maman ! », comme il le faisait d’habitude et, comme d’habitude, il était venu déposer un baiser sur sa joue froide et fripée. Mais elle savait que ce jour-ci ne s’écoulerait pas « comme d’habitude », aussi son cœur battait-il plus fort en sentant les lèvres chaudes de son fils sur le crêpe de sa peau. Depuis le matin, elle avait lutté pour maintenir ses larmes en équilibre sur le rebord de ses paupières inférieures, mais la caresse du souffle tendre de son fils cadet, était venue forcer le déséquilibre et les larmes s’étaient mises à rouler sur ses joues. Sa volonté et sa pudeur ne pouvaient plus lutter contre son émotion. « Maman, ça va aller » lui avait-il soufflé doucement en la serrant contre son cœur.

    Sa fille était arrivée peu après. Contrairement à son frère, elle ne sonnait jamais avant d’entrer. Elle ouvrait la porte en criant « Coucou maman, c’est moi ! ». Plus vive que son frère, plus entreprenante, plus insouciante.

    Le dos rivé au médaillon de son Louis XVI, elle regarde ses deux enfants s’affairer. Elle avait voulu les aider tout à l’heure, mais elle avait eu un malaise et sa fille lui avait ordonné d’aller s’asseoir. Et c’est ainsi, calée dans son fauteuil, qu’elle participe à l’empaquetage de ses affaires, dans une atmosphère de souk parce qu’elle est un peu sourde et qu’il faut parler très fort. « Et ça maman, tu veux prendre avec ? » crie Jeannine en agitant une sorte de gros chiffon couleur bordeaux. « Oui bien sûr ! » répond Madame R. sans même avoir vu de quoi il s’agissait. Le temps qui prend tout la dépouille de sa vue, de son ouïe, de ses forces. Elle perd des petits bouts de vie, tous les jours un peu plus, on ne la dépouillerait pas de ses fripes, aussi démodés fussent-ils !

    Elle regarde le cadre posé sur le vaisselier. La photographie de son défunt mari. Il avait été un mauvais mari, égoïste et volage. Il l’avait rendue malheureuse. Mais on ne divorçait pas à l’époque, cela ne se faisait pas. Alors elle avait accepté ses frasques, ses caprices, ses maîtresses. Arrivé au seuil de sa mort, il lui avait déclaré « je n’ai pas été un bon époux. Je n’étais pas attentionné, je me suis montré indifférent face à tes tourments et à tes peines. Je t’ai trompée souvent. Toutes ces femmes, je les ai désirées, mais toi, tu es la seule que j’aie aimée et toi seule méritais d’être la mère de mes enfants ». Elle avait pleuré. Il n’avait pas été un bon mari, mais il avait été un bon père. « Jeannine, je veux prendre ton père aussi ! » crie-t-elle à sa fille en désignant la photo sépia où sourit un quarantenaire séduisant.

    Alors, mesurant toute l’importance de ces instants de préparation, prenant conscience que le tournant que prenait en ce moment sa vie serait certainement le dernier, elle laisse encore une fois courir son regard sur toutes les choses qui faisaient de cet endroit son « chez elle » depuis maintenant plus cinquante-sept ans. Elle doit abandonner toutes ces choses, car là où elle va, ce n’est pas possible de les emmener avec elle.

    Ses yeux crapahutent le long des murs, frôlant à peine les copies de maître – Boucher, Tiepolo, Watteau – aux encadrements rococo qu’elle n’aime pas du tout. Son mari trouvait cela « distingué » et en avait accroché partout. Après sa mort, elle n’avait eu ni l’envie ni le courage de les remplacer. Elle s’arrête longuement sur la photographie des visages qui rayonnent au milieu de ce fatras de tableaux. La photographie de ses trois enfants ; Roger, le grand sensible. Les yeux du garçonnet, qui semblent fixés dans un étonnement perpétuel, laissent une impression exacte du caractère délicat, curieux et attentif du cadet de ses fils. Affectueux, dévoué, tendre, Roger redoute le départ de sa mère et souffre à la pensée de la distance qui les séparera, même s’il ne le montre pas. Au milieu, Jeannine, une perpétuelle petite lueur de malice dans le regard. À cinq ans, elle portait déjà une cicatrice à l’arcade sourcilière et l’on distingue, sur le cliché, les reliquats d’une blessure au menton. Car chez les Pasquier, le casse-cou téméraire, leste et frétillant de vie, c’était la fille. Et tout à droite, Claude, l’aîné. Indépendant, raisonnable, charmeur, il avait fixé l’objectif d’un regard de séducteur qui le faisait ressembler à son père. Plus libre que les autres, très vite émancipé, et peut-être aussi parce que lui et son père n’arrivait plus à s’entendre – ils se ressemblaient trop – Claude avait quitté très tôt le foyer pour aller s’installer en Amérique, où il avait trouvé une épouse qui respectait son indépendance et partageait son désir de ne pas avoir d’enfant. Elle ne l’avait plus vu depuis deux ans. Mais bientôt, elle pourra le serrer contre son cœur, pas trop fort, pas trop longtemps, car il n’aime pas les effusions de tendresse.

    En dessous des portraits de ses enfants, la photo de ses petits-enfants. Joey, Luca, Kevin et Sarah. Elle les aime fort, ses petits-enfants, mais elle n’a jamais su cacher sa préférence pour Sarah. Elle vante à qui veut l’entendre la beauté de sa petite-fille, sa gentillesse, sa grâce, son talent. Tout comme sa mère, Sarah, curieuse, indocile, téméraire, avait exploité les capacités d’agilité et de souplesse de son corps – et de son esprit – dès son plus jeune âge. Sa mère l’avait inscrite très tôt à l’école de « cirque et théâtre », plus pour s’offrir quelques heures de répit que par espoir de la voir percer dans un de ces arts. Aujourd’hui, Sarah était une artiste confirmée, majestueuse acrobate aux dons exceptionnels qui l’avaient menée au sommet : le Grand Cirque du Soleil. Elle y avait pratiqué son art durant deux saisons. Elle exerce à présent son talent comme instructeur en arts du cirque, à l’école nationale de cirque de Montréal.

    Elle décroche les petites ballerines qui sont accrochées au montant de la bibliothèque ; les premiers chaussons de gymnastique de Sarah. Celle-ci avait pris soin de les relier d’un joli ruban jaune et les avait offertes à sa grand-mère la veille de son départ pour les États-Unis. Elle dépose cette espèce d’écharpe autour de son cou et passe en revue les livres qui garnissent la bibliothèque ; dix volumes d’une encyclopédie Larousse, Édition 1960, qui ne sert plus à personne ; mise à part sa désuétude, il y a internet à présent, qui synthétise la connaissance de manière bien plus complète et bien plus pratique. Enfin… pour qui sait se servir de ces « nouvelles technologies ». La série de bouquins « Reader’s Digest », qu’elle n’a jamais pris le temps de lire, une belle collection de livres acquis grâce aux « points Silva », les albums photos, qu’elle regarde souvent. « Faudra pas oublier les albums ! » crie-t-elle par-dessus son épaule. À côté de la bibliothèque trône l’argentier. La sobriété du meuble contraste avec son contenu. Ce que l’on aperçoit à travers les portes vitrées ne laisse aucun répit au regard et à l’imagination. Les bibelots y sont entassés, accumulation d’objets glanés au cours des décennies ; des santons de porcelaine se chicanent les couleurs avec un alignement de matriochkas. Des coquillages à la nacre finement ciselée crânent devant une statuette en porcelaine représentant la vierge et l’enfant. Une tour Eiffel miniature, une multitude de bougies, le petit ballotin à dragées du baptême de Sarah. Chaque objet, un écrin de souvenirs. Elle doit se séparer de tout cela. C’est son choix.

    Elle prend la petite boîte en forme de chausson renfermant les amandes du baptême de sa petite-fille chérie. Comme une gamine qui s’apprête à faire une bêtise, la grand-mère jette un regard furtif en direction de la chambre à coucher ; ses deux enfants s’affairent, ils ne font pas attention à elle. La grand-mère s’oublie dans un petit rire fripon et tire sur le ruban qui ferme la boîte. Elle écarte délicatement les ailes de carton, plonge deux doigts à l’intérieur du coffret pour y puiser une naille rose, douce, ferme comme les joues de sa petite-fille le jour de sa naissance. Elle enfile rapidement le bonbon dans sa bouche, replace la boîte et, ivre de plaisir, va se rasseoir dans son fauteuil. « Tout va bien maman ! » s’inquiète Roger sans sortir le nez des valises. « Mhmhmmm » répond la grand-mère en laissant chloquer le bonbon dans sa bouche, le faisant cogner contre son dentier dans un petit bruit de castagnettes.

    Elle va partir pour l’Amérique ! Elle va retrouver sa petite-fille, et l’enfant qu’elle a mise au monde il y a tout juste six mois, lui offrant ainsi le bonheur – qu’elle considère comme un privilège – d’être arrière-grand-mère. Ses enfants lui ont offert ce cadeau, pour son quatre-vingtième troisième anniversaire ; elle déménage ! Ils partent tous les trois après-demain. Ils vont retrouver Claude, qui les accueillera, à l’aéroport de Montréal. Elle se laissera guider jusque vers sa nouvelle demeure, un petit deux pièces que Claude et son épouse Céline ont aménagé voici plusieurs années au rez-de-chaussée de leur maison, pour y accueillir des vacanciers et rentabiliser ainsi l’espace de l’immense demeure. Ce sera son appartement à présent, elle y écoulera le reste de ses jours.

    Elle est heureuse, elle va enfin pouvoir jouir de la présence de son fils aîné. Elle va pouvoir passer du temps avec sa petite-fille, qui habite à deux rues de chez Claude. Elle pourra aller admirer sans mesure son petit colibri danser dans les airs, se mouvoir hors de l’espace et du temps, comme un ange en suspension, libre, radieuse, étincelante, dans les couleurs diaphanes des projecteurs. Et surtout, elle pourra savourer le bonheur de voir grandir son arrière-petite-fille. Elle l’emmènera à tous les spectacles auxquels sa mère participe encore, parfois, à côté des cours qu’elle dispense.

    Elle prend dans ses mains les ballerines qu’elle avait déposées sur ses épaules. Elle a peur, soudain, elle angoisse. Les larmes la reprennent, son cœur s’agite, son esprit se trouble. Elle a tant rêvé de ce départ, que ses trois enfants ont concrétisé en lui en offrant toute l’organisation pour son quatre-vingtième anniversaire. Ils ont tout arrangé, fait les papiers, les réservations, toutes les démarches nécessaires. Jeannine et Roger l’accompagneront à Montréal, puis à leur retour, ils termineront de vider la maison, la vendront certainement, on ne sait pas encore très bien, on hésite. Elle a choisi tout cela, mais elle angoisse, pourtant. Car les grands bonheurs, comme les grands malheurs, engendrent des doutes et des peurs parfois intenses, et il n’est pas toujours possible de les vivre sans effroi.

     

    25.08.2014©Judith Beuret 

    en réponse à : Extraits musicaux utilisés #162705
    EsperiidaeEsperiidae
    Participant

    Chère Christine, 

    Voici les références musicales pour « Histoire de Billy et son taureau » :



    Musique : Winter's Call par Mattias Westlund (https://www.auboutdufil.com/index.php?id=488)  sur https://www.auboutdufil.com  ( https://ia801309.us.archive.org/34/items/auboutdufil-archives/488/MattiasWestlund-Miscellaneum-14WintersCall.mp3 )





    Merci et belle fin de semaine !

    (Références ajoutées au billet.)

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 144)