Les 100 derniers commentaires

  1. D
  2. C

    Merci pour cette belle lecture, ce projet collectif très réussi, très vivant. Tous les personnages sont expressifs, leurs passions et frustrations merveilleusement interprétées et rendues. Cela a été un accompagnement délicieux. Amitiés elisabeth

  3. F
    Fabien sur Gobseck

    Merci monsieur.

  4. F

    Merci madame pour la lecture de ce roman, j’ai passé un bon moment.

  5. m

    Un énorme merci pour le temps que vous avez consacré à nous lire ce roman fleuve! Vous jouez les dialogues, changez de voix selon les personnages, c’est parfait! J’avoue préférer “Les mystères de Paris”, mais votre lecture est si agréable que ce fut un réel plaisir. Merci encore!

  6. A

    Vos fines analyses des oeuvres que j’ai enregistrées, apparemment pour votre plus grand plaisir, continuent de susciter mon admiration. Soyez-en une fois de plus remerciée, très chère Sylvie.

  7. Vincent de l'Épine

    Bonjour Sylvie, merci à vous de votre petit mot ! Oui, c’est vrai vous l’avez sans doute deviné, cette nouvelle de Trollope est celle qui a ma préférence, c’est pourquoi je l’ai traduite en premier. La peinture des sentiments y est à la fois réaliste et délicate, et la fin a de quoi surprendre (mais la fin est-elle triste ? C’est une question de point de vue !). Trollope était très connu pour ses très longs romans, et n’a écrit que quelques petites histoires comme celle-ci. Pourtant elles gagnent à être connues, avec leur intrigue bien menée et aussi, je trouve, l’affection (ou du moins la compréhension) dont fait toujours preuve cet auteur envers ses personnages. Au plaisir de vous retrouver !

  8. F

    Pomme, sachez que tous mes “compliments” sont vrais et sincères, et cela, que vous adhériez à ma demande ou pas. Je vous admire depuis longtemps et rien ne changera cela. Dans les prochains commentaires, je me ferai plus “sage” et moins expansif, il est vrai que parfois, je me laisse aller. Pardonnez-moi. J’attendrai ce livre “russe” avec impatience, quoique, lancé dans la lecture des écrits de Balzac, je ne pourrai sans doute pas l’écouter de suite. Je vous souhaite une belle et bonne journée et merci encore pour tout.

  9. O

    Chère Cocotte, merci pour votre amicale réponse! Je n’ai pas de suggestions… et suis émerveillée par tout votre travail sur ce site. Moi aussi je vous embrasse chère Cocotte.

  10. E

    Moi aussi ça m’arrive de faire petto, surtout après avoir mangé des faillos !

  11. S

    PS Si j’ai réussi à écouter Jean Christophe jusqu’au bout, je crois que Dickens sera un jeu d’enfant !

  12. S

    Cher monsieur Rannou, j’apprécie votre choix d’oeuvres et j’aime les lectures longues où on a le temps d’entrer dans l’univers de l’auteur (quand j’ai découvert ce site j’ai écouté tous les Rougon Macquart !). Donc je vais commencer ce Dickens que vous proposez. J’ai adoré Conrad et Stevenson grâce à vous, je suis moins à l’aise avec Dickens dont le génie est un peu bizarre mais j’ai hâte de plonger dans cette oeuvre. A bientôt donc !

  13. J
  14. M

    Quel régal de découvrir grâce à vous “Les Mohicans de Paris”, grâce à votre lecture à la fois vivante et suffisamment “neutre” ! Je suis encore loin de la fin, mais la rencontre entre Pétrus et son oncle m’a fait marrer in petto comme un diable en goguette. Mille mercis à vous. Cordialement, Marc.

  15. Cocotte

    Un très grand merci, cher Augustin! Je n’aurais pas su quoi répondre au message de Same. .Grâce à vous,, cette audio lectrice va pouvoir poursuivre cette saga. Je vous souhaite d’agréables heures d’écoute, chère Same. Très amicalement à vous deux. Cocotte

  16. Pomme

    Quel message émouvant, Fabien! Vos compliments et votre “éternelle fidélité” me secouent tout de bon! J’aimerais tellement pouvoir accepter de lire les romans de Dumas que vous me suggérez, mais … ils sont déjà lus sur le site, et par une voix féminine. Je suis désolée de vous décevoir. Je suis actuellement en train de lire une version 2 d’un gros roman russe. Peut-être vous permettra-t-il de ressentir une “béate satisfaction”, moi j’adore le lire. Mais un peu de patience. Bien à vous, Fabien.

  17. Augustin Brunault

    Bonjour Same, Je viens de vérifier et tout fonctionne normalement. Il vous suffit donc en principe d’appuyer sur le bouton “lecture” pour lancer le 1er chapitre. N’hésitez pas à me dire s’il y a toujours un souci ! En vous souhaitant une bonne semaine, Augustin

  18. S

    Bonjour, c’est dommage je n’arriva à lire le 1er chapitre bien vous Cocotte

  19. Catherine Marie Kieffer
  20. F

    Très chère Pomme, c’est toujours un immense plaisir que de vous écouter. Votre voix magnifique est juste, votre lecture est impeccable, vos intonations à propos…Que dire… Vous avez un don et je le sais depuis quelques années. Grâce à vous j’ai découvert des auteurs, que peut-être, je n’aurais jamais lu. Je ressent à chacune de vos lectures, une béate satisfaction . Recevez donc, toute ma gratitude, tous mes remerciements et mon éternelle fidélité d’auditeur. P.S. : ne seriez-vous pas intéressée de lire quelques “classiques” de la littérature française. Alexandre Dumas : les trois mousquetaires, vingt ans après et le vicomte de Bragelonne. et que diriez-vous du Comte de Monte-Cristo ? Je sais, l’on est loin de Balzac et de Zola mais les romans cités sont des “bestsellers” qui resteront gravés dans le souvenirs des hommes (et des femmes) pour toujours. Y lier votre voix serait extraordinaire. Ne vous sentez pas…

  21. Vincent de l'Épine

    Merci Ahikar pour votre retour. Personnellement, venant de relire “Jude l’obscur”, je trouve que ce petit roman de Hardy est presque optimiste :-). Il est vrai que cette noirceur est une constante dans son oeuvre. J’ignorais la partie de sa biographie que vous citez, mais probablement, cette expérience a participé à sa construction en tant qu’être humain, et donc en tant qu’écrivain… on ne peut pas sortir intact d’une telle épreuve. Merci de cette précision érudite !

  22. TLT

    On ne peut rien vous cacher : ce sont effectivement les premières que j’ai téléchargées. ^_^

  23. S

    Voici la 3ème nouvelle de Trollope que j’écoute, toujours avec autant de plaisir, traduite et interprétée par vous et (ATTENTION SPOILER) quel coup fatal ! La règle du roman victorien du happy end n’est pas respectée. L’heroïne trollopienne, toujours aussi courageuse, honnête et lucide sacrifie elle-même son amour (par générosité, par orgueil, par une exigence d’idéal ?), on est comme dans la Princesse de Clèves ! Cette nouvelle est comme le double tragique d’Alice Dugdale. Pour moi je trouve que c’est un chef d’oeuvre. Mais je m’emballe vite, il est vrai. Je me demande laquelle de vos traductions vous avez préférée vous-même. PS Je me disais aussi, tiens pourquoi n’a-t-on pas de description du jeune homme ?

  24. Gaëlle

    Merci TLT, votre message tombe à pic pour me donner l’envie de me remettre à une lecture et lutter contre le découragement qui m’accable en ce moment… Devinant, à vos propres lectures, votre intérêt pour le fantastique, peut-être serez vous particulièrement intéressé par les lectures que j’ai faites par le passé de nouvelles d’HG Wells ?

  25. Cocotte

    Cher Thomas Nous sommes ben d’accord : une seule page ne remet pas en question toute la qualité d’un livre. Tout est bien qui finit bien. Je vais chercher un autre livre de Michel Epuy, et j’espère que, dans celui-là, tous les chapitres seront bien écrits. Contrairement à mon habitude, je le lirai avant de l’enregistrer, pour que vous soyez tout à fait satisfait. Un merci chaleureux pour votre fidélité et votre courtoisie. Bien amicalement Cocotte

  26. F

    Quel beau pays que la France. Merci pour cette très belle lecture. Madame, vous êtes douée d’une voix belle et cristalline, c’est un plaisir que de vous écouter. Votre choix musical est très beau et approprié à cette courte histoire.

  27. Matteo-Roland

    Chère Cocotte. Une seule page, ce me semble, ne remet pas, nécessairement, en question toute la qualité d’un seul livre, ou, il n’y aurait pas souvent de chef-d’œuvre. J’ai trouvé, pour ma part, la fin de cette nouvelle policière, efficace, plus inattendue et courte, que décevante. je vous souhaite une très bonne soirée, Bien amicalement, Matteo-Roland (Thomas)

  28. f

    Merci monsieur Depasse

  29. F

    Je ne peux que me répéter, merci pour votre excellente lecture.

  30. C

    Merci pour l’opportunité de toutes ces oeuvres lues, et de la richesse de votre catalogue. Un énorme bravo.

  31. A
  32. TLT

    Technique et lecture au top, voix extrêmement agréable. Une très belle découverte. Je file télécharger vos autres lectures. Trugarez vras.

  33. C

    Merci pour cet hommage pour ce monsieur que je ne connaissais pas personnellement et dont la voix rendait vivant tous ces beaux textes. Mes condoléances à sa famille.

  34. TLT

    Merci beaucoup. 🙂 Dagon ayant déjà été (très librement) adapté par Stuart Gordon, Valette préfèrerait peut-être s’attaquer à un autre titre. Ceci dit, “Maléfique” avait déjà de petits relents de Providence… ^_^

  35. S

    J’ai rendu hommage à votre travail (de titan), monsieur Rannou, en écoutant jusqu’au bout cette oeuvre énorme, qui a été si célèbre et que vous interprétez si bien. Je vous l’avoue, j’ai eu souvent envie d’arrêter ! Le 1er tome, L’Enfance, est un chef d’oeuvre mais ensuite certains aspects du roman peuvent être pénibles : l’omniprésence de l’auteur, son idéalisme exacerbé, son puritanisme, sa religiosité, la prépondérance de l’expression des idées sur la narration etc. Néanmoins, chaque fois que j’allais abdiquer, mon intérêt était relancé par la qualité de l’écriture, la reprise de la narration fonçant comme une locomotive en marche, la beauté des descriptions, les profondeur des pages sur la musique et le grand intérêt des nombreux débats et affrontements qui sont présentés. Le culte du héros et le culte de la force qui animent toute l’oeuvre ne sont plus guère d’actualité mais ce qui reste passionnant c’est cet…

  36. P
    Philippe MALLET sur Dagon

    Excellente restitution ! Un grand merci. Mon ami de lycée devenu célèbre Éric Valette pourrait en faire un film lui qui était un fan absolu de LoveCraft !

  37. i

    Très beau texte à la gloire de cet animal d’exception et mis en voix avec autant de grâce qu’il le mérite.

  38. T
    Thierry sur Dagon

    Une belle lecture ! J’ai partagé une page d’info sur mon site : https://www.ulthar.net/ressources/livres-audios/+/96::dagon.html

  39. Pauline Pucciano
  40. Cocotte

    Chère Marjolaine Ah! Je constate que vous aimez aussi Hector Malot. Je vais voir s’il reste des romans inédits de cet auteur. Auriez-vous des suggestions? Merci beaucoup pour votre commentaire, toujours très apprécié. Vous analysez très finement mes lectures. Votre fidélité me touche beaucoup. Un grand merci, très chaleureux. J’ai beaucoup aimé ce roman, moi aussi, et j’ai eu beaucoup de plaisir à l’enregistrer. Je vous embrasse, chère Marjolaine,. A bientôt. Cocotte

  41. Cocotte

    Chère Marjolaine J’ai fait la même réflexion que vous au sujet du chapitre 27. Mais c’eut été dommage de renoncer à lire l’histoire, qui est passionnante, à cause d’un chapitre. J’espère que le roman sera apprécié des audio lecteurs. Hier, j’ai retrouvé la liste des titres de romans que vous m’avez demandés. le changement de présentation du nouveau serveur est un peu différent de l’ancien. mais, dès que j’aurai fini mes lectures annoncées en 2020, je commencerai ceux que vous m’avez suggérés, et qui ne sont pas encore dans la bibliothèque de L.A. Ce sera dans quelques mois. J’espère vous satisfaire en vous faisant cette promesse. Je viens de publier un nouveau Paul Bourget. L’avez-vous vu? Je vous embrasse, chère Marjolaine. Cocotte

  42. J
  43. O

    Chère Cocotte, à l’écoute du début du Tome 1 , je riais à gorge déployée en découvrant le Comte, pensant que c’était d’un comique extraordinaire et que le livre voulait nous faire rire. Puis c’est la capacité de l’auteur à trouver des solutions aux situations si compliquées qui m’a épatée: des trésors de diplomatie, de ressorts juridiques, de prudence circonstanciée. Un beau roman, toujours aussi bien lu par vous chère Cocotte.

  44. O

    Chère Cocotte, je vous remercie pour ce roman de Michel Epuy. Comme Thomas l’a écrit, votre lecture le met en valeur. J’ai seulement été perturbée aux alentours du chapitre XXVII, par ce qui me semble un raccourci un peu étrange et maladroit (que j’ai trouvé exactement comme vous l’avez lu dans la version “texte”) Cela n’a pas empêché du tout que je prenne un vif plaisir à l’écoute, à la description des caractères et au suspense ! Chère Cocotte je vous embrasse.

  45. S

    Merci Vincent de l’Epine pour cette jolie nouvelle. Excellente traduction, accompagnement musical bien choisi, lecture subtile, un travail d’orfèvre, une oeuvre d’art en soi qui nous est offerte ! Ce qui m’a intéressée ici c’est la réflexion sur le mensonge. Les personnages mentent pour esquiver la vérité de leurs sentiments. Le major par indécision et légèreté (qu’il est énervant celui-là), Alice par fierté féminine. La seule qui mente activement en toute lucidité c’est lady Wonlay (j’aime bien ce personnage !) dans ses tactiques guerrières. Et puis il y a l’humour avec la petite ville qui suit les évènements comme le choeur antique. Je m’aperçois que j’avais déjà écouté certaines de vos lectures il y a quelques années. Le souvenir de l’action peut être effacé, le plaisir reste le même.

  46. F
  47. S
  48. F

    Que cette lecture est belle ! Bravo à vous trois. Balzac est un peintre de l’âme humaine, c’est un psychologue né, inné. Je n’hésite pas dire qu’il est le Mozart de la littérature française. Ce n’est plus du talent, cela côtoie au génie.

  49. T
  50. Ahikar

    Merci pour cette belle lecture. Quel pessimisme tout de même ! J’ai lu dans la biographie de Thomas Hardy qu’il avait fait des études d’architecture et fut chargé ensuite de superviser le démantèlement du cimetière de l’église St Pancras pour permettre l’édification de la future gare éponyme. Pendant un an, nuit après nuit, il a fallu exhumer les restes de 88 000 défunts et les ensevelir dans une fosse commune. Il paraît qu’il est ressorti traumatisé par cette épreuve. Il a alors abandonné ses études et quitté définitivement Londres. Je me demande si cette expérience traumatisante n’est pas fondatrice de son œuvre. Tous ces morts qui ont fini dans une fosse commune !

  51. Daniel Luttringer

    Je ne sais pas si je suis un peu Lupin dans l’âme, ce serait présomptueux, en tout cas, je me sens particulièrement à l’aise dans ce personnage ! Merci, Christine.

  52. C

    Cher Daniel, Comment vous exprimer ici ma reconnaissance pour la lecture si fine et alerte de ce roman que je redécouvre grâce à vous ? Je l’avais lu adolescente et j’avais un souvenir d’une oeuvre très longue et un peu maniériste, impression totalement pulvérisée par votre interprétation du texte et des personnages, à la fois sobre et incarnée, bravo ! Les différents personnages nous apparaissent dans toute leur complexité, ce qui m’avait échappé à l’adolescence. Ce que vous nous offrez là est un vrai travail d’acteur. Vous ne seriez pas un peu Lupin dans l’âme ?

  53. m

    Bonjour, comment savoir si le texte que l’on envisage de soumettre n’est pas déjà en cours d’enregistrement ? Le lien donné dans le guide du donneur de voix ne renvoie à aucune page. Merci

  54. F

    C’est la fête ! Les coqs de bruyère invitent les dindons et les paons paradent devant les aigrettes. Merci Monsieur Depasse.

  55. F

    Dans “La Vendetta”, Balzac nous montre l’Amour à la folie, ici, il nous explique la folie de l’Amour pour Dieu. Dans les deux cas, la finalité est la même; malheur et mort. Merci à vous Monsieur Depasse.

  56. Cocotte

    Bonsoir, chère Claryssandre. Je vous remercie chaleureusement pour votre aimable message. Cela m’a fait très plaisir d’avoir de vos nouvelles. Merci de tout cœur pour votre fidélité. Et votre avatar est absolument superbe! Une véritable œuvre d’art. Amitiés Cocotte

  57. Pauline Pucciano
  58. Pauline Pucciano

    Chère Claryssandre, si j’avais un conseil à vous donner, je vous dirais d’essayer ces deux nouvelles pour achever la réconciliation : le Bal de Sceaux et La femme abandonnée…

  59. F

    Triste histoire. Et oui, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Merci Monsieur Depasse.

  60. F

    Quel bel amour que celui d’Albert. Quelle belle utopie…Et quelle garce que cette Philomène ! Merci monsieur Depasse.

  61. Claryssandre

    Bonjour chère Cocotte ! Je ne crois pas connaître ce conte… Où je l’ai oublié. Une bonne occasion de vous écouter de nouveau.. Merci pour cette lecture.

  62. C

    Chère Pauline, c’est à vous que je dois ma réconciliation avec Balzac ! Je vous en suis très reconnaissante . Je vous remercie pour cette nouvelle lecture que j’ai tout particulièrement apprécié. Si on m’avait dit que je dirais cela un jour… Je suis toujours aussi allergique aux trop longues descriptions si chères à Balzac mais je trouve que ce roman y échappe.

  63. Augustin Brunault

    Bonjour Claryssandre, C’est vraisemblablement parce que vous n’êtes pas connectée au site avec votre compte utilisateur au moment d’écrire et publier votre commentaire. Cliquez tout en haut à droite sur l’icône ronde bleue (sur téléphone portable) ou sur “Se connecter” (sur ordinateur) pour vous connecter. En vous souhaitant une bonne journée !

  64. Augustin Brunault

    Bonjour Maithodile, Merci pour votre message qui me permet de donner un peu de contexte. La lettre d’informations permet aujourd’hui d’enregistrer tous les nouveaux inscrits qui le souhaitent mais en effet les envois n’ont pas encore pu reprendre pour la bonne raison qu’il y a encore beaucoup à faire par ailleurs. Pour le moment, pour avoir les nouveautés, vous pouvez donc simplement vous connecter sur la page d’accueil du site. Je regrette moi-même ce délai mais il faut comprendre, même si ce n’est pas forcément directement apparent, que la révision du site démarrée il y a 10 mois s’apparente à de grands travaux. Nous révisons en effet un site qui n’avait presque pas bougé techniquement depuis 15 ans. Il y a eu toute une nouvelle interface à mettre en place, encore aujourd’hui des bugs multiples restent à corriger, des adaptations à faire, etc. ainsi que la bagatelle de près de…

  65. m
  66. F

    Les écrits de Balzac vous allaient comme un gant. Quelle belle lecture pleine de justesse. Je suis de ceux et celles qui vous regrette.

  67. C

    Pourquoi mon avatar visible sur mon profil n’apparaît il pas quand je laisse un commentaire, commentaires qui n’apparaissent pas dans la rubrique commentaires de mon profil… ?

  68. C

    Ce roman et votre lecture m’ont captivé dès les premiers mots. Vous êtes vraiment une fabuleuse lectrice ! Merci infiniment pour cette superbe découverte dont je recommande vivement l’écoute.

  69. m

    Bonjour Depuis votre changement de site je ne reçois plus les information sur les nouvelles publications. J’avais posé cette question en mai et M. Augustin Brunault m’avait répondu que l’envoi de la newsletter n’avait pas encore repris car vous étiez encore en phase de test et qu’il me mettrai un petit mot quand ce serait fait. Mais depuis toujours rien à part des mails en anglais (je suis française, donc je ne vois pas pourquoi votre site m’écrirait en anglais, d’un certain “mrfurniture” qui m’a écrit le 22/7 : “Hi Baptist, Thank you for your message. I have as of late found that the “Book recordings” application, created by an American situated in Atlanta and his significant other, has been drawing business income from our list starting around 2018 (when the application was made), this while never having asked us for the smallest approval nor, even more so, having acquired…

  70. Bruissement

    J’ai eu beaucoup de plaisir à vous écouter et j’apprécie votre jolie façon de lire. Vous avez su interpréter l’humour de Kipling, ce qui, il faut le dire, n’est pas, de prime abord, des plus faciles. Vous avez aussi des intonations heureuses propres à la lecture de contes… soyez-en félicitée et remerciée.

  71. a

    MERCI, pour cette belle traduction !

  72. F

    Grand merci Monsieur Depasse, pour notre bonheur, vous resterez toujours présent par la voix.

  73. Pomme
  74. Pomme

    Ravie que vous ayez apprécié, dandelionmood!

  75. Cocotte

    Cher Thomas. Je suis très heureuse que cette nouvelle policière vous ait plu. C’est un beau cadeau que vous me faites et j’en suis très touchée. Merci beaucoup d’avoir pris la peine et le temps de m’envoyer ce message. J’ai pris un grand plaisir à enregistrer ce texte et, à vrai dire, je pensais à une autre fin de l’histoire… jusqu’à l’épilogue. J’adore l’image de ce serpent qui sort du livre. Son sourire est adorable. Je vais chercher d’autres nouvelles policières, puisque vous les aimez. Très amicalement Cocotte.

  76. Matteo-Roland

    Chère Cocotte, On attend la solution de l’énigme,… en suivant, pas à pas, les étapes successives d’une enquête intelligente, passionnante, dans un ouvrage, si bien lu et mis en valeur par vos soins. Merci, Cocotte, pour tous ces livres que nous découvrons, avec vous et, grâce à vous, comme autant de cadeaux. Je vous souhaite une excellente journée, Bien amicalement, Matteo-Roland, (Thomas.)

  77. Cocotte

    Chère Marjolaine Ah! Je savais bien que cette nouvelle autrice vous plairait. Il n’y a plus de romans de T. Combe inédits, et Isabelle Kaiser lui ressemble beaucoup. J’ai pris beaucoup de plaisir à l’enregistrer. Bravo pour votre analyse si fine de ce roman. Vous avez tout à fait raison. J’ai beaucoup apprécié votre commentaire, comme toujours. Ce roman nous a procuré un petit voyage en Suisse, très intéressant. J’espère que vous avez passé de bonnes vacances et que vous êtes en pleine forme pour la rentrée. Amicalement. Cocotte

  78. Cocotte
  79. Daniel Luttringer
  80. Alice Lym

    Un grand merci Daniel pour cette Nouvelle si drôle de Maupassant . L’arroseurdevient arrosé. La passion , l’idée fixe , chez Maupassant , peut mener à des Issues très divers,es, la folie Ou la mort. Pas ici. La conclusion est plus légère. Ici il s’agit de la passion de l’argent Et la fin est très cocasse.J’ai adoré la réponse du notaire à la fin de l’histoire. On découvre l’histoire d’un nouveau marié qui se retrouve affublé après avoir épousé une femme, Affublé donc d’un certain nombre d’enfants. Et la réponse du notaire est « adoptez les ! » . Un vrai grand sourire, bien affirmé, à la fin de cette nouvelle ! Encore merci Daniel pour ce bon moment.

  81. M
  82. F

    Chapeau bas pour cette lecture et cette voix qui restera, longtemps encore, appréciée de tous. Merci Monsieur…

  83. F

    Félicitation au collectif, c’est une réussite. Je vous remercie, ce fut un plaisir que de vous écouter.

  84. L

    Merci beaucoup

  85. i

    Grand merci pour cette lecture – le roman est un chef d’œuvre – romantique, tout en ombres et lumières. Grâce à la qualité de lecture, c’est un vrai bonheur !

  86. Vincent de l'Épine

    Merci Sylvie, vous me faites beaucoup d’honneur ! Je suis particulièrement heureux de lire votre avis sur mon interprétation, car vous avez exactement compris la façon dont j’avais abordé cette lecture. Pour tout vous dire, je me souviens avoir enregistré les deux premiers chapitres et avoir trouvé, à l’écoute, que le ton ne me plaisait pas, car il n’y a avait pas cette “discrète ironie” que j’ai essayé d’y insuffler lors des enregistrements suivants. Quand aux personnages, ils sont merveilleux. Lizzie évidemment (et sa phrase : “Jusqu’à ce jour, mon propre caractère m’était inconnu” à la lecture de la lettre de Darcy, qui m’a toujours beaucoup marqué), mais aussi tous ces personnages pénibles, que j’ai eu un grand plaisir à interpréter. M. Collins reste pour moi le mètre-étalon de la “bêtise Austenienne”. La phrase de M. Bennett à propos de lui “Il y a dans sa lettre un mélange de…

  87. d
  88. d
  89. Vincent de l'Épine

    Merci Sylvie pour la pertinence de votre analyse ! Derrière leur apparente légèreté, c’est vrai qu’il y a toujours de grands enseignements à tirer de la lecture des œuvres d’Anthony Trollope. Les romans ou nouvelles les plus intéressants sont à mon sens ceux qui abordent le thème du devoir, et notamment du devoir des femmes dans la société corsetée du XIXème siècle. Ici, comme vous le dites, notre héroïne est tiraillée entre les devoirs que lui imposent la société, et son désir de liberté. La situation est rendue particulièrement intéressante par la sincère affection qu’éprouvent l’une pour l’autre les deux femmes. Au plaisir de vous relire ; je vois justement un petit commentaire qui arrive sur Orgueil et Prévention 🙂 A très bientôt

  90. T
  91. S

    Quel plaisir, Vincent de l’Epine, d’écouter, plusieurs années après l’avoir lue, cette oeuvre géniale, dans une traduction bien choisie par vous, l’angliciste (ah la terrible baronne de Montolieu…). J’aime toujours vos interprétations, voix, diction, nuances mais il est particulièrement agréable de vous écouter dans Jane Austen où vous arrivez à faire sentir la discrète ironie et la satire présente sous les histoires d’amour en même temps que la véritable émotion qui s’en dégage. Lizzie se range parmi les magnifiques féminins personnages du siècle. Quant aux protagonistes d’une bêtise crasse et bavards en plus, comme il se doit, je ne sais à qui donner la palme entre madame Bennet et m. Collins, peut-être ce dernier, tout à fait excellent! Je n’ai qu’un reproche à vous faire : avec Jane et vous pas moyen de dormir, c’est le binge-hearing à fond. Pour le livre audio qui aide à s’endormir il faut trouver…

  92. J
  93. O

    Merci chère Cocotte pour cette histoire écrite dans un style que je trouve très beau. Le mode présent souvent employé donne une impression vive. Les détails techniques concernant les projets pour le Lac, les reliquats de superstition païenne, le rapport au christianisme, le réalisme des ombres intérieures des humains et les combats ou passages à l’acte qui en résultent, les descriptions somptueuses de la nature, si particulière en montagne, créent, pour moi, une atmosphère pendant l’écoute qui dépasse le divertissement, bien que les péripéties m’aient tenu en haleine. Quelle belle découverte, encore grâce à votre lecture toujours aussi palpitante !

  94. S

    Je rajoute ce petit mot pour corriger l’Anonyme de mon commentaire précédent ! J’ai du oublier de mettre mon nom et le commentaire est parti quand même !

  95. S

    Ecoute au casque recommandée … ( oui… merci au traducteur… et à vous PAULINE P…. )…

  96. S

    Merci à vous Vincent de l’Epine, d’avoir choisi cette nouvelle de Trollope et de l’avoir si bien traduite et si bien lue pour nous. Quelle modernité étonnante dans son féminisme déclaré! Car la bataille que mène une simple jeune-fille pour défendre son amour n’est pas seulement contre les préjugés sociaux et nobiliaires dus à aux différences de condition et de fortune mais aussi contre son propre attachement sincère à sa bienfaitrice. Et la vieille femme rigide qui ne connaît que le devoir va elle aussi s’en trouver transformée. Ici l’amour atteint à la même dignité que l’honneur (on se croirait chez Corneille!). Trollope récuse clairement la moralité imposée aux femmes de son époque : “Une femme ne doit s’élever que par la souffrance” ou “Se sacrifier soi-même c’est l’héroïsme des femmes”.

  97. J
  98. Pauline Pucciano

    Un immense merci au traducteur, Julien Chane-Alune, qui a offert de partager sa très belle traduction avec beaucoup de générosité.

  99. F

    C’est et cela restera toujours un plaisir que de vous écouter. Merci…

  100. Voilà ! J’ai pris la résolution de lire cette célèbre “Comédie humaine”. Cela commence bien, j’ai beaucoup apprécié votre lecture ainsi que la tournure des phrases de cet extraordinaire écrivain. Merci à vous madame. (On entend un bruit de fond gênant mais il peut-être amoindrit efficacement à l’aide d’Audacity, un programme de lecture de fichiers audio gratuit).