Livres audio gratuits publiés en septembre 2016 :


VIGNY, Alfred (de) – La Femme adultère – LAMOTTE, Émilie – Lettre sur la beauté, l’amour, la vie, l’inconstance et autres sujets

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Société


Le Guerchin - Jésus et la femme adultère (162?)

Deux jugements venant d’esprits très différents mais pas si opposés qu’on pourrait l’imaginer dans leurs conclusions sur le problème de l’adultère.

Écrit en 1819, La Femme adultère, un des Poèmes antiques et modernes, rapporte fidèlement, traduit par Alfred de Vigny, le passage de l’Évangile selon Jean qui décrit une confrontation entre Jésus, les scribes et les Pharisiens à propos de savoir si une femme, coupable d’adultère, doit être lapidée. Jésus empêche l’exécution et dénonce l’hypocrisie de ses contradicteurs

« Et, la pierre à la main, la foule sanguinaire
S’appelait, la montrait : « C’est la femme adultère !
Lapidez la : déjà le séducteur est mort ! »
Et la femme pleura. — Mais le juge d’abord :
« Qu’un homme d’entre vous, dit-il, jette une pierre
S’il se croit sans péché, qu’il jette la première. »

On pourrait s’étonner qu’Émilie Lamotte (1877-1909) qui exerça comme institutrice libre congréganiste avant de découvrir les idées anarchistes qu’elle répandit pendant toute sa courte vie en donnant conférences sur conférences tienne dans sa Lettre sur la beauté, l’amour, la vie, l’inconstance et autres sujets un discours qui n’est pas, toutes nuances gardées, éloigné de celui du Christ :
« Non seulement la sagesse est de prendre les choses comme elles sont , mais encore, chaque chose est un ensemble auquel il n’y a rien à ajouter. Sous peine de torture impuissante. Sous peine que la vie vous refuse ses joies simples et fortes.
Il est donc tout à fait naturel et compréhensible que l’amoureux éprouve diverses amours. C’est même probablement inévitable… L’amour a une puissance capable de vous faire tout oublier. Que devient donc, dans une telle aventure, la liaison décidée, entreprise, organisée, je ne sais comment dire, le mariage, quoi ?
Et j’ajoute : tout le monde est inconstant. La fidélité n’est pas dans la nature. »

La Femme adultère.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 007 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 15min | Genre : Essais


Henri d'Artois

Cette brochure de Chateaubriand commence par un Avertissement (Chapitre 00) et un en tête : la « réponse littéraire aux stances de M. de Béranger » (À Monsieur de Chateaubriand), qui « servira d’introduction à ma réponse politique ».

Puis la Proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille est citée, et Chateaubriand étudie en quatre points la vie politique (Chapitres 01 à 04).
Cette brochure se termine d’une conclusion suivie d’un post-scriptum, le Chapitre 05.

Cette période de notre histoire de France est traitée dans le Livre 34 des Mémoires d’outre-tombe : « Paris, rue d’Enfer, fin de novembre 1831.
De retour à Paris le 11 octobre, je publiai ma brochure vers la fin du même mois ; elle a pour titre : De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, ou suite de mon dernier écrit : De la Restauration et de la Monarchie élective. [...] »

Chateaubriand, dans le Livre 25 évoque, après l’assassinat de son père par Louvel, la Naissance du duc de Bordeaux. − Les dames de la Halle de Bordeaux : « M. le duc de Bordeaux vint au monde le 29 septembre 1820. Le nouveau-né fut nommé l’enfant de l’Europe et l’enfant du miracle, en attendant qu’il devînt l’enfant de l’exil. »

Chateaubriand défendra en 1831 la légitimité du duc de Bordeaux, « Henri V », pour les légitimistes. Celui-ci décédera sans postérité : « Sa mort sans enfants en 1883 marque l’extinction de la branche Artois de la maison de Bourbon et le début d’une querelle (toujours d’actualité) entre les maisons de Bourbon d’Espagne et d’Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France. » (Wikipédia)

Illustration : Portrait d’Henri d’Artois, petit-fils de France, duc de Bordeaux. (Prince de la famille royale de France, plus connu sous son titre de courtoisie de « comte de Chambord », né le 29 septembre 1820 au palais des Tuileries à Paris, et mort le 24 août 1883 au château de Frohsdorf à Lanzenkirchen. Petit-fils du roi Charles X, il est prétendant à la Couronne de France de 1844 à sa mort. Wikipédia)

C’est une période très importante qui est donc étudiée ici, avec le regard de son auteur.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 846 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

THILDA, Jeanne – Une bonne fortune

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


Jeanne Thilda

Une bonne fortune est une brève nouvelle de Jeanne Thilda (1833-1886) à ajouter à la collection Pour se damner lue en 2014

« Monsieur, dit-elle enfin, rapidement et comme prenant un grand parti, je ne vous connais pas plus que vous ne me connaissez, et pourtant je vais vous faire une étrange proposition : emmenez-moi souper chez vous ; si cela ne vous est pas possible, si vous n’avez à m’offrir que le banal restaurant, je vais vous quitter, je n’ai plus rien à vous dire. »

Une bonne fortune.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 748 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BÉRANGER, Pierre-Jean (de) – À Monsieur de Chateaubriand (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 7min | Genre : Poésie


Pierre-Jean de Béranger

Ce très vibrant poème est un hommage à François-René de Chateaubriand, écrit par un poète et chansonnier, Béranger.

Béranger est né à Paris en 1780, il fut un chansonnier prolifique fort connu, et il éleva la chanson à la hauteur de l’ode. Dans les pièces où il traite de sujets patriotiques ou philosophiques, il sait le plus souvent unir à la noblesse des sentiments, l’harmonie du rythme, la hardiesse des figures, la vivacité et l’intérêt du drame. (Wikipédia)

« L’influence des ouvrages de M. de Chateaubriand sur le jeune Béranger fut prompte et vive. Son admiration est restée fidèle à ce beau génie, dont les inspirations religieuses firent revivre en lui quelques-uns des germes que sa bonne tante de Péronne y avait semés. » Sainte-Beuve

Ce poème de 1831 est largement évoqué par une lettre de Chateaubriand, adressée à Béranger, dans sa brochure De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, et dans le livre 34 des Mémoires d’outre-tombe, chapitre 10.

Ce poème commence ainsi :
« Chateaubriand, pourquoi fuir ta patrie,
Fuir son amour, notre encens et nos soins ?
N’entends-tu pas la France qui s’écrie :
Mon beau ciel pleure une étoile de moins ? »

Plus loin, ce vers : « Brille à tes chants d’une noble rougeur » sera suivi, en fin de page, d’une note de Béranger.

Illustration : Portrait de Béranger.

Licence Creative Commons

À Monsieur de Chateaubriand.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 168 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LITTRÉ, Émile – Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (Sixième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Essais


Les Papillotes

Quinze mots commençant par O et P analysés étymologiquement par Émile Littré :

Opiniâtre – Ordonner, Ordre – Papelard – Papillote – Parole – Persifler – Personne – Pistole, pistolet – Placer – Poison – Potence – Poulaine – Préalable

« Pistole, pistolet. — La pathologie, en ces deux mots visiblement identiques, est que leurs significations actuelles n’ont rien de commun. Dans les langues d’où ils dérivent, italien et espagnol, ils signifient uniquement une petite arme à feu, et pourtant, en français, ils ont l’un, le sens d’une monnaie, l’autre, celui d’un court fusil. Autrefois, en français, pistole et pistolet se dirent, comme cela devait être, de l’arme portative. Puis, la forme diminutive de pistolet suggéra l’idée de donner ce nom aux écus d’Espagne, parce qu’ils sont plus petits que les autres. Une fois la notion de monnaie introduite dans ces deux mots, l’usage les sépara, ne faisant signifier que monnaie à pistole, et qu’arme à pistolet. J’avoue qu’il ne me paraît pas que cela soit bien imaginé. L’italien et l’espagnol ne se sont pas trouvés mal d’avoir conservé à ces mots leur sens originel ; et ici nous avons fait trop facilement le sacrifice de connexions intimes. »

Illustration : Louis-Léopold Boilly, Les Papillotes (1824-1827).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 689 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ZOLA, Émile – Un mariage d’amour

Donneuse de voix : Domi | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


Émile Zola

Émile Zola (1840-1902) publie cette nouvelle en 1866 dans Le Figaro.
Elle précède le roman Thérèse Raquin (1867).

À la lecture du titre on s’attend à une histoire romantique à la fin heureuse ; mais…

Un mariage d’amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 16 837 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 06)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Biographies


Vue de l'hôtel de ville de Douai (1825)

Dans le chapitre VI des Mémoires de Vidocq, les évasions continuent, mais Vidocq tient à se différencier des autres détenus aux yeux de l’opinion publique et pour montrer sa sincérité nous donne, à la fin de l’épisode, la teneur intégrale du Jugement (interminable à lire et que vous pouvez survoler) de La République une et indivisible

Contenu du chapitre 06 :
Les clés d’étain – Les Saltimbanques – Vidocq hussard – Il est repris – Le siège du cachot – Jugement – Condamnation.

Illustration : Vue de l’hôtel de ville de Douai (1825).

Chapitre 06.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 789 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BURKE, Edmund – Réflexions sur la Révolution de France

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 11h 13min | Genre : Histoire


Edmund Burke

Réflexions sur la Révolution de France, d’Edmund Burke (1727-1797), est sans doute la plus célèbre attaque contre la Révolution française. Publiée en novembre 1790, elle se présente comme une réponse à un sermon – prêché par Richard Price, pasteur dissident, en novembre 1789 – exaltant la Révolution, et prend la forme d’une longue lettre adressée à un jeune correspondant français.

Il importe de noter que Burke écrit ce pamphlet dans les huit ou neuf premiers mois de 1790, c’est-à-dire après la prise de la Bastille, après le retour forcé de la famille royale de Versailles à Paris (5-6 octobre 89), mais bien avant la fuite à Varennes (20 juin 91), la sanglante invasion des Tuileries (17 août 92), les massacres de septembre 92, l’exécution de Louis XVI (21 janvier 93) et les événements de la Terreur (1993-94). L’ouvrage est néanmoins postérieur à l’Abolition des Privilèges (4 août 89), à la nationalisation ou confiscation des biens de l’Église (2 novembre 89) – longuement commentée par Burke -, et à la Constitution Civile du Clergé (12 juillet 90). Bien que 1790 fût une année relativement calme, Burke condamne en bloc la Révolution et prévoit avec discernement que le pire est encore à venir.
Craignant que les idées révolutionnaires ne gagnent l’Angleterre, il reproche aux Français de détruire de vénérables institutions telles que la monarchie, et de mettre en danger toute une civilisation séculaire, lesquelles n’étaient certes pas parfaites mais méritaient d’être aménagées, réformées, plutôt qu’abolies. La société est à ses yeux un édifice organique où tout se tient, où passé, présent et avenir sont indissolublement liés, et il attache une valeur inestimable aux traditions, à l’expérience d’une sagesse accumulée au cours de nombreux siècles. Il exècre en revanche l’individualisme affirmé de la Déclaration du Clergé.

Cette violente charge contre la Révolution et ses acteurs, promptement traduite en français (mai 91), provoqua de nombreuses réponses, dont la plus célèbre fut Les Droits de l’Homme, de l’Anglais Thomas Paine, paru dès mars 1791 (1ère partie) et février 1792 (2ème partie), qui s’insurge contre le conservatisme et les préjugés de Burke et prend avec enthousiasme le parti des révolutionnaires et de leurs idéaux.

Traduction : Pierre Dupont (1762-1817, Chapitres 01-06), et J.-A.*** (1823, Chapitres 06-23).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 997 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :